AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 Let it be. (Igor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Let it be. (Igor) Jeu 4 Aoû - 12:38

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor



« Bravo gamin, c’était une tuerie ! »


Liam était heureux.
Les claquements des mains qui s’unissent pour applaudir résonnaient si fort que Liam n’entendait plus que cela. Ses oreilles étaient hypnotisées par le son de la réussite, ses yeux balayaient le bar et pétillaient à la vue des sourires, des sifflements et des expressions de plaisir de tous. Encore un succès pour ce soir, encore le cœur qui bat à en briser sa cage thoracique, à le brûler de l’intérieur. Il adorait ça, et ce soir il trônait. Liam esquissa un sourire à la fois charmeur mais aussi assez fier sur son visage rosé par la chaleur de la pièce. Il ressentait en lui une effusion de satisfaction mêlée à de la fatigue. Il poussa de sa main moite le micro disposé devant lui et se leva de sa chaise, tout transpirant, et retira la sangle de sa guitare qui s’incrustait limite dans la peau de son dos tellement il ne l’avait pas quittée. Le jeune homme attrapa son étui de guitare et rangea délicatement son instrument tel un graal. Sa guitare, c’était sa vie. Dans son élan de départ, il se retourna et salua élégamment le public en les remerciant. Une petite courbette à droite, puis à gauche, et enfin en face. Il tourna les talons, martelant le sol de ses chaussures neuves et quitta la petite scène du bar. Dans le couloir, sombre, étroit et envahi d’autres artistes, il encouragea les prochains et s’éclipsa par la porte de derrière.


De l’air, oh oui, de l’air… Frais.
Après avoir pousser la porte arrière sale et collante du bar, il s’empressa de prendre un bol de fraicheur, bien mérité. Il faisait bon dehors, et la nuit c’était son moment préféré de la journée. Il fit entrer de l’air dans ses poumons jusqu’à ne plus pouvoir respirer et éjecta le tout, sur un long souffle dont il avait vraiment besoin. Liam ferma les yeux et profita de l’instant laissant la petite brise du soir lui caresser le visage et effacer les dernières gouttes de sueur qui perlaient sur son front. Il passa sa main dans ses cheveux pour se les ébouriffer et décoller les quelques mèches qui s’étaient accrochées à son front. Il jeta un œil autour de lui, rien. Le silence total, la rue était déserte à l’exception d’un chat qui faisait une poubelle. Il était seul, et bien. Liam apprécie la solitude parfois, surtout après une performance. Il aime avoir les petits frissons de plaisir qui lui rappellent que c’était incroyable, vivant et surtout, réel. Un beau sourire apparût, fendant la chair de son visage. Apaisé, il entama sa marche pour retourner chez lui, et enfin, se reposer.

Un mélange de passions et des convulsions musicales, c’était ce qui animait Liam depuis ses premiers pas dans la musique. Déambulant dans une nouvelle ruelle, seul avec son instrument, il avait une allure fantomatique, transperçant la pénombre. Son air innocent pouvait être trompeur, la lueur dans ses yeux n’en était pas moins énigmatique. Liam arpentait les rues, choisissant délibérément de prendre des détours, profitant de la noirceur de la nuit. Les murs autour de lui semblaient infinis, les maisons se ressemblaient toutes, comme jumelles. Il s’était probablement perdu, finalement. Dans son labyrinthe de trottoirs, son retour sans fin et sa errance solitaire, il décida de changer radicalement sa trajectoire et fit demi tour. En tournant dans une rue, avec absence, Liam percuta quelqu’un de plein fouet. Son torse heurta celui d’un autre. Ou plutôt, les os d’un autre. L’homme avec qui il venait d’échanger un contact involontaire et plutôt violent était clairement mince, mais semblait à la fois musclé. Comme si son corps était parfaitement dessiné selon un modèle détaillé, répartissant ses proportions de sorte à le rendre… parfait. C’est ça, c’est à ça qu’il ressemblait. Tout le contraire de Liam, dérangé, en vrac, transpirant et maladroit, face à cet homme raide comme un pique et sûrement en colère de ce heurt. Un souvenir revint à Liam, la perfection était un mot qu’il haïssait, cela lui remémorant ses parents indignes. Super, un spectre illustrant son passé venait de lui tomber dessus, en pleine nuit, son moment favori. Histoire de bien tout gâcher. Mais ce n’était pas de sa faute, après tout, Liam lui était rentré dedans en soi. Dans l’action, le téléphone portable de l’inconnu s’était échoué quelques pas plus loin. Liam s’en empara et regarda le jeune homme qui semblait froid et agacé. Il était flippant, on pourrait dire ça. Liam ne tendit pas le téléphone, il avait une soudaine envie de s’amuser. Disons qu’il venait de se donner un challenge tout seul, inopiné. Et s’il décrispait le visage de cet inconnu ? Du Liam tout craché, des idées farfelues, qui peuvent être dangereuses, stupides et infantiles. En effet, du Liam tout craché.
Il sourit au jeune homme face à lui et détourna son bras pour le mettre dans son dos. Le téléphone hors de portée de l’inconnu, Liam engagea la conversation.


« C’est dangereux de se balader seul la nuit, je crois ! Mais tu as de la chance, je ne suis pas un tueur en série. » Lança-t-il avec un petit sourire taquin en reculant d’un pas.

Liam… dans quel pétrin tu vas encore te fiche… ?


Dernière édition par Liam Morris le Jeu 4 Aoû - 15:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Jeu 4 Aoû - 15:11


   
La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam

   
   
Encore un entraînement bouclé. Ce soir la troupe était en forme, et toi, t'as tout donné, vraiment. Des ballets tu en as dansé dans ta vie, et t'as presque toujours eu le rôle principal. Aujourd'hui t'es le Prince Désiré dans « The sleeping beauty », Tchaïkovski, ballet avec prologue, trois actes et cinq tableaux, la classe quoi. Tu t'es tellement entraîné ce soir que tes pieds te font un peu mal, pourtant ils ont l'habitude d'être malmenés ! T'es fatigué, la douche brûlante a finit de détendre tes muscles, et tu n'aspires qu'à te glisser dans tes draps et dormir, si possible. Enfin, si les cauchemars te fichent un peu la paix, pour une fois. Tu sors du théâtre et l'air frais saisit tes articulations, t'as peur de prendre froid avec les différences de températures, tu remontes ton col, et tu t'en grilles une. Bon, tu sais que c'est pas bien, surtout pour un danseur, mais c'est ta petite faiblesse, là t'en as besoin.  La nuit est calme et pure, et tu apprécies sa douceur, son mystère, sa discrétion, tu aimes la nuit bon sang ! Tout est plus magique, tout est possible... Tu es encore dans ton personnage sur le chemin du retour, tu es seul et parfois tu fais des petits sauts de biche d'un trottoir à l'autre. Tu enchaînes les pas, tu virevoltes, tu te croyais épuisé mais ton corps se mouve tout seul, comme un engrenage infernal. Tu as commencé à danser et il a compris le message, il connaît la suite, il connaît la mesure, le rythme, la précision. La répétition est derrière toi et tu continues à bouger dans la rue, c'est ça qui est beau avec la danse, elle te prend, plante ses dents à l'intérieur de ta chair, injecte son venin, et elle te possède. Tu aimes ça bordel. Bon... Là tu réalises quand même que tu danses l'Acte II sur un trottoir, alors tu te maîtrises du mieux que tu peux. Tu marches devant toi, le corps droit, longiligne, et en remontant ton sac sur ton épaule, tu te rends compte que les cordons de tes précieux chaussons dépassent de l'ouverture mal attachée. Tu continues de marcher comme si tes pieds connaissaient le chemin par cœur, tout en rectifiant cette négligence. Tu en profites pour t'emparer de ton portable, un réflexe que t'as chopé pour être sûr de ne rater aucun détail, les horaires de répétitions du lendemain qui ne cessent d'être avancés par exemple. Là, t'as pas le temps de comprendre quoi que ce soit, une masse non identifiée s'abat sur toi. Elle te percute de plein fouet ! Si tu n'étais pas si musclé derrière cette silhouette de moineau anémié, il aurait pu te casser en deux ce crétin aux cheveux trempés de sueur qui t'a foncé dessus.Ton portable lui aussi veut prendre son envol sous le coup de vos corps qui se percutent, il voltige et s'écrase lamentablement sur le bitume, mais tu sais qu'il ne craint rien. Des chocs il en a vu d'autres, puis vu l'épave que c'est, il est robuste, tu fais pas confiance à toutes ces nouvelles technologies inutiles qui deviennent obsolètes aussitôt avoir vidé la moitié de ton compte bancaire dedans. T'as quand même les boules que non seulement ce malade te rentre dedans sans s'excuser, mais en plus il ne lui rends pas le téléphone sur lequel il se jette comme un chien affamé sur une carcasse de viande. Il planque le vieux portable dans son dos en esquissant un sourire conquérant. Un voleur... ?


« C’est dangereux de se balader seul la nuit, je crois ! Mais tu as de la chance, je ne suis pas un tueur en série. »

Seigneur... Manquait plus que ça ! Tu lèves les yeux au ciel, ce petit malin va commencer à te fatiguer, quelque chose de grave.

« Franchement mec, je sais pas à quoi tu joues, ou si t'es défoncé ou quoi, mais sérieux rends moi mon portable, j'suis claqué et j'veux juste rentrer chez moi. ». Le type n'a pas l'air dangereux en effet, il a juste la tête d'un gamin culotté qui n'a pas envie d'aller au lit, et qui cherche les problèmes, ou d'une petit chiot qui a envie de jouer. Tu tends la main.

« J'ai pas toute la nuit, demain je me lève tôt, y'en a qui ont une vie gamin. Rends-moi ça ». Bon, t'es pas le mec le plus diplomate du monde et ta patience a des limites, alors tu fais un effort pour pas le clouer au sol et lui coller des droites jusqu'à ce qu'il comprenne que, s'attaquer impunément à un Pradznikov c'est dangereux. Puis... C'est un gamin en plus, il a une petite bouille innocente des yeux clairs et un étui à guitare dans le dos, un cliché. C'est trop triste de faucher son innocence, son intention ferme de devenir un Clapton ou un Lennon.
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Jeu 4 Aoû - 16:32

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor





Comme attendu, le jeune homme n’était pas cordial ni vraiment amusé. Liam le cherchait, c'était évident. Et comme aussi attendu, Liam n’allait pas lâcher l’affaire. Il recula encore d’un pas, se rapprochant de la route, encore deux pas en arrière et il descendait du trottoir. Liam plissa les yeux, esquissa un petit sourire malicieux et planta son regard dans celui du blond. Il était plutôt grand, assez pâle… quand même, il faudrait aller au soleil un peu ! Bien apprêté, fin et sculpté, plutôt pas mal. Il doit attirer les filles en claquant des doigts celui-là. C’est sûrement le genre de gars mystérieux sur lequel les filles enquêtent ou tombent amoureuses parce qu’il est ténébreux et badass. Liam le trouvait intrigant, c’est vrai, et cela lui titillait sa curiosité. Il retira sa main du dos et jeta un œil au téléphone. C’était un… téléphone. Oui oui, un véritable téléphone mobile avec lequel on peut appeler. Ce que l’on appelle aujourd’hui, une épave technologique.

« Tu es sûr que t’en a vraiment besoin ? T’as pas de messages, pas d’appel en absence, pas de notification… On peut le jeter au final non ? Parce que bon… quand même y’a des touches sur ton téléphone quoi ! » se moqua t-il gentiment pour essayer de détendre l’atmosphère.

Le grand brun étouffa un petit rire. Son spectacle du jour le rendait euphorique, et n’était apparemment pas terminé. Il avait envie de partager sa bonne humeur et voir la froideur du glaçon en face de lui le rendait encore plus déterminé. Liam prit le téléphone entre son index et son pouce puis le fit balancer sous les yeux blasés de l’inconnu qui se tenait face à lui. De nombreuses fois Liam s’était prit une gifle parce qu’il jouait ainsi. Parfois, il ne se rend pas compte du danger ou de l’indélicatesse dont il fait preuve. De temps à autre, c’est amusant. Mais pas aujourd’hui. Le jeune homme avait besoin de décompresser du stress qu’il avait eu, et son interlocuteur allait bientôt avoir besoin de décompresser de la tension inutile que lui infligeait Liam. Le regard à la fois profond et innocent, le beau brun cherchait à décoder le garçon à travers une réaction ou un mouvement, mais pour l’instant… Rien. Liam n’était pas satisfait de la situation. Il fit mine de lâcher le téléphone.

« Puisque tu n’as pas l’air de tant y tenir que ça… » Lâcha-t-il de manière détachée et faussement déçu.

Le téléphone faisant sa chute, Liam fixait le corps et le visage impassible du blond. Arrivé à la fin de sa descente, Liam s’accroupi dans un mouvement plutôt bien calculé, assez agile et rattrape le téléphone, sans même avoir cessé de soutenir le regard de l’inconnu. Il devait probablement le prendre pour un gosse, un débile perdu ou un sans ami.
Liam mit le téléphone dans la poche de sa fine veste, qu’il zippa. Il ne cherchait pas les ennuis, juste à se distraire.

« J’suis pas un gamin. Si « moi » j’suis un gamin, dans c’cas t’es une poupée de porcelaine pour petite fille ou bien un serial killer. Faut pas s’fier aux apparences tu sais. »  Liam sécha l’ambiance volontairement pour le provoquer.
Dans son élan de provocation, il tourna les talons et s’aventura sur la route d’un pas décidé. Sa guitare en main, la poigne bien serrée, il fit quelques mètres avant de se retourner et de continuer de marcher à reculons pour essayer de faire réagir le blond. Liam était un peu niais, mais ses pupilles étaient tellement agitées, comme s’il rêvait éveillé. Il avait été capturé par sa bêtise et ne semblait plus vouloir en sortir. Bon sang, il fait nuit, c’est tard ! Enfin, c’est tôt ! Comme si c’était le moment d’embêter les individus comme ça. L’inconnu devait vraiment se demander quel numéro était ce brun désinvolte. Ce soir, Liam était libre, pas de rideau, pas de limite, pas de barrière. Il avait envie de faire ce qu’il voulait, alors pourquoi ne pas entraîner quelqu’un là dedans ?

« Bah alors, t’as perdu ta langue ? »  lança Liam en continuant son manège. Il dévorait l’agacement du blond depuis les mètres qui les séparaient. Et probablement, heureusement pour lui qu’ils étaient là parce que quelqu’un de moins patient lui aurait décollé la mâchoire. La réalité lui paraît vide et lointaine.

Liam ce n’est pas bien de tourmenter des inconnus, même pour plaisanter !



Dernière édition par Liam Morris le Jeu 4 Aoû - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Jeu 4 Aoû - 18:13


 
La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam

 
 
« Tu es sûr que t’en a vraiment besoin ? T’as pas de messages, pas d’appel en absence, pas de notification… On peut le jeter au final non ? Parce que bon… quand même y’a des touches sur ton téléphone quoi ! », s'exclame ce petit arrogant qui s'amuse à soutenir ton précieux emploi du temps du bout des doigts. Il s'amuse à le lâcher et à le rattraper de justesse, et visiblement, ça le fait beaucoup rire, c'est désolant... Toi tu veux pas rentrer dans ce petit jeu parce que tu sais très bien où ça va te mener, et t'as pas envie d'envoyer ce mec à l'hôpital pour un cellulaire ! Tu avances vers lui, et tu sens qu'un petit pli se forme entre tes sourcils blonds quand tu les fronces. Tu évites de serrer les poings parce que t'es pas certain de pouvoir te contrôler, t'es quand même un russe assez impulsif et c'est parce que t'es danseur que tu fais forcément dans la dentelle !


« Puisque tu n’as pas l’air de tant y tenir que ça… »

Tu soupires et tu commences à perdre patience, c'est pas bon ça, pas bon du tout...

« Écoute, tu sais à quoi je tiens particulièrement en revanche ? C'est mon self-control, alors si tu ne veux pas avoir des problèmes en me le faisant perdre, mieux vaut que tu me rendes ce fichu téléphone et on en parle plus », t'as un fort accent, t'as l'air d'un mafieux qui menace mais là il commence à te chauffer, et pas dans le bon sens du terme. Au lieu d'être sensible à ton air de pitbull efféminé, le type range TON mobile dans SA veste, nan mais il est sérieux ? T'as du manquer un épisode, eh p'têtre que tu rêves déjà, va savoir... C'est de l'exclusif quoi ! Tu hausses les sourcils de surprise, le mec il t'achève, c'est la première fois qu'on te tient tête comme ça.


« J’suis pas un gamin. Si « moi » j’suis un gamin, dans c’cas t’es une poupée de porcelaine pour petite fille ou bien un serial killer. Faut pas s’fier aux apparences tu sais. »
 

Là le mec il a une hallu pas possible autrement, c'était bien LUI qu'il traitait de « poupée de porcelaine » ? Tu te pointes du doigt, complètement ahurie, et c'est tellement absurde qu'un léger rire t'échappe. L'inconnu se retourne et marche devant toi comme si de rien n'était, et toi t'es tellement séché que tu réagis même pas, t'es dans une autre réalité. Puis il fait volte-face et marche à l'envers comme un clown en te fixant d'un air idiot.


« Bah alors, t’as perdu ta langue ? »


Alors même si n'avais été qu'un simple novice en matière de provocation, tu aurais su reconnaître celle-ci. Le mec il tendait la perche, on aurait dit un crétin de toréador qui agite son torchon là, et toi tu souris, tu ris même parce que c'est ta façon de répondre à la colère, mais quand tu as CE rire là, c'est pas bon signe. Tu le rattrapes, le retourne pour le remettre dans le sens de la marche, et tu agrippes doucement sa nuque pour le faire avancer. Tu sens tes doigts fins se resserrer dangereusement sur cette peau et tu te sens vulnérable parce que tu sais que si tu décides de faire mal, le type peut y rester, mais reste cool, tente la diplomatie.

« Dis moi hum... On doit se connaître non, toi et moi ? J'tai fais un truc dans le passé qui t'a pas plu et j'me souviens pas toi, tu m'as retrouvé et tu te venges, c'est ça ? Éclaire moi parce que là mec, j'ai aucun souvenir de toi sans vouloir te vexer, et très franchement un accent british comme ça, crois moi ça m'aurais marqué. Donc : t'es qui ? »
.  Lui et toi vous marchez en direction d'un quartier un peu plus animé de la ville, c'est éclairé convenablement, et tu es intérieurement désolé que tant d’électricité soit gâché. C'est pas que t'as une grande conscience écologique, mais la nuit est tellement belle pour être pourrie de lumière artificielle ! La lumière d'un petit bar clignote et toi t'es HS, t'es énervé et t'as besoin de boire un verre. Alors oui c'est pas raisonnable, mais c'est ça, ou tu refais le portrait de ce petit freluquet.

« Tu sais quoi ? On va se poser là, j'ai besoin d'un verre, parce que là j'arrive au bout de mes limites, et j'ai pas envie de te faire mal, ça va me calmer ».

Vous entrez dans le bar avec des lampions qui clignotent de la devanture, formidable !
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Ven 5 Aoû - 12:28

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor





Oups, Liam était peut-être déjà allé trop loin.

« Écoute, tu sais à quoi je tiens particulièrement en revanche ? C'est mon self-control, alors si tu ne veux pas avoir des problèmes en me le faisant perdre, mieux vaut que tu me rendes ce fichu téléphone et on en parle plus »

Le blond le rattrapa très rapidement et le remis en place sur la route en pressant sa nuque pour lui faire accélérer le pas. Il n’était pas content, en même temps, fallait pas l’embêter à la base p’tit con! Liam se laissa faire et ne broncha pas, suivant la cadence des pas de l’inconnu qui dirigeait leur trajectoire.
Le blond s’exprimait avec un fort accent que Liam n’avait encore jamais entendu. Bon, il faut dire qu’il n’avait pas beaucoup voyagé en dehors de sa petite enfance. Cela faisait des années qu’il avait mit pieds à terre au Canada et qu’il s’y enracinait petit à petit. C’était plutôt sympa ici, la verdure, les gens cool, la musique, et puis… Le froid. Ouai, ça c’est moins sympa, faut l’avouer. Liam observant toujours l’agacement du blond, fixait son visage et ses traits. Il avait l’air fatigué, un peu. Puis, assez froid, son regard n’était pas bleu comme le beau ciel d’un après midi ensoleillé. Ses yeux étaient plutôt bleus comme l’océan glacé, il avait l’air strict. Mais plutôt pas mal le self-control. Liam détourna la tête doucement en essayant d’être discret mais la poigne du blond sur sa nuque l’avait sûrement déjà trahi dans son mouvement.


« Dis moi hum... On doit se connaître non, toi et moi ? J'tai fais un truc dans le passé qui t'a pas plu et j'me souviens pas toi, tu m'as retrouvé et tu te venges, c'est ça ? Éclaire moi parce que là mec, j'ai aucun souvenir de toi sans vouloir te vexer, et très franchement un accent british comme ça, crois moi ça m'aurais marqué. Donc : t'es qui ? »


Liam était sans voix, pourquoi ne lui avait-il pas déjà mis un revers de la main dans la face ? Ca l’aurait déboussolé, il aurait probablement eu une marque mais c’est pas grave, Liam aime avoir l’air d’un dur, même si c’est stupide. Le blond lui posait des questions sur un ton plutôt sec, c’était pas agressif, non, plutôt… ferme du genre « répond tu m’agaces avec tes conneries ». Liam s’y plia, il pouvait faire un effort après tout.

« Non, on s’connait pas. C’est ça qui est drôle non ? Un peu d’humour, t’as bien vu que j’étais pas un voleur ou un hooligan. » Liam soupira avec un sourire, un peu déçu d’en finir là sur son show.  « Morris, Liam Morris. Bon, ça l’fait mieux avec James Bond j’avoue. Et toi, tu es ? » Le jeune homme avait vraiment envie de savoir sur qui il était tombé, juste pour enfin mettre un pays sur son accent et un nom sur son visage. C’était quand même sa victime du soir, même s’il n’allait pas la croquer et boire tout son sang tel un vampire assoiffé.


« Tu sais quoi ? On va se poser là, j'ai besoin d'un verre, parce que là j'arrive au bout de mes limites, et j'ai pas envie de te faire mal, ça va me calmer ».

La silhouette mannequin l’entraîna dans un bar. Pas l’choix Liam, mais bon… Plutôt cool comme punition non ? Sauf si c’était un piège bien sûr, mais le blond ne semblait pas avoir envie de lui faire un ravalement de façade. Il pénétra dans le bar qui semblait plutôt animé, même s’il avait pas l’air très bien fréquenté. C’était pas le moment de faire le relou, il l’avait déjà bien remonté. Liam slaloma entre les serveuses qui étaient bien occupées à distribuer des verres. La musique était assez forte et résonnait dans son torse. Du regard, il chercha un endroit où poser ses fesses bien confortablement, il était KO lui aussi. De loin il repéra un coin de pénombre, pas très isolé (on sait jamais…) et plutôt bien calé. Il se dirigea vers l’emplacement en supposant que l’inconnu le suivait. Il déposa sa guitare tout doucement sur la banquette avant de s’affaler sur le banc de manière nonchalante et maladroite. La guitare c’est important, le reste on s’en fiche. Liam leva sa jambe et posa sa cheville droite sur son genou gauche pour se caler. Il sortit un paquet de cigarette et un briquet puis alluma sa clope, l’air de rien.

« T’en veux une ? » Liam mit son briquet dans le paquet et le lança sur la petite table en bois vers le blond pour qu’il se serve. Il lui adressa un sourire, plutôt sympa après avoir recracher une bonne dose de fumée cancéreuse qui venait d’envahir ses poumons. « M’en veux pas, j’étais heureux ce soir, j’avais envie de m’amuser. Faut pas croire, j’suis pas méchant. J’avais juste envie de jouer. » Il tire une nouvelle taff sur sa clope avant d’ajouter avec un sourire malicieux. « Bon, maintenant que tu sais que j’fais pas partie d’un gang de rue, tu joues ou tu ne joues pas ? » Les yeux de Liam brillaient, c’était plutôt mignon, on aurait dit un gosse qui venait de trouver un partenaire de jeu. Le jeune homme interpella une serveuse pour commander.


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Ven 5 Aoû - 21:54


 
La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam

 
 
« Non, on s’connait pas. C’est ça qui est drôle non ? Un peu d’humour, t’as bien vu que j’étais pas un voleur ou un hooligan. »

Ouais alors entre l'Angleterre et la Russie y'a un monde ! Au sens figuré et au sens propre, parce que visiblement c'est pas ton genre d'humour ! Tu hoches la tête, parce que t'as même pas la force de feindre un sourire, c'est fatiguant.

« Morris, Liam Morris. Bon, ça l’fait mieux avec James Bond j’avoue. Et toi, tu es ? »

Ce type porte un nom de cigarette, il remonte dans ton estime. Tu l'esquisses sincèrement ton bout de sourire, qu'il en profite ! Bon sang, en plus James Bond quoi... C'est bien un british, jusqu'au bout des cordes, manquerait plus qu'il bouffe de la gelée et de la viande à la menthe. Tu soupires.

« Tu ne vas pas me lâcher, n'est-ce pas ? »
, bon, de toute évidence tu sens que ce type, ce Liam, il t'a dans sa ligne de mir, et tu ne vas pas lui échapper à moins de lui faire goûter tes poings, et franchement là c'est pas le soir, t'es claqué en plus, tes pieds se plaignent. Au moins avec un peu de chance dans ton malheur, tu apprendras un peu d'anglais.

« Igor Pradznikov, c'est mon nom, et James Bond est une tapette en costume trois pièces ! ». (heureusement que t'as appris des gros mots dans toutes les langues!). Tu tends la main parce qu'on t'as appris que se présenter se fait dans une poigne virile. Faire sentir que tu existes, que tu es imposant, que tu contrôles.

Vous entrez dans ce bar pour le moins... Pittoresque ! Tu suis le brun qui se fraie un chemin, et très franchement, s'il n'avait pas ton téléphone dans sa veste, tu aurais sans doute rebroussé chemin en le perdant volontairement dans le bain de foule. Cette... « Musique », ce bruit était atroce, tu ne supportes cette cacophonie qu'avec une bonne dose d'alcool dans le sang. Lennon Junior trouve une table, vous vous asseyez, tu le regardes déposer sa guitare avec la minutie d'un type qui construit un château de cartes. Tu t'esclaffes discrètement. Tu le vois déjà gratter les cordes d'un air détaché et nonchalant, replacer sa mèche, briser le cœur des prépubères, tragique. Il allume une clope (bon, encore un point en son honneur), et t'en propose une (ok, tu peux commencer à te dérider deux minutes).

« … Merci ». Ah bah, faut dire que ça t'écorches un peu la bouche quand même (ce mec a tient quand même ton portable en otage, et tu es presque consentant car tu sais que fatalement, en deux secondes tu peux lui péter le bras).

« M’en veux pas, j’étais heureux ce soir, j’avais envie de m’amuser. Faut pas croire, j’suis pas méchant. J’avais juste envie de jouer. »


Il a un sourire fumant, normalement c'est TA spécialité ça, le sourire fumant, et t'aimes pas trop qu'on te pique tes effets. Tu tires sur ta clope, mais contrairement à lui, toi t'es droit comme un « i », pas le moment de choper une scoliose, et puis te te rends même plus compte de ton maintient parfait.

« Have fun ? », c'est une fausse question. Tu dis ça avec un espèce de détachement dans la voix, un regard fuyant, et une nostalgie marquée. Depuis combien de temps tu ne t'es pas amusé, toi ? Genre VRAIMENT amusé ? Tu te souviens même plus. Bon sang tu bosses trop, tu te fais vieux si ça trouve. Outch, non là t'as une vision d'horreur, tant pis pour demain matin, ton corps bougeras sans ton cerveau, mais faut pas te laisser devenir vieux, t'as une réputation à honorer mon gars ! Tu veux interpeller la serveuse, mais Lennon te devance, quelle plaie !

« Bon, maintenant que tu sais que j’fais pas partie d’un gang de rue, tu joues ou tu ne joues pas ? »

Proposé comme ça, tu ne peux pas refuser, c'est une honte à ton nom de ne pas accepter le challenge, et une folie furieuse de la part de Liam de proposer de jouer à un Pradznikov. Tu souffles un nuage de fumée dans sa direction, son visage juvénile disparaît quelques secondes.

« J'crois que t'es un peu jeune sweetheart pour aller sur ce terrain avec moi. A quoi tu veux jouer.. ? »
, ton intonation sonne comme un défi, tes yeux s'allument, tu te crois dans un casino, la roulette démarre !

La serveuse écoute, elle prend les commandes. Elle te demande ce que tu veux la madame. Tu réfléchis même pas, c'est un automatisme.

« Vodka, la meilleure que vous avez hein. Ne m'empoisonnez pas avec votre eau bénite là, hein... », nan tu préviens parce que leur vodka ici, c'est du Yop pour toi !

« Tu bois quoi Lennon ? »
, t'aime bien l'appeler comme ça, ça lui va bien, et puis au fond, tu espères que ça le fasse chier. Elle a tout noté sur son calepin, elle s'éloigne et tu questionnes le brun du regard.

« Bon t'accouches ? A quoi tu veux jouer ? Si je gagne, je récupère mon portable... - Et donc, je salue dorénavant le perdant... », toi t'annonces la couleur, t'es bien trop fier de tes origines de dur à cuir que t'es pas prêt de lâcher devant un petit guitariste chevelu ! Enfin... Tu espères surtout que tu vas obtenir l'effet escompté car le type parle en anglais, et toi ben... Tu beugles la langue de Shakespeare comme une vache espagnole! Le russe, le français ou même l'italien, mais l'ANGLAIS quoi!
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Sam 6 Aoû - 18:32

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor





« Igor Pradznikov, c'est mon nom, et James Bond est une tapette en costume trois pièces ! »

Igor, wow. Liam n’avait entendu ce nom que dans les livres ou les films. Aucun Igor dans son entourage, à vrai dire il ne connaissait et n’avait jamais rencontré d’Igor auparavant. Il le salua en retour. Une fois installés dans un coin du bar, et après avoir proposé une clope, le blond daigna lâcher un mot. Il n’avait toujours pas pu deviner d’où il pouvait bien venir. Sûrement de l’est, mais Liam n’était pas trop doué avec les noms.

« … Merci. »


Oh un p’tit merci. Il n’était peut être plus trop énervé après tout. Liam lui propose de jouer, et laisse un temps de réflexion à son interlocuteur. Il a l’air pensif tout à coup. Liam passa sa main derrière sa nuque pour la détendre, après tout, le blond lui avait bien serrée, sans doute sans s’en rendre compte. Ou pas, mais c’était mérité. Il prit sa clope entre son index et son pouce et lâcha une grosse bouffée de fumée. Liam était plutôt amusé par le garçon. Il n’avait jamais eu de rencontre pareille. Une bousculade, Liam qui fait le con et… Une course poursuite ? Non. Un verre dans un bar. Plutôt atypique n’est-ce pas. Le brun décroisa sa jambe et se mit un peu plus droit. A peine eut-il le temps de se placer qu’Igor lui lança sa fumée. Liam patienta qu’elle s’étiole peu à peu pour laisser apparaître son visage pâle. Igor ajouta une petite phrase plutôt provocatrice.

« J'crois que t'es un peu jeune sweetheart pour aller sur ce terrain avec moi. A quoi tu veux jouer.. ? »

Il le fixa, droit dans les yeux. Il déposa sa clope dans le cendrier et frappa dans ses mains en lâchant un petit rire stupide. Liam commençait enfin à comprendre qu’en réalité, Igor ne le prenait pas au sérieux, qu’il était juste amusé/agacé par son comportement.

« Trop jeune, tu connais pas mon âge ! J’ai peut-être l’air d’un gosse mais... c’est pas c'que dit ma carte d’identité.»

Liam reprit sa cigarette qui venait de se consumer seule, laissant la cendre former un pont sans extrémité, qu’il brisa, d’un coup d’index au dessus du cendrier. Un joli tas se forma dans le récipient, du gâchis. Mais Liam était bien trop intrigué par Igor pour rester concentré sur sa clope. Il aimait et n’aimait pas à la fois, la manière dont Igor s’adressait à lui. Il était difficile à cerner et les mystère, Liam adoooore ça. Le blond venait de l’appelé Lennon, plutôt pas mal trouvé, même si sa musique n’avait aucun rapport avec lui, au moins l’inconnu reconnaissait que Liam jouait et qu’il était ambitieux. Qu’allait-il commander ? Pas la peine de réfléchir.

 « Hum, j’vais prendre une Fée Verte. Un p’tit cocktail à l’absinthe. »

Liam réceptionna les boissons apportées par une jolie serveuse brune aux cheveux assez courts. Il lui adressa un beau sourire et la remercia.  Il tendit le verre d’Igor vers lui. Il avait déjà son idée de jeu derrière la tête. Un blond tout pâle comme lui doit pas bien sortir dans les bars.


« Bon t'accouches ? A quoi tu veux jouer ? Si je gagne, je récupère mon portable... - Et donc, je salue dorénavant le perdant... »

Liam étouffa un rire. Sérieusement, il se foutait de lui comme ça ? Perdant… ? Liam était un grand joueur. Il n’allait pas perdre comme ça. Il soupira doucement et détourna le regard vers une fille qui dansait, elle avait l’air de s’amuser. Cela faisait bien longtemps que Liam n'avait pas eu de relation sérieuse. Que des coups d'un soir. Il lui répondit sans tourner le regard vers lui, mais avec un sourire amusé.

« Je ne suis pas mauvais perdant, mais je n’aime pas qu’on me nomme perdant alors que le jeu n’a même pas commencé.»

Liam continua de fixer la jeune fille et saisit son verre pour boire une gorgée. Sentant le regard d’Igor sur lui il pivota et se mit face à lui.  

« Puisque tu sembles vouloir faire le malin, j’te laisse boire 5 verres de Vodka, d’la « vraie » comme tu disais si bien à la serveuse. Et si tu tiens l’coup, j’te rend ton mobile. Deal ? »

La cigarette de Liam toujours dans sa main, il la termina et l’écrasa en plantant son regard dans celui d’Igor. Il allait carrément adorer cette soirée. Cela lui vidait la tête, les rencontres incongrues étaient souvent les meilleures.

« Ca veut pas dire qu’on va pas causer. Alors, d’où vient cet accent ? Tu fais quoi dans la vie ? »

Liam prit le temps de s’éclaircir la gorge puis continua de boire son breuvage. N’empêche qu’il avait déjà un sacré mal de tête à cause de la pression de la soirée au bar d’avant pendant son mini concert. Liam a du mal à supporter le stress, ça le rend vulnérable. Il n’aime pas dépendre des autres et de leur appréciation. Il n’aime pas ne pas avoir le contrôle de ce qu’il aime faire. Cette soirée, ne faisait que commencer. Et… Elle lui changeait clairement les idées.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Sam 6 Aoû - 23:23


La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam


« Trop jeune, tu connais pas mon âge ! J’ai peut-être l’air d’un gosse mais... c’est pas c'que dit ma carte d’identité.»

Tu arques un sourcil, ce type te prend pour un flic ou quoi ? Qu'est-ce que tu vas foutre de sa carte d'identité ? Et puis, peu importe son âge au mec, au fond tu t'en fous royalement.... Nan mais attends, il ne peut pas être plus vieux que toi, c'est pas possible, bon. Peut-être que ça t’intrigues un tout petit peu, parce qu'il a 'air de revendiquer sa maturité, alors que bon, il a une tête de Pikachu quand même... Tu tires une taffe, humecte promptement tes lèvres, souffles.

«Vingt-quatre ? »
.  Tu tentes. Vingt-quatre à tout cassé. Tu commandes ta vodka, et quand le petit jeunot demande un cocktail à l'absinthe, tu hausses les sourcils. T'as du mal à imaginer un type comme lui boire un truc aussi raffiné et subtil, et t'es encore plus surpris qu'il utilise l’appellation d' Oscar Wilde pour la nommer. Toi tu le voyais plus comme un « Fréro Delavega » à la noix qui porte des bracelets en tissu de couleur, et qui court les festivals avec son verre de bière en plastique. Une scène cinématographique te revient soudain en mémoire. Tu revois le compte Dracula servir de l'absinthe à la superbe Wilhemina Murray-Harker. Tu entends le bruit de la liqueur remplir le cristal du verre à pied, tu peux presque en sentir le goût dans ta bouche... Okay, il marque un point le petit. A propos de superbes femmes, la demoiselle qui vous apporte les boissons en est une parfaite illustration. Liam lui sourit bêtement, tout ce que tu vois c'est sa mâchoire béante, tu esquisses un rire. Il est assez maladroit, et un tantinet pathétique. Tu décides de ne pas t'en mêler, tu lui donneras un cours de séduction plus tard.

Le brun voulait faire le coq et jouer un peu (jouer avec le feu surtout!), sauf que tu prêtes quand même un peu l'oreille car la mise en jeu, c'est ce qui ta amené ici : ton portable ! On dirait que le type n'aime pas que tu te moques de lui, il prend un peu la mouche, ah il n'aime pas être appelé « perdant », mais comment tu veux le prendre au sérieux alors qu'il louche déjà sur une autre fille qui bouge ses fesses sur le dancefloor à côté.

« Bordel mais t'es mort de faim, toi ! », t'as envie de le secouer. « Je croyais que tu voulais jouer, t'as allumé la machine, maintenant t'es un homme, et t'es là, pas le temps pour les gonzesses ! C'pas possible ça ! », t'hésites presque à rire. Alors son pari il le lance enfin...


« Puisque tu sembles vouloir faire le malin, j’te laisse boire 5 verres de Vodka, d’la « vraie » comme tu disais si bien à la serveuse. Et si tu tiens l’coup, j’te rend ton mobile. Deal ? »

Tu essayes de retenir ton sourire mais franchement là, t'as du mal. Ta fossette se creuse et tu mords ta lèvre inférieure. Il est mignon, presque touchant... Tu te frottes le visage dans tes mains, principalement pour lui dissimuler ton rire que tu sens arriver de nulle part.

« отвяжись...», tu soupires. Le mec il n'est pas sérieux... « Cinq verres d'affilés ? ». C'est vrai que t'es grand et élancé mais t'as jamais eu de gros soucis avec l'alcool. Pour être dans un état second t'as au moins besoin de la drogue. T'as commencé avec la weed vers la fin du collège, t'as testé la coke bien sûr depuis que ton taf est devenu infernal et presque inhumain, un peu la MDMA du temps où tu savais t'amuser, mais l'alcool... Franchement t'en consommes et t'absorbes comme une éponge, ça te fais rien. Pis en plus t'as passé toute ta vie en Russie, alors autant dire que la vodka d'ici... C'est pas cinq verres de playmobil qui vont te faire tituber.

« Tu peux déjà sortir mon portable. Je sais même pas pourquoi je joue ! »
. Tu pourrais boire tes verres, prendre ton bien et te casser, mais il fait la conversation, relou jusqu'au bout.

« Ça veut pas dire qu’on va pas causer. Alors, d’où vient cet accent ? Tu fais quoi dans la vie ? »

Eh il va te vexer s'il continue ! Tu peux pas concevoir qu'on te prête une autre origine que la tienne, pas parce que t'es un type nécessairement fermé, mais t'es tellement fier de ta nationalité que tu comprends pas quand on te demande encore d'où tu viens. Tu ne l'envoies pas chier, tu prends sur toi pour pas lui sortir une énorme connerie.

« Tu visualises Ekaterinbourg ? Je suis né là-bas, puis j'ai migré à Saint-Pétersbourg quand je n'avais que six ans, j'ai passé quelques années en France, et me v'la ici... D'ailleurs, qu'est-ce qu'un anglais fais au Canada ? ».

Il veut savoir ce que tu « fais dans la vie », arrrgh, déjà t'aimes pas cette expression, elle est tellement passe partout qu'elle te file la gerbe. T'hésites à lui dire que t'es danseur parce que les gens ont toujours de drôles réactions par rapport à ça, mais après tout, t'es fier de toi.

« Je suis danseur étoile. Je danse depuis que j'ai déménagé à Saint-Pétersbourg, c'est mon métier. C'est pas des horaires de bureau et ça te fatigue jusqu'aux os, mais c'est... Le moteur qui me fait avancer.... Quand je ne pourrais plus danser... », t'as même pas envie de finir cette phrase. Tu seras tellement malheureux que tu pourrais presque te tirer une balle.

« Bon... Parlons peu parlons bien. », tu récupères la bouteille de vodka que tu as discrètement commandé à la demoiselle, tu te sers le premier verre.

« Qu'on en finisse ! », c'est sec ce que tu dis, mais tu souris, ça apaise, non ?

Un verre.
Deux verres.
Trois.
Quatre.
et...
Cinq !

« C'est pas humain de servir ça. Enfin bon, on peut pas leur en vouloir ! ». C'est comme si tu avais bu du lait. Bon c'est vrai, t'as l’œsophage chauffé, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard. Tu tends la main d'un air triomphant.  

« Autre chose ? ».


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Dim 7 Aoû - 23:57



LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor





« Vingt-quatre ? »

Alors c’était ça l’âge qu’il lui donnait ? Il avait mal visé, mais n’était pas si loin finalement. Liam esquissa un sourire satisfait qu’il se soit trompé, comme s’il avait remporté quelque chose, d’inutile mais dont il était content quand même. Liam avait bien conscience qu’il faisait moins que son âge, parfois on lui demandait même sa carte d’identité. Gonflant. Mais de temps en temps c’est cool pour avoir des réductions haha. Le jeune garçon, se décida à répondre, après un petit silence.

« T’étais pas loin mec. 26, j’vais sur mes 27. J’sais que j’les fais pas, j’sais bien ».

Liam prit son menton entre ses doigts et se frotta la petite barbe de 3 jours qu’il avait pour faire mine de se la péter un peu, ironiquement. Le garçon avait tout de même le visage doux malgré son duvet piquant. Il fallait qu’il pense à se raser un peu, mais pas trop, il perdrait de son charme.


« Bordel mais t'es mort de faim, toi !  Je croyais que tu voulais jouer, t'as allumé la machine, maintenant t'es un homme, et t'es là, pas le temps pour les gonzesses ! C'pas possible ça ! »  


Alors, Igor l’avait du mater la nana. Liam mort de faim ? Sûrement pas, mais l’idée qu’Igor pense ça l’amusait. Il crispa son visage de manière un peu surprise puis se mêlèrent ensuite des rides de suspicion. Il finit par lâcher un petit rire.

« J’ai qui j’veux quand j’veux. J’aime juste admirer les courbes imparfaites, les mouvements légers, la douceur qui virevolte, les pliures des vêtements qui froisse la perfection d’une tenue, les sourires qui fendent les visages, les pas de danses irréguliers, les verres en trop qui dirigent les mouvements de bassin… A travers, la musique. Toujours la musique.»

Liam s’emportait dans son récit, passionné par la jeune fille. Elle était jolie, heureuse et amusée. Le jeune homme était un artiste, alors, la musique il connaît. Il sait qu’elle emporte, qu’elle envahie, qu’elle fait suer et rend fou. La musique c’est sa vie, il vivait à travers elle. Elle transperçait son cœur lorsqu’il était malheureux, elle l’emmurait lorsqu’il voulait être seul, elle le caressait quand il avait besoin d’une muse. Son aura était tellement forte. Il avait sûrement l’air d’un idiot à ne plus parler, mais ce n’est pas important. Il posa sa main sur l’étui de sa guitare une seconde puis reprit ses esprits. Il claqua des doigts puis se frotta les mains comme pour éloigner les énergies perturbantes de sa passion. Le brun lui proposa un deal de 5 verres et Igor se fichait déjà de sa tronche. Mais voyons voir ce dont le blond était vraiment capable. La face pâle le somma de sortir son téléphone, persuadé de son succès. Liam tient toujours sa parole, il sorti machinalement le mobile et le déposa sur la table. Igor marmonna dans une langue inconnue pour Liam, qui n’osait pas demander de quoi il s’agissait, il avait déjà assez l’air stupide.

« Tu visualises Ekaterinbourg ? Je suis né là-bas, puis j'ai migré à Saint-Pétersbourg quand je n'avais que six ans, j'ai passé quelques années en France, et me v'la ici... D'ailleurs, qu'est-ce qu'un anglais fais au Canada ? Je suis danseur étoile. Je danse depuis que j'ai déménagé à Saint-Pétersbourg, c'est mon métier. C'est pas des horaires de bureau et ça te fatigue jusqu'aux os, mais c'est... Le moteur qui me fait avancer.... Quand je ne pourrais plus danser... »

Liam étouffa un petit rire tout doucement et très discret. Un danseur étoile ? Il n’avait pas réussi à tout de suite le visualiser danser, seule la tenue était venue en tête et trônait fièrement au top de son imagination. Il reprit son sérieux aussitôt se rendant compte qu’il était totalement sérieux. Il l’écouta attentivement finir sa phrase. La fin de sa réponse lui envoya un coup en plein dans les tripes inconsciemment. Le blond, tout pâle, taille mannequin tout stricte et tendu comme un string était lui aussi un artiste. Liam sourit à son interlocuteur en hochant la tête de haut en bas pour signifier qu’il l’écoutait et était convaincu par ce que lui racontait le blond.


« T’as l’air passionné. Et vu tes cernes, ta droiture et ta crispation j’peux que confirmer que tu dois t’entrainer comme un malade. »

Liam saisit son verre et le bu tout en observant Igor entamer le début du jeu avec un verre de Vodka. Puis un second, jusqu’au dernier. Le brun fini son verre au même moment, en prenant son temps. Il déposa le verre vide sur la table et colla sa main sur le téléphone tandis qu’Igor tendait la sienne pour l’avoir.

 « La Russie, t’es sûr que ça existe ? C’est sur Terre ? Non parce que 5 verres d’affilés sans être mort… Ou alors t’es juste pas humain. »

Liam referma sa main fermement sur le téléphone et le souleva de la table. Il retourna sa main, paume vers le visage d’Igor et ouvrit la main pour qu’il puisse saisir son mobile. Liam était agaçant, mais il savait jouer dans les règles et tenir une parole.


« Autre chose ? »

Liam secoua la tête pour signifier un non. Il haussa les épaules l’air de dire « tu peux faire c’que tu veux maintenant ». Il le regarda en attendant qu’il prenne le téléphone de sa main, tout en essayant de déchiffrer les plis de son visage. Est-ce qu’il s’ennuyait et voulait en finir ou avait-il trouver ça plutôt cool finalement ? On ne saura pas.

« J’te laisse tranquille. Au fond je sais que je t’ai distrait. Tu n'oublieras pas notre rencontre parce qu' « Il n’y a pas d’étrangers ici mais simplement des amis que vous n’avez pas encore rencontrés ». »

Liam interpella la serveuse et commanda un autre verre. Cette soirée avait été intense. Il ne savait que penser d’Igor. Le brun se fit craquer les doigts et se frotta les yeux. Il commençait déjà à réfléchir à ce qu’il allait faire du reste de la nuit maintenant que le blond allait sûrement se tirer. Liam n’était pas assez intéressant pour lui et il lui avait fait comprendre mille fois, qu’il voulait juste son mobile et rentrer chez lui. Liam soupira dans un sourire, le fixant dans les yeux en attendant une réaction. Il s’apprêtait à le saluer et lui souhaiter bonne route.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Lun 8 Aoû - 16:46


La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam


« T’étais pas loin mec. 26, j’vais sur mes 27. J’sais que j’les fais pas, j’sais bien ».

Bon, il reste plus jeune que toi ce que est plutôt rassurant considérant le visage candide qu'il a, mais il n'y a pas non plus un gouffre abyssal entre vous. Attendez... Donc si tu résumes bien, ce petit freluquet avec sa barbe de trois jours, sa guitare et son goût visiblement prononcé pour les filles qui dansent dans les bars, a presque ton âge... ? Peut-être que c'est toi qui a du soucis à te faire au final. Peut-être que c'est toi qui n'est pas normal, qui est trop sérieux. En plus le pire c'est qu'au fond t'as bien conscience que tu profites de la vie quand même, ou plutôt que tu as bien profité. T'as fini stone sur quelques terrasses de bars la nuit, t'as chanté à tue-tête dans les rues, t'as couché avec des gens sans te souvenir de leurs noms et pas toujours dans un lit, tu t'es fait explosé le cerveau avec toutes sortes de drogues, et t'as même joué de l'orgue, de l'ORGUE ! Aujourd'hui tu te cantonnes à ce pourquoi tu es vraiment doué. Tu as conscience que plus tu vieillis, plus tu deviens hypocondriaque, et tu crains que tes chances de pouvoir danser se réduisent considérablement si tu fais le moindre écart dans ta vie. Marche tout droit. Profite tant que tu le peux encore. Sois parfait, ne déshonore tes efforts, continues de briller, laisse la trace de ton passage, que les générations futures se souviennent de ton travail. Deviens un modèle. Pas le temps pour le reste.

« Outch... Presque vingt-sept. J'en ai vingt-huit... Bientôt vingt-neuf. Un pied déjà dans la tombe. »
, c'est plus fort que toi, t'as tout le temps peur de crever, alors t'essayes de passer le plus de temps de ce qui te reste à faire ce qui te fait vibrer. Lui, visiblement, il préfère profiter de sa jeunesse.

« J’ai qui j’veux quand j’veux. J’aime juste admirer les courbes imparfaites, les mouvements légers, la douceur qui virevolte, les pliures des vêtements qui froisse la perfection d’une tenue, les sourires qui fendent les visages, les pas de danses irréguliers, les verres en trop qui dirigent les mouvements de bassin… A travers, la musique. Toujours la musique.»


Quelle arrogance... Tu te pinces l'arrête du nez, priant tous les saints du paradis pour ne pas t'exprimer à haute voix.

« Qu'est-ce que tu peux raconter comme conneries... », tu souris, il a l'air si insouciant ce type. « Mais attends explique moi, y'a un truc que je comprends pas bien. A t'écouter tu peux choper toutes les nanas que tu veux en un clin d’œil, donc euh... pourquoi tu t'emmerdes avec moi ce soir ? Je sais que j'ai un certain charme, un charme certain plutôt, mais tout de même, je pense être loin derrière la barmaid à tes yeux, donc éclaire-moi ! C'est quoi le soucis, t'as de l’acné sur les bijoux de famille peut-être ? ». Tu accueilles volontiers la bouteille de vodka qui se dresse sur la petite table et commence à remplir ton verre pour honorer ton stupide pari. Gagner n'était qu'une formalité, tu attends de récupérer ton butin, et avec un triomphe plutôt modeste, tu te contentes de répondre à la curiosité de Liam. D'où tu viens, ce que tu fais de de tes journées, rien de bien original. Comme tu t'y attendais, le brun esquisse un sourire, il laisse même échapper un petit rire discret, rempli d'ignorance. T'as envie de crier, t'es vexé, mais tu le montres pas.


« T’as l’air passionné. Et vu tes cernes, ta droiture et ta crispation j’peux que confirmer que tu dois t’entrainer comme un malade. »


Peut-être que finalement, les cinq verres d'affilés te chauffent un peu trop la poitrine, plus que tu ne l'aurais imaginé. Faut dire que tu n'as pas bu depuis un moment, et que tu viens de passer cinq heures à t'entraîner, c'était peut-être pas la meilleure chose à faire. Là tu sens quand même une bouffée de chaleur envahir ton corps, et tu fronces les sourcils.

« J'vois pas ce qu'il y a de drôle, c'est vrai que la danse classique s'adresse à une catégorie de gens un peu cultivés, tout le monde ne peut pas comprendre. Peut-être que tu crois que je ne suis bon qu'à frapper dans un punching-ball, tu me prends pour un Billy Elliot sans doute. », tu ris. Tes mains picotent, tiens donc...

« En tout cas, t'as raison sur un point, je m'entraîne effectivement comme un malade. Faut ce qu'il faut pour être au top. », t'attends toujours ton portable, mais pour être honnête, tu commences à voir un peu flou et tes bras s'alourdissent, peut-être que leur produit n'était pas si dégueulasse que ça en fin de compte.  
 

 « La Russie, t’es sûr que ça existe ? C’est sur Terre ? Non parce que 5 verres d’affilés sans être mort… Ou alors t’es juste pas humain. »

Liam tend ton mobile, et tu fixes sa main qui le retient en otage, l'air un peu naïf, voir béat. Tu l'attrapes, et ça te fait du bien de le tenir dans ta main, comme si tu brandissais une médaille. Ça veut dire que t'as gagné, mais alors merde... Les voix se font de plus en plus sourdes et lointaines, ça bourdonne dans tes oreilles, tu plisses les yeux et t'affales nonchalamment sur la table pour approcher ton tympan du type.

« P'tain t'as jamais vu la Russie ? »
, mec ressaisit toi, t'as l'air d'un poivrot. Tu te redresses un peu, juste pour la forme, mais tout ton corps s'alourdit et tu sens que tu prends racine dans la banquette, en plus, t'as encore envie de fumer.

« … M'mais t'as raté ta vie ! L'hiver c'est stupéfiant... T'as déjà vu la neige, il neige en Angleterre ! Ah mais c'pas la même neige, chez moi c'est... », ta paume qui soutenait ta tête dérape, et tu manques de t'éclater le front sur la table, tu secoues la tête.
 

« J’te laisse tranquille. Au fond je sais que je t’ai distrait. Tu n'oublieras pas notre rencontre parce qu' « Il n’y a pas d’étrangers ici mais simplement des amis que vous n’avez pas encore rencontrés »


T'as pas la foi de finir la citation, t'es pas vraiment en état, mais t'as reconnu bien sûr. Il semblerait que ce petit gratteur de cordes soit cultivé finalement... Bonne surprise... Tu souris, tu souris franchement (et bêtement, saleté de liqueur!).

« Je rêve, t'es pas en train de citer Yates quand même... ? », tu demandes pendant que la jolie serveuse lui apporte un autre verre. T'essayes de te lever, mais tu retombes aussitôt dans ta banquette. Tu te dis que le réveil va être rude... Mais quand la serveuse t'adresse un sourire, tu te dis que tu t'en fous, au fond. T'as jamais raté une répétition, t'as le droit de feindre une grippe une matinée, nan... ?

« 'Puis merde.. ! Vu comment tu m'as abordé tout à l'heure, tu dois aimer faire la fête toi, nan ? ».      

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Lun 8 Aoû - 18:08

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor






Liam venait de se faire un petit monologue plutôt sympa et Igor avait décidé de prendre un malin plaisir à le remballer. Pas facile à dompter ce grand blond.


« Qu'est-ce que tu peux raconter comme conneries...  Mais attends explique moi, y'a un truc que je comprends pas bien. A t'écouter tu peux choper toutes les nanas que tu veux en un clin d’œil, donc euh... pourquoi tu t'emmerdes avec moi ce soir ? Je sais que j'ai un certain charme, un charme certain plutôt, mais tout de même, je pense être loin derrière la barmaid à tes yeux, donc éclaire-moi ! C'est quoi le soucis, t'as de l’acné sur les bijoux de famille peut-être ?»

Liam esquissa un sourire. Il était sérieux là Igor ? Parce qu’on peut s’faire des filles on doit le faire ? Et parce qu’on peut s’faire des filles, on a pas le droit de traîner avec des mecs ? Liam lâcha un rire. Il prit un regard en coin, plutôt provocateur et s’adressa avec une voix à moitié mort de rire à Igor.

« T’es jaloux ? Tu préfères que j’te regarde toi c’est ça ? Tu as tooooute mon attention ! »


Liam, toujours le regard en coin sortit sa p’tite phrase de faux lover et dans un élan de débilité haussa plusieurs fois les sourcils tel un prédateur, en finissant sa phrase. Il laissa un instant de silence pour faire croire à Igor qu’il était sérieux, puis, le brun étant trop tendu et ne sachant s’empêcher de briser les blagues, explosa de rire. Son rire résonnait à peine entre la musique et le brouhaha des discussions autour mais cela lui illuminait le visage. Ses yeux pétillait et il était bien. Le stress de ces derniers jours le rendait un peu trop tendu et il fallait que ça sorte. Son rire était limite exagéré mais il ne s’en rendait pas compte, c’était la pression qui relâchait. Il balança sa tête en arrière pour finir de rire doucement et se cogna plutôt violemment la tête contre un truc qui ressemblait à de la décoration. Son rire stoppa net.

« On peut même pas rire ici, le karma me puni de te tourmenter j’crois ! »

Le brun se frotta la tête avec un air bougon. Il plissa les lèvres pour accentuer cet air et fronça les sourcils en baissant la tête. Liam, il y croit au karma, malheureusement. Il releva la tête en observant Igor qui répondait à ses questions et Liam, n’avait pas eu la réaction appropriée bien sûr. On va pas s’mentir, c'est un boulet.


« J'vois pas ce qu'il y a de drôle, c'est vrai que la danse classique s'adresse à une catégorie de gens un peu cultivés, tout le monde ne peut pas comprendre. Peut-être que tu crois que je ne suis bon qu'à frapper dans un punching-ball, tu me prends pour un Billy Elliot sans doute. En tout cas, t'as raison sur un point, je m'entraîne effectivement comme un malade. Faut ce qu'il faut pour être au top. »

Liam ne savait que répondre. Il prit un air un peu désolé pour exprimer son regret. Il n’avait pas voulu le vexer. Enfin… Liam est spontané. Un peu comme un chiot qui remarque un jouet sur le bord de la table et qui saute dessus pour l’attraper sans se soucier de qui est sur son chemin. Il rentre dans l’tas et parfois c’est plutôt un mur.

« J’voulais pas dire ça. J’suis sûr que t’es doué. T’en a l’air. Mais j’avoue que ça m’intrigue. J’ai déjà vu des ballets, ma mère était absorbée par ce genre de représentation. Quand mon père n’était pas là, elle me demandait de l’accompagner dans sa "fanitude" de danse classique. J’aime l’art, quel qu’il soit. Vu que tu me menaces depuis tout à l’heure, ça a eu un côté paradoxal dans mon esprit donc ça m’a fait sourire du genre  « tu t’es fais maltraité par un mec en tutu rose » tu vois l’genre. ‘Fin bref, j’suis pas doué pour être commode. J’vais arrêter de parler maintenant parce que j’pense que j’ai vraiment l’air encore plus con… .»

Igor prit la boisson, la consomma et surpris Liam. Il tenait l’coup le blond dit donc. Liam rendit son téléphone et Igor en profita pour s’foutre encore de sa tronche au sujet de la Russie. Mais il semblait plus trop au top finalement. Il avait l’air un peu chauffé. Liam l’observa dans ses mouvements imprécis.

 « Non j’y suis jamais allé, sûrement un jour. J’ai prévu d’me faire une virée dans plein d’pays. J’suis pas un mec stable qui reste à rien faire au même endroit. J’avais besoin de fric, j’m’en suis fait. Encore un peu d’temps et j’irais explorer le monde ! »

Liam prit un air triomphant un peu négligé et mal imité puis sourit à Igor qui semblait un peu tourmenté. Igor s’affalait sur la table, approchait son oreille, semblait faire exprès de se mouvoir pour éviter de laisser l’alcool ankyloser ses muscles et ses articulations. Liam se sentait un peu inquiet sur le coup. C’était lui qui l’avait fait boire autant d’un coup. Il fallait qu’il le laisse vraiment partir, mais le blond venait de le recaler après avoir été surpris de sa citation. Liam était un peu trop obnubilé par le comportement d’Igor pour lui répondre. Nous y voilà... Le blond venait de tenter de se lever, en vain et maintenant c’était lui qui faisait des sourire niais à la serveuse.


«  'Puis merde.. ! Vu comment tu m'as abordé tout à l'heure, tu dois aimer faire la fête toi, nan ? »

Liam ne savait plus à quoi s’attendre. Il allait vomir ? Pleurer ? Rire ? Tomber ? Auuuuucune idée. Le brun se rapprocha de lui et lui mit un coup de coude.

« T’es sûr que t’es bien là, mec ? J’voudrais pas avoir commis un homicide involontaire. J’bois rarement de la vodka. J’pensais pas te tuer..»

Le brun le fixa avec un sourire avant de prendre son sérieux d’un seul coup. Il saisit le verre vide sur la table et regarda au fond. Rien. Il se mit à le sentir, rien. Soit il était juste séché le beau blond à cause de son abstinence alcoolique trop longue soit on lui avait foutu un truc dans l’verre et Liam était bien trop nunuche pour le repéré. Peut importe. Il ne voulait pas qu’Igor se remette à boire alors il se leva, fit le tour de la table et se planta devant lui, debout.

« Aaaah, tu m’connais pas toi ! Oui bon, c’est clair que tu m’connais pas en fait. Ouai, j’aime faire la fête, mais comme t’as l’air un peu à l’ouest d’un coup on va y aller doucement.  »

Le brun ne disait pas ça en le prenant pour un enfant. C’était plutôt du genre «  j’sens que tu vas aller loin et que j’pourrais pas te retenir de toute façon donc… on commence doucement ». Liam piqua un verre sur le plateau de la serveuse qui passait et qui n’était même pas pour lui et commença à danser avec des petits pas, il avait entamé son mode « Let’s get wasted ». Deux petites gorgées. Juste deux pour commencer. Trop tard pour faire demi-tour ! Igor avait l’air d’avoir aussi envie de s’amuser, mais ça ressemblait plutôt à de l’amusement type relâchement de pression. Liam devait faire gaffe, si quelque chose arrivait ça serait de sa faute au final et Liam déteste ça. Il ne peut pas s’empêcher de protéger les gens. Comme il ne connait pas encore Igor et qu’il ne sait pas s’il va bien ou non il n’avait pas envie de lui montrer pour l’instant qu’il se posait des questions, alors il allait le distraire. Le p’tit brun dans la discrétion, c’est rare !

« Apparemment tu sais danser non ? Allez viens bouger tes fesses ! »

Liam laissa filer un petit rire et continua de lui sourire tout en buvant avant de lever son verre en l’air et de crier « wooooow ! » les yeux fermés. Eh oui, quand on a perdu Liam, on l’a vraiment perdu.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mar 9 Aoû - 21:59


La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam


Oh Seigneur ! Quelle est cette détestable expression provocatrice qui strie le visage de Lennon pendant qu'il se perd dans un ricanement ? Tu n'aimes pas ça...

« T’es jaloux ? Tu préfères que j’te regarde toi c’est ça ? Tu as tooooute mon attention ! »

Bon c'est vrai que la jalousie est un sujet assez sensible pour toi, t'essaye de le cacher tous les jours, mais depuis tout petit c'est l'un des défauts prédominants qui composent ta personnalité. Enfin bon, là, aucune raison de l'être, mais ce petit défaut qui t'es propre soudain dans la bouche de Liam, ça te fait tiquer. L'anglais rit, mais t'as pas envie de le suivre, même pas de faire semblant. Tu mimes simplement un « non » de la tête, en levant les yeux au plafond. Tu te sens sombrer, tu te demandes encore ce que tu fiches ici, mais quand la conversation s'oriente autour de la danse, ta passion te somme de rester, de t'exprimer. Visiblement le type qui avait souris à l'évocation de ton gagne pain, a l'air d'imaginer que tu es très doué, et il a bien raison de le penser ! Il a vu des ballets, peut-être qu'il a détesté, qu'il n'a pas aimé autant que sa mère disons, mais il pouvait imaginer.


« […] Vu que tu me menaces depuis tout à l’heure, ça a eu un côté paradoxal dans mon esprit donc ça m’a fait sourire du genre  « tu t’es fais maltraité par un mec en tutu rose » tu vois l’genre. ‘Fin bref, j’suis pas doué pour être commode. J’vais arrêter de parler maintenant parce que j’pense que j’ai vraiment l’air encore plus con… .»


T'as un brin de sourire sur les lèvres. Oh non, celle là elle est assez facile et elle ne te blesse plus vraiment. S'il lui plaît de t'imaginer avec un tutu rose, libre à lui, d'autant plus que... Pour être tout à fait honnête, ça ne te va pas si mal ! Ton ex petite amie (oui, la garce) t'as jadis fait essayer le sien, et franchement, tu le portais presque mieux qu'elle ! Penser à elle soudainement te fait remonter une boule d'angoisse et de nausée que tu dois absolument faire passer avec de la vodka. Franchement... Une fille que tu as aimé assez pour enfiler un tutu rose n'avait pas le droit de se comporter comme ça. Autant faire une croix sur l'amour ET sur les tutus !

« Tu ne crois pas si  bien dire... Les types en ballerines sont les plus féroces ! »
. Même si visiblement, Liam n'a jamais mis les pieds en Russie, t'as quand même changé d'avis, et t'as envie d'être fou ce soir.  Tes verres de vodka tu les alignes comme des petits soldats, et tu les avales... Comme des petits soldats ! (Rooooh ça vaaa!). L'alcool te grimpe à la tête, c'est vraiment rare quand ça t'arrive, mais quand tu t'en prives, que tu t'entraînes trop et que tu oublies de manger, ben ça pardonne pas. T'as les méninges en feu, mais tu t'en fous parce que t'as un rire incontrôlable qui te sort de tu ne sais où. Il vient te cueillir et ta cage thoracique s'ouvre en grand comme quand tu respires lentement avant d'entrer sur scène.


« T’es sûr que t’es bien là, mec ? J’voudrais pas avoir commis un homicide involontaire. J’bois rarement de la vodka. J’pensais pas te tuer..»


Tu te lèves, tu titubes, et tu fais un signe à Liam pour qu'il se rapproche comme si tu avais un secret à lui confier.

« J'peux crever d'un tas de trucs, mais pas de vodka, j'en avais dans mon biberon ! ».

Le type vide son verre cul sec (genre il peut t'arriver à la cheville... Peut-il?), et se plante devant toi.

« […] Ouai, j’aime faire la fête, mais comme t’as l’air un peu à l’ouest d’un coup on va y aller doucement.  »


Tu éclates de rire. Est-ce que ce chanteur de sérénades vient de te demander d'y aller mollo ? Le mec il a pété un câble autrement c'est pas possible. T'as envie de le reprendre, mais quand tu le vois littéralement subtiliser un verre directement sur le plateau de la serveuse, tu lui donnes un coup de poing encourageant, tout en continuant de rire. Ce type a un sacré culot... T'aime bien, finalement.

« T'es sans gêne putain... », c'est pas un reproche, t'es... Admiratif. Tu vas passer une excellente soirée ! ... Surtout si l'English se met à danser, enfin il semblerait que ça soit ça hein...

« Apparemment tu sais danser non ? Allez viens bouger tes fesses ! »
, il te lance un défi pendant qu'il brandit son verre en s'exclamant de joie. C'est pas du tout le genre de truc que tu danses, mais le rythme tu l'as, la technique aussi, et très franchement, ton corps se mouve tout seul dans le peu d'espace dont il dispose. Une montée d'adrénaline grimpe, une sensation de liberté te transperce, ça y est, tu danses, tu n'es plus cette marionnette que la société veut faire de toi, ce gentil petit garçon avec une vie bien réglée. Les basses vibrent dans ta poitrine, tu fermes les yeux pour mieux les laisser labourer ton corps. Tu sens quelqu'un te bousculer et tu reviens sur terre. Individu de sexe féminin.

Ehh ! Attends, c'est un canon, en fait ! Elle a des cheveux rouges... Roses ? T'sais pas trop. Elle te sourit, et ta bouche l'imite comme par mimétisme. Tu te tournes vers Liam en lui indiquant SUBTILEMENT ta prochaine proie. Tu te jettes soudain sur la table pour t'emparer d'un gobelet rouge type « Original », ton gosier est déjà sec. Tu t'approches discrètement de l'English, tu souffles à son oreille :

« T'en penses quoi de ma future copine? », ou pas. Mais t'aimes bien te la péter te te lancer des petits challenges.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mer 17 Aoû - 18:10

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor






Le p’tit brun était dans l’ambiance. La lumière, l’alcool, la danse, les filles et l’art de faire ce qu’il veut avec qui il veut. Son verre en main, après son cri qui sortait du cœur il fini cul sec sa boisson et balance son verre sur la table, l’air de rien. Liam s’en fiche complètement. Igor se fait finalement bousculer par une belle créature. Sympathique comme scène, d’ici on peut tout à fait voir que le blond n’est pas tout à fait net, mais plutôt à cause de la fatigue.


«T'en penses quoi de ma future copine?»

Liam esquisse un sourire en suivant du regard la jeune fille qui passe en laissant clairement voir ses attributs qui n’était pas désagréables à admirer. Le brun fait signe à Igor qu’il s’éclipse quelques secondes et avance dans la foule pour s’accouder de manière nonchalante au bar, il commande une bonne bouteille de vodka. Igor avait l’air de prier cet alcool alors, en dédommagement du téléphone, why not. Il paye la bouteille et la ramène sur la table en la tapant plutôt fort sur le socle. Le gosse était déjà excité mais alors bientôt éméché… n’en parlons même pas. Il jette un regard au blond qui semble hypnotisé par la jeune fille partie un peu plus loin. Il lui prend son verre des mains et lui verse de la boisson. Une fois le verre plein limite près à déborder, il le tend à Igor.

« Ouai, pas mal. Mais pas mon genre, je préfère les blondes. Vas lui causer alors ? »  dit-il en se servant. « Sauf si t’es trop timide blondie… »


Une fois son verre plein, Liam repose la bouteille. Il a déjà un peu la tête qui tourne, comme s’il était sur un tourniquet et qu’il ne pouvait pas l’arrêter. Une gorgée, puis deux puis trois. C’était rapide. Il finit son verre et se tourne vers la table, un peu trop proche. Il pose la paume de ses deux mains sur la table pour se rattraper. Le temps de reprendre ses esprits, avec la musique qui hurle dans sa boite crânienne et la chaleur qui lui brûle l’intérieur. Il passe sa main dans ses cheveux humides à cause de la transpiration et se met à rire, tout seul. Igor est sûrement à côté mais Liam n’y fait plus attention. Il se redresse et prend une grande inspiration en souriant puis saisit la bouteille après avoir ajuster correctement le verre sur la table.

« Pas b’soin d’verre, au goulot. »

Le brun porte la bouteille à ses lèvres et boit difficilement avec les vertiges mais correctement, sans se salir. Pas de gâchis, quand même. Liam porte son regard sur la foule qui danse, il a aussi envie de bouger, mais il ressemblerait sûrement à un poisson qui gesticule hors de l’eau. Il s’approche d’Igor, toujours là et entoure ses épaules de son bras.


« Désolé pour ton téléphone. »

L’alcool triste ? Non, simplement la sincérité qui en émane. Liam le fixe dans les yeux, cherchant une réaction, ne serait-ce qu’un « On s’en fou, on s’amuse ». Les excuses Liam, ça, il connait. Le nombre de fois où il avait dû s’excuser auprès de ses parents pour s’être rebellé en période de lycée, ou auprès des filles parce qu’il n’arrivait pas à leur dire je t’aime. Liam s’est plus excusé dans sa vie qu’il n’a rit. Quelle tristesse… Le brun commence à avoir soudainement une douleur au cœur, il détacha son bras d’Igor et lui sourit, l’air de rien. Il porte la bouteille à sa bouche et entame une nouvelle gorgée. Non, pas envie de vomir, non pas de stress, juste la même douleur habituelle… Il porte sa main libre à sa nuque pour la masser.

« On danse ? »

Le brun avait envie de s’amuser. Il s’éclaircit la gorge, repose la bouteille et enchaine de petits pas de danse pour entrainer Igor un peu plus loin sur la piste. Liam n’est pas un pro, il sait cependant bouger son corps pour les soirées. La musique n’est pas la meilleure, mais elle est suffisante pour débloquer les articulations. Toujours un œil sur sa guitare, il essaye d’apprécier le moment et c’est plutôt bien parti.

 « Allez, c’est pas de la danse classique là, tu peux tordre tout ton corps si tu veux haha »

Liam rit franchement, il est plutôt mignon d'ailleurs. Quelques pas part ci, par là, le jeune garçon tente de repérer quelques jolies filles à travers les lumières colorées qui l’aveuglent presque. D’habitude quand il va dans les bars, c’est pour jouer. Parfois il fait la fête, mais de manière plus calme. Cela faisait longtemps qu’il n’était pas sorti pour VRAIMENT s’amuser. Il faut bien gagner sa vie, et pour cela, il fallait jouer. Être épuisé par la musique qu’il compose lui-même, aucun souci. Ce soir avait été un succès pour lui d'ailleurs, pas sa meilleure prestation, mais c’était pas mal. Quand on y pense, beaucoup de choses se sont enchaînées ce soir. Les yeux fermés, sa quête abandonnée, Liam danse. Il a le tournis, mais il tient debout, il n’entend plus rien à part la musique, ne pense à rien, il oublie.


 « Let’s go fucking mental ! »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Lun 22 Aoû - 13:09


La vie c'est pas un conte de fée, si vous perdez votre escarpin à minuit,
c'est que vous êtes pompette
Igor & Liam


« Ouai, pas mal. Mais pas mon genre, je préfère les blondes. Vas lui causer alors ? Sauf si t’es trop timide blondie… »

Ce mec te prend vraiment pour un bleu. Tu laisse échapper un petit rire, te sers un verre de la bouteille qu'à ramené Liam, et pars à la rencontre de l'inconnue aux cheveux rouges. T'as pas besoin d'être éloquent genre Cyrano de Bergerac, tu te colles derrière elle, et tu danses comme tous les jeunes cons de ce bar. Elle répond à tes mouvements, elle ondule sur ton corps, et toi tu te sens puissant car elle ne t'a pas foutu une baffe, one point ! Tu jettes un œil à Liam avec cet air conquérant sur la face, au final tu t'en fiches pas mal de cette fille ou d'une autre, l'important c'est que t'as gagné, enfin PRESQUE gagné. Après quelques minutes de danse collée serrée, tu décides de lui faire face pour observer ses réactions. Bon, c'est vrai qu'elle n'a pas l'air au top de sa fraîcheur, elle est bien au dessus du taux respectable d'alcoolémie dans le sang, mais tu t'en fous. Tu danses, ton regard séduis et s'exprime à ta place (ça t'évite de dire des conneries), tu agrippes ses hanches, et tu profites (UN PEU) de son état d'ivresse pour la laisser t'embrasser, t'as rien eu à faire et ta fierté te dis que la liqueur n'y est pour rien ! Ensuite, une fois que tu as obtenu ton baiser comme un « A » sur une copie, tu reviens vers Liam, tout content.

« En vrai, je suis un peu fatigué, tu sais... De gagner, toujours. Y'a plus de suspense, trop triste ! ». Tu as les jambes fébriles, elles ont du mal à te porter, mais t'essaye de te donner une certaine prestance.


« Pas b’soin d’verre, au goulot. »
, c'est ce que crie Lennon en s'enfilant au goulot une bouteille. Ça te rassure un peu qu'il soit ou va très prochainement être, dans le même état que toi.

« J'espère que t'es pas garé quelque part parce que tu vas avoir des problèmes si tu rentres en voiture mon gars... »
.

C'est pas que tu t'inquiètes mais... Enfin si un peu quand même, t'as pas nécessairement envie d'être responsable d'une mort. Soudain le mec te prend par les épaules, t'es pas sûr d'être aussi complice avec lui pour ça, mais peu importe, il glisse à ton oreille ses remords bidons, merci l'alcool !


« Désolé pour ton téléphone. »

Tu lèves les yeux au ciel, après tout il ne l'avait pas agressé (encore heureux), et il le lui avait rendu, alors pas la peine d'en faire une affaire d' État on plus, si ?

« Ouais mec t'en fais pas ça va, c'est cool. », puis il te propose de danser. Il remue son corps un peu maladroitement, t'as envie de te marrer, mais ça va, pour une soirée dans un bar il ne se débrouille pas trop mal. Toi t'es pas habitué à remuer comme ça, tu te sens prisonnier, t'as besoin d'espace, t'as besoin de développer tes muscles, de sauter le plus haut possible, de t'élancer, là t'es bloqué. Les gens autour t’étouffent, et la sueur des piliers de bar commence à t'incommoder. T'as envie de prendre l'air, de sentir la nuit, la brise, le silence. Tu comprends pourquoi les gens te prennent tous pour un asocial, c'est vrai que t'es farouche mais quand même... Tu fermes les yeux, te force un peu, tu as dis que tu allais passer une bonne soirée, alors t'essaye d'être un peu normal, pour une fois.


 « Allez, c’est pas de la danse classique là, tu peux tordre tout ton corps si tu veux haha »


Tu serres les dents, comme si un type pouvait se permettre des commentaires sur ta façon de danser, toi, danseur étoile qui a percé à Saint Saint-Pétersbourg !

« Let’s go fucking mental ! »


Ce type est taré. Non franchement il a vraiment l'air d'un gamin impulsif qui passe son temps dans des bars comme celui ci, à tournoyer comme un idiot, le nez en l'air, l'alcool guidant le moindre de ses mouvements. C'est dommage... Tu commences à en avoir ras le bol de cette euphorie, de cette débauche étouffante, tu as du mal à supporter. Ce qu'il te faudrait c'est soit tout arrêter et prendre l'air, soit... Un petit peu de drogue. Un peu de poudre ou une petite pilule dans ta coupe et c'est parti. Tu scrutes la salle, essayant de repérer un type qui a l'air d'un dealer, mais rien à l'horizon, ou alors ils se cachent bien. Dépité, tu te penches à l'oreille du brun :

« J'me casse, ça me prends la tête ici. », soit il suit, soi il reste, c'est plus ton problème, mais là clairement, t'es écœuré. Tu sens ta gorge se nouer et tu sais même pas pourquoi tu as ce goût de larmes salées dans la bouche, tu sens que tu vas craquer, ta lèvre tremble quand tu tournes le dos à la foule, t'as vraiment besoin d'air.  

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mar 23 Aoû - 11:12

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor






Igor venait de faire son petit manège. Il était voir la jolie jeune fille, il avait dansé avec elle, il avait échangé des regards avec elle et même un peu goûté au plaisir charnel de ses lèvres. Liam avait les yeux piquants à cause de la fatigue, la sueur perlait sur son front, collant quelques mèches de cheveux à son front, tout rouge à cause de la chaleur de la pièce. Igor revenait vers lui, plutôt satisfait et Liam… s’en foutait. Hum… Non, il ne s’en foutait pas en fait. Il était plutôt véxé.


« En vrai, je suis un peu fatigué, tu sais... De gagner, toujours. Y'a plus de suspense, trop triste ! »

Et bien sûr, il fallait qu’il en rajoute. Mais le beau brun n’allait pas pour autant répondre. Il prit une gorgée et détourna le regard. Il était déjà plutôt bien englouti par l’alcool, il n’avait pas envie de jouer la provocation dans cet état, ça lui porte la poisse. Il aime bien Igor pour l’instant et il sait que s’il rentre dans son jeu, c’est quand même lui qui va faire le gros con. Igor pense vraiment que Laim est un idiot qui ne sait pas approcher les filles. Liam est maladroit. Mais il n'est pas abruti non plus. Sa susceptibilité prenait le dessus, et c'était ça qui était idiot. Pas lui.

« J'espère que t'es pas garé quelque part parce que tu vas avoir des problèmes si tu rentres en voiture mon gars... »

Alors maintenant, il fait mine de s’inquiéter. Liam appuie avec deux doigts de sa main sur ses yeux. Il prend une inspiration, retire sa main et lui adresse un large sourire.

« Et au pire ? » Il était clair que là, le "et au pire" pouvait être justifié en soi. Mais il faudrait le comprendre.


Liam baissa la tête pour fuir la réaction d’Igor. Il allait probablement lui dire d’aller se faire foutre puisqu’il lui répondait comme ça donc au pire. Liam est plutôt sensible. Il est même un peu de tout, mais il ne le montre pas forcément ou pas toujours très bien. Et bien oui, un gamin reste un gamin. Et comme tout gamin, il se laisse porter par sa bêtise. Liam commence donc à danser, sous le regard d’Igor qui semble désespéré par son comportement. Le blond n’a pas tout à fait l’air dans son assiette d’ailleurs. Il a le regard fuyant, plutôt à la recherche de quelque chose, ou même quelqu’un. Liam s’arrête de danser pour l’observer. Maintenant c’était lui qui s’inquiétait, du grand n’importe quoi.

« T’es sûr que ça va ? »

Liam s’approche un peu du visage d’Igor pour essayer d’attraper son regard, en vain.


« J'me casse, ça me prends la tête ici. »

Woooow, il se passait quoi là ? Liam recula d’un pas et posa sa boisson sur la table la plus proche.

« Eh mec, faut pas t’emp… »

« …-porter comme ça. » Le blond venait de se tirer, comme ça. Liam était encore plus vexé. Il passa la main dans sa nuque pleine de sueur et lâcha un grand soupire. Sa respiration était un peu plus rapide, sûrement l’énervement. Il se barre, comme ça ? Non, mais sérieusement. Y'a deux minutes il était... "bien" pourtant.

 « Bougez de là putain !»

Liam se lance dans la foule pour accéder à la table où ils étaient. Sa guitare. Il fallait absolument qu’il la récupère. Arrivé à la table en martelant le sol, il attrape la anse de sa housse et se retourne violemment. Bien évidemment, la serveuse passait par là, sinon c’est moins drôle. Deux verres de cognac percutèrent son instrument et firent leur baptême de l’air pour aller s’écraser en mille morceaux sur le sol. Le brun, clairement agacé fronce les sourcils avec un facepalm.


 « Fais chier, désolé. »

Liam n’allait pas partir comme ça. Il déposa sa guitare sur la banquette et commença à ramasser les morceaux de verre avec la serveuse. Après plusieurs refus de sa part, elle fini par le laisser lui apporter de l’aide. En même temps, s’il se coupe, c’est elle qui prend. Il reste tout de même un client. Le bruit devenait assourdissant. La musique désagréable et la chaleur insoutenable. La serveuse remercia Liam qui lui posa un billet sur son plateau, prit sa guitare et se dirigea vers la sortie d’un pas décidé. A force de sortir du fric, le pourboire de sa prestation de la soirée, quelques heures auparavant, allait finir par y passer. Une fois dehors, l’air frais commença a envahir ses poumons comme s’il n’avait pas respirer depuis des jours. L’air venait caresser son visage humide, détendre ses mains engourdies et aérer son tshirt. Il ferma les yeux, ses paupières étaient assez lourdes. Il souffla un grand coup puis ouvrit les yeux en balayant les alentours du regard. Igor s’était vraiment barré. Liam déposa son instrument au sol et palpa ses vêtements à la recherche d’une clope.
Il prit son paquet et en tira une pour se l’allumer. Concentré, il frotta le briquet pour créer la flamme et tira une bouffée. Il lâcha un gémissement de soulagement. La clope ça destresse. Il rangea tout son foutoir dans ses poches et leva les yeux au ciel pour fixer la lune. Peut être que Liam l’avait gonflé après tout ce grand blond. Ce n’était pas le souci, Liam fini toujours par se faire remballer sur un plus ou moins long terme. C’était plutôt que c’était sorti de nul part. Il riait, dansait, draguait puis… Le néant. Le mec avait été pire que louche, ou il était tout simplement lunatique ? Liam passa sa main gauche dans ses cheveux pour laisser passer l’air et cracha sa fumée toxique en direction du ciel. Il tapota sa clope pour faire tomber les cendres.

 « Quel enfoiré sérieux ! »




Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mar 23 Aoû - 12:47


   
   
Demain je me lève de bonheur
I mean, it’s easier to lose yourself in drugs than it is to cope with life. It’s easier to steal what you want than it is to earn it. It’s easier to beat a child than it is to raise it. Hell, love costs: it takes effort and work. ✽
Tu te sens oppressé, cette chaleur grasse qui suinte t'empêche de respirer, tu n'es plus fait pour ce genre d'amusement, pour les corps moites qui se collent dans la chaleur des néons, pour les fonds de bouteilles bues au goulot, pour les basses violentes qui vibrent dans la cage thoracique, tu n'as juste plus le goût. Cette évidence te mine le moral, qu'est-ce qu'il te prend ? On dirait une gonzesse en pleine ménopause ! Tu sors du bar, la lourde porte claque derrière toi, et enfin l'air pur remplit tes poumons atrophiés. Tu laisses la brise laver ton sang, assainir ton corps chancelant, imbibé d'alcool. Le vent te fait un bien fou, il te libère tellement que tu te mets à pleurer. T'as l'air dingue tu le sais, mais au pire tu pourras toujours rejeter la faute sur ton degré d'alcoolémie. La nature, le silence, la solitude, Dieu que ça t'apaise ! C'est si bon de goûter à la simplicité, tu te sens tout petit rien qu'en apercevant deux arbres et trois brins d'herbe. Là t'es bien... Mais t'es surtout bien con ! Tes larmes continuent de perler sur tes joues et tu t’énerves tout seul. Ton comportement est inacceptable, ce changement d'humeur brusque, ce sentiment de tristesse incurable qui t'envahit tout à coup alors que tu passais une bonne soirée, alors que tu gesticulais partout comme un chimpanzé. Ce n'est pas la première fois que ça t'arrive, depuis ton adolescence t'es plus ou moins comme ça, des sautes d'humeur très marquées, tu passes de l'euphorie aux larmes en un clin d’œil, et ça te fatigue. Tu ne peux plus t’arrêter, tu as envie de crier, que toute cette souffrance venant de nulle part te quitte comme ces larmes qui dégringolent et s'écrasent sur le bitume. T'as envie de mourir pour avoir enfin la paix, la paix bon sang... Puis ta quiétude est mise à mal d'un seul coup, la porte du bar s'ouvre à la volée, la musique t'assourdit à nouveau le temps de quelques secondes, et l'anglais sort, et semble te chercher du regard. Il n'a pas l'air content. Tu essayes de cacher tes larmes, tu lui tourne le dos et les essuies avec ta manche avant de te retourner.


 « Quel enfoiré sérieux ! »

Alors là, malheureusement pour lui, t'es pas vraiment d'humeur à supporter qu'on t'insulte. Tu sens la colère monter en toi, elle s'étend comme une traînée de poudre dans tes veines, tu serres les poings, et les larmes continuent de couler bordel de merde alors que t'avais décidé d'être impitoyable, maintenant t'es hors de toi, et tu chiales comme un gamin qui a laissé son ballon s'envoler.

« C'est à moi que tu parles, l'anglais ? Je t'assure, c'est pas le moment là, t'as décidé de m’énerver c'est ça ? C'est bon, okay ? Je suis parti d'un coup bon et alors ? J'suis désolé, ça te va ? Mais là j'avais besoin de sortir, j'peux pas t'expliquer, ça va là ? ».

Tu t'éloignes un peu pour aller t'asseoir dans l'herbe, pour sentir tes racines s’imprégner dans la terre alors qu'en réalité, c'est là-haut que tu voudrais être. C'est le ciel que tu fixes. Le ciel noir saupoudré de quelques étoiles éparses, pas de quoi te guider dans la nuit, mais juste assez pour te donner envie d'y fixer un hamac et d'y faire une sieste. Tu fermes les yeux, impossible de calmer tes sanglots, et plus tu pleures, plus ça t'énerves.  

« Merde, tu vois pas que ça va pas là ? Alors si tu pouvais avoir l'amabilité de m'insulter plus tard, je t'en serai éternellement reconnaissant ! ».

Tu plonges ton visage dans tes mains, tu griffes tes joues juste histoire de ressentir autre chose que cette peine incompréhensible qui t'a prise comme une envie de pisser. T'as envie de chauffer tes mains à blanc, les plonger dans ta poitrine et t'arracher le cœur, débrancher, genre cinq minutes...

« J'suis fatigué... », mais t'es pas fatigué par manque de sommeil, bien que les insomnies te guettent chaque soir. T'es fatigué parce que t'es à bout, tu te sens K.O de vivre, parfois ça t'arrive, et parfois au contraire, t'as envie de profiter de chaque seconde qui passe parce que tu dévores l’existence sans demander ton reste, t'es pas bien comme mec... Tu renifles bruyamment.

« Bref. T'habites dans le coin ? », histoire de faire dévier la conversation, tu penses au chemin que tu dois emprunter pour rentrer chez toi, c'est long mais tu t'en fous, la nuit te rend anonyme, tu aimes l'emprunter jusqu'au matin, puis demain t'es sur scène.


   
© Ely



   


Dernière édition par Igor Pradznikov le Mar 23 Aoû - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mar 23 Aoû - 15:42

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor






Liam avait enfin, remarqué Igor qui était bel et bien, à l’extérieur. Il n’était pas parti. Quelle langue de vipère ce Liam ! Le brun le fixait ou du moins, zyeutais son dos puisque le blond avait décidé de ne pas lui faire face. La voix d’Igor est à la fois tranchante mais aussi… tremblante. Liam tire une latte et recrache la fumée aussitôt, laissant le silence faire son boulot.


«C'est à moi que tu parles, l'anglais ? Je t'assure, c'est pas le moment là, t'as décidé de m’énerver c'est ça ? C'est bon, okay ? Je suis parti d'un coup bon et alors ? J'suis désolé, ça te va ? Mais là j'avais besoin de sortir, j'peux pas t'expliquer, ça va là ? »

On s’calme 2 secondes ! C’est toi qui m’a planté comme un con. Mais il préfère se le dire intérieurement.Le brun était fâché. Mh… fâché, quel mot sympathique. Il n’est tellement pas représentatif du sentiment de Liam qu’il n’aurait aucune valeur même au scrabble. Le brun arrive à la fin de sa cigarette tout comme au bout de sa patience. Il a envie de lui crier dessus pour lui dire qu’il n’a pas apprécié sa comédie intempestive. Liam souffle sa dernière fumerolle et écrase sa cigarette avant de la balancer au pied du mur du bar. Bien, bien. On pollue, on sali, on dégrade, mais Liam s’en fou, il n’est pas d’humeur à militer contre la pollution.

«Merde, tu vois pas que ça va pas là ? Alors si tu pouvais avoir l'amabilité de m'insulter plus tard, je t'en serai éternellement reconnaissant ! »

Liam n’avait rien ajouté. Igor semblait s’emporter presque seul. Il s’approcha du blond, assis sur son petit carré d’herbe et c’est seulement là qu’il constata qu’Igor… pleurait. Décidément, il avait vraiment bien choisis sa victime du soir, c’était un fou ! En le fixant et n’osant pas bouger, Liam se rendit compte qu’en effet, quelque chose n’allait pas. Mais pas le genre de chose dont on se souci comme la couleur qu’on va utiliser pour colorier son dessin. Liam commença à être prit d’un sentiment de culpabilité. Il l’avait sûrement jugé trop vite sur son départ du bar. Cette situation constituait un bel ascenseur émotionnel pour Liam ce soir. Et il était accompagné d’une belle bombe... A retardement. Le brun décide de s’approcher encore d’Igor. Il dépose sa guitare sur le côté et s’accroupi face au blond.

« J’sais pas c’qui va pas. J’te l’demanderais pas, t’as sûrement pas envie d’en parler mais… On peut marcher si ça peut te détendre ? » Liam tentait une approche, pas sûr que ça marche mais on essaye.
Le brun resta accroupi face à Igor, les mains sur son visage. Ou plutôt en train de griffer son visage, et pas qu’un peu.

« Oh ! Stop. Stop ! »

Liam prit d’une angoisse, lui attrape les mains pour qu’il arrête de se marquer le visage et les tient fermement, un peu sur les nerfs. A vrai dire, il ne savait pas si l’alcool agissait sur Igor ou s’il était totalement conscient de son geste. Peut importe, il n’avait pas l’air bien et Liam ne pouvait pas le laisser comme ça. S’il est capable de faire ça, n’imaginons pas le reste. Le blond a les joues rouges, on peut y distinguer des lignes parfaitement dessinées par ses ongles. Liam soupire et lui lâche les mains pour qu’il puisse reprendre ses esprits. Il approche sa main de la joue d’Igor pour la toucher et voir s’il s’est blessé ou non. Il semble bien en être capable. Sa joue est brûlante, tant par l’émotion que par la friction qu’il s’était infligé. Liam sent une larme atteindre son pouce. Les yeux d’Igor sont rouges vifs. Il a un regard plutôt furieux, mais il y a autre chose. Un autre sentiment que Liam n’arrive pas à décoder.


« Ca va ! J’suis pas gay, c’est pas des avances. Mais franchement vas-y molo, t’es brûlant et demain matin tu vas ressembler à rien. J’sais pas si c’est moi qui t’ai foutu en rogne comme ça, mais désolé. Oubli ce point noir, la soirée était cool. T’fais pas d’bile. »

Liam plante son regard dans celui d’Igor pour lui faire comprendre que maintenant, il faut se calmer parce qu’il ne va pas réussir à le gérer sinon. Il retire sa main de la joue d’Igor et lui sourit gentiment. Toujours accroupi en face de lui, il ne bronche pas. Un homme qui pleure. Liam n’en voit pas souvent. Et ce n’est pas pour autant qu’il le voit comme un faible. Igor a l’air vraiment très strict avec lui-même… Sûrement trop strict.

« J’suis fatigué…»

Ca, Liam n’en doutait pas. Il se redresse et regarde le blond de haut. Il a envie de l’attraper par le col et de le secouer du genre « Ressaisis-toi bon sang, y’a une heure t’allais me faire un ravalement de façade bordel ! » mais rien. C’était mieux ainsi.

 « On s’en va ? »

Liam voulait lui tendre la main pour l’aider à se lever, mais il n’allait pas le faire. Si Igor était dans cet état, il n’avait probablement pas envie d’être traité comme un gosse qui a fait un caprice. Il allait le laisser se lever seul. S’il lui demandait de l’aide, il lui en donnerait.


«Bref. T’habites dans le coin ? »

Liam sourit. Igor était trop fatigué pour rentrer chez lui ? Ou il avait juste envie de se poser peut être ? Liam recula de quelques pas pour laisser Igor se lever et attrapa sa guitare.

 « Tu vois au bout de cette rue, l’immeuble avec les volets bleus ? Bun… c’est pas là. »

 Liam prit un air satisfait, un peu d’humour ça fais pas d’mal. Enfin, c’était juste pour détendre l’atmosphère. Il n’attendit même pas la réaction d’Igor. Il lui sourit, secrètement compatissant. Igor avait l’air spécial. Spécial dans le sens où tu n’sais ni comment t’y prendre avec lui, ni comment réagir avec lui ni à quoi t’attendre. S’ils se revoyaient un jour, ça allait être vraiment… Drôle. Liam n’avait jamais eu d’ami plus bizarre que lui. Et encore, ils ne sont que des connaissances pour l’instant. Des drinking buddies.

 « J’habite à 5min d’ici. Tu veux venir t’poser ? »




Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mar 23 Aoû - 17:08


 
 
Demain je me lève de bonheur
I mean, it’s easier to lose yourself in drugs than it is to cope with life. It’s easier to steal what you want than it is to earn it. It’s easier to beat a child than it is to raise it. Hell, love costs: it takes effort and work. ✽
Lennon s'accroupit en face de toi, comme une maman qui constate les bobos que son petit garçon s'est fait à la cour de récré, affligeant. Et pourtant... C'est con parce que quelque part ça te soulage qu'on s'occupe un peu de toi, qu'on prenne ton caprice au sérieux, enfin... Un minimum !  

« J’sais pas c’qui va pas. J’te l’demanderais pas, t’as sûrement pas envie d’en parler mais… On peut marcher si ça peut te détendre ? »

T'as pas envie de répondre, tu grommelles en signe de refus, et en plongeant son visage dans tes mains fines, tu griffes tes pour te foutre un coup de pied au cul, pour te faire réagir, pour que la réalité de l'instant prenne le pas sur ton délire.

« Oh ! Stop. Stop ! »

Forcément, Lennon s'excite. Ça a l'air d'un type bien, mais il n'a jamais du rencontrer un déséquilibré, un type complètement désaxé comme toi. Parait qu'faut une première fois à tout, il va être servi ! Tu sens tes joues brûler, c'est déjà ça, on va dire que ça te fais du bien, en tout cas ça ne te fais pas de mal, c'est déjà ça. L'anglais emprisonne tes mains, tu te sens bien con, l'enfant puni, c'est ça !

« Écoute mec, ça va... C'est rien, laisse tomber. Je...- »

Sa main fraîche sur ta joue te fait plus de mal que les blessures que tu t'infliges. Tu réalises brusquement qu'il te manque quelqu'un, et que même si tu bénis cette solitude qui entoure ta vie, parfois t'as besoin de te laisser aller avec une personne en qui tu pourrais avoir confiance dans un monde où tout était rose. Ce léger contact tout bénin te fait prendre conscience que bordel, t'es tout seul ! Ça n'a rien à voir avec le nombre de personnes qui gravitent autour de toi, t'es seul à l'intérieur, même en groupe tu regardes le monde grouiller à travers une vitre. Tu fermes les yeux pour apprécier cette attention maladroite, puis tu le fusilles du regard parce que justement tu lui en veux que la bien innocent qu'il t'apporte ce soir, te brise le cœur.

« Ca va ! J’suis pas gay, c’est pas des avances. Mais franchement vas-y molo, t’es brûlant et demain matin tu vas ressembler à rien. J’sais pas si c’est moi qui t’ai foutu en rogne comme ça, mais désolé. Oubli ce point noir, la soirée était cool. T’fais pas d’bile. »

Tu lèves les yeux au ciel, qu'il est gonflant ! Il ne pige rien, mais alors RIEN à ce que ressembler ta vie. En même temps qui c'est ce gars ? Un type que tu as rencontré dans la rues quelques heures plus tôt, tu t'attendais à quoi franchement ? Et puis si tu restes muet comme une tombe, il ne pourra pas deviner ce qu'il se passe. Toi tu t'attends à ce que tout te tombe directement dans la main, tout le monde doit te comprendre, et doit te cerner, s'ils ne prennent pas la peine, tant pis pour eux, mais mon chaton, le monde ça ne marche pas comme ça. Tu soupires et le regarde avec un air vide, assez désespéré par ses propos.

« T'as rien à voir avec ça mec, si c'était ta question. C'est juste que... J'ai un peu de mal à tout gérer. C'est le stress, je présume. J'suis pas sûr que tu puisses imaginer la pression que j'me tape, ça va aller. »
, et il retire sa main et se relève. Fini l’apitoiement, fini la douceur, et fini l'empathie. La solitude t'envahit à nouveau comme une vieille amie qui passe son bras autour de ta nuque, d'un seul coup t'as froid, mais peu importe, avoir froid t'aime bien ça.

 « On s’en va ? »

Tu lèves les yeux vers lui, il a l'air grand vu d'ici. S'en aller ? S'en aller où ? Il te sort ça comme un chevalier qui délivre la princesse, ou plutôt comme un Edward Cullen à la noix dans mauvais film à l'eau de rose. Pour seule réponse, tu arques un sourcil, l'air de dire « J'te demande pardon ? », puis il te montre l'immeuble où il habite, c'est à deux pas d'ici. Apparemment t'as l'impression que c'est une invitation.

 « J’habite à 5min d’ici. Tu veux venir t’poser ? »


Ben tiens ! Tu sais pas trop... T'es crevé t'as juste envie de rentrer te pieuter, et en même temps c'est vrai que pour aller chez toi, ça fait une trotte, et demain matin t'as intérêt à être frais comme un gardon sur les planches. Peut-être c'était l'heure d'être raisonnable. Tu hoches la tête, et fais un signe en avant.

« Allons-y. »
, tu ajustes ton petit sac de toile récupéré dans le bar sur ton épaule, ton petit sac qui contient toute ta vie, et tu suis Liam dans le noir.



 
© Ely



 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mer 24 Aoû - 15:17

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor






L’air frais avait l’air d’apaiser l’atmosphère. Igor semblait doucement se remettre de sa crise d’on ne sait quoi. Liam attendait une réaction de la part du blond et une fois debout, se frotte les yeux.


«T'as rien à voir avec ça mec, si c'était ta question. C'est juste que... J'ai un peu de mal à tout gérer. C'est le stress, je présume. J'suis pas sûr que tu puisses imaginer la pression que j'me tape, ça va aller.»

Liam soupire. Qu’il avait à voir avec ça ou non, il était mêlé à ça au final. Il glissa les mains dans ses poches et leva les yeux au ciel pour admirer la nuit. Eloigné de tout ce brouhaha, il pouvait enfin s’aérer la tête. La musique était devenue insupportable, elle ne faisait que lui percer les tympans et lui remuer l’estomac à force de faire trembler son corps. Il ferma les yeux quelques secondes pour s’imprégner du calme. Ils étaient sortis par la porte de derrière, il n’y avait donc presque personne. Liam baissa finalement la tête vers Igor qui venait de se lever. Il lui adressa un sourire et sa guitare en main, engagea la marche après avoir eu le signal d'Igor.

Le son de leurs chaussures sur le pavé résonnait dans la ruelle. Un silence mortel régnait et Liam n’avait pas le courage de le briser. Seul le vent les accompagnait. Il faisait nuit noire mais quelques lampadaire « éclairaient » leur chemin de leur lumière tremblante et presque inexistante. Il déambulait avec le blond, d’un pas tranquille.  Arrivé en bas de l’immeuble, Liam sort ses clés. Face à l’interphone, il compose le code d’entrée et entre dans un large hall. Vu la dégaine de Liam, l’endroit doit sûrement paraître contradictoire. Liam s’approche d’une boite aux lettres pour vérifier le courrier, rien. Comme d’habitude, à part les factures.. Rien. Il ne s’attend pas plus à recevoir une lettre parfumée d’une admiratrice qu’un colis attentionné de ses… parents. Jamais ! Il s’approche de la seconde porte, et y passe un badge pour entrer. Un déclic se fait entendre, il pousse la porte et se tourne vers Igor.


« Fais pas l’timide ! »


Le brun le regarde fixement afin de l’inciter à entrer. Une fois Igor dans le second hall, Liam se dirigea vers l’ascenseur et appuya sur le bouton pour faire descendre la boite qui évite de monter les escaliers. Liam lève les yeux pour regarder la machine descendre et éviter de devoir scruter Igor qui n’avait peut-être pas fini d’être nerveux. Une fois les portes ouvertes, Liam posa sa main sur l’épaule d’Igor et lui mit une petite pression pour le faire avancer dans l’ascenseur calmement. Les deux garçons étaient presque épaule contre épaule dans la machine, il n’y avait pas masse de place non plus. Liam s’était appuyé contre le mur, un peu fatigué. 1, 2, 3, 4.

4e étage. Les portes s’ouvrent, Liam prend les devant et sort. Il tourne vers la droite et se dirige vers une porte cachée par la pénombre du couloir qu’il n’avait même pas pris la peine d’éclairer. Il enfonce la clé dans la serrure et ouvre la porte d’entrée. Avant d’y mettre les pieds, se tourne vers Igor.


« J’me souviens pas si j’ai rangé ou pas par contre, donc fais pas gaffe… »

Liam poussa la porte pour l’ouvrir entièrement. Il alluma la lumière du couloir d’entrée et quitta ses chaussures, après avoir balancé sa veste sur un porte manteau.  Il déposa ses clés dans une boite posée sur le meuble de l’entrée et s’engouffra dans une autre pièce, supposant qu’Igor le suivrait après avoir refermé la porte. Il posa sa guitare sur un siège du salon puis alluma la lumière. L’éclairage laissa apparaître un vaste séjour, très bien meublé, voir même trop bien meublé pour la dégaine de Liam. On peut dire qu’au moins, il aura gardé les goûts de luxe de ses parents. Liam adore son appartement, c’est son refuge pour jouer et se cacher. Il fallait bien qu’il reste propre et qu’il soit beau. Il y avait deux tableaux, une très grande TV, un sofa et quelques fauteuils, une belle table basse et d’autres mobiliers, mais on ne va pas s’attarder à tous les citer.

« Tu peux poser tes affaires où tu veux et t’installer où tu veux. Fais comme chez toi. »

Après cette phrase « typique », on peut l’dire, Liam se dirigea vers la cuisine. Il s’empara de deux verres et de l’eau.


« J’sais pas si t’as encore envie de boire, mais, va falloir te nettoyer l’estomac un peu quand même.  »

Balança Liam depuis la cuisine. Une fois ce qu’il voulait en main, il retourna dans le salon pour discuter avec Igor. Il déposa les verres sur la table et y versa de l’eau.

 « J’sais que c’est pas ta came habituelle, mais l’eau ça fais pas d’mal après une soirée pareille »

Le brun saisit son verre et le bu entièrement, cul-sec. Il le reposa sur la table bruyamment et volontairement, comme satisfait de s’être hydrater. Il se laissa tomber sur une partie du canapé et fixa Igor. Il avait l’air épuisé. Était-ce la soirée, l’énervement, la vie, la danse ? Liam n’en avait aucune idée. Le blond était là, chez lui. Un blond qu’il n’avait jamais rencontré avant. Mais c’était ce blond là qui lui avait fait passer une bonne soirée. Ses cheveux semblaient humides à cause de la chaleur qu’il y avait eu dans le bar et la transpiration. Ses yeux étaient encore rouges et un peu gonflés à cause des larmes. Il était comme absent. Liam avait envie de l’aider, mais Igor ne semblait pas avoir envie de se laisser apprivoiser aussi facilement. Ce n’était pas grave, il allait apprendre. Liam s’installa finalement correctement sur le sofa après l’avoir bien scruter et lui lança un sourire.


 « Tu veux en parler ? »

 Liam savait pertinemment qu’il allait sûrement se faire envoyer bouler, il ne connaissait pas Igor mais il n’avait rien à perdre. Il n'a aucune idée de quoi est composé son background donc il ne le jugerait pas après tout. Allez, come on Igor, vide ton sac à mystères.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Mar 20 Sep - 16:42


 
 
Demain je me lève de bonheur
I mean, it’s easier to lose yourself in drugs than it is to cope with life. It’s easier to steal what you want than it is to earn it. It’s easier to beat a child than it is to raise it. Hell, love costs: it takes effort and work. ✽
Alors comme ça, le plan c'était d'aller « chiller » chez Lennon, mouais d'accord, pourquoi pas ! Effectivement il n'y a pas un gros effort musculaire à fournir jusqu'à chez lui, en quoi, trois-quatre minutes vous vous êtes déjà devant la porte. Quelque part tu trouves ça assez désolant, t'aurais bien aimé traîner un peu plus dans l'épaisseur de cette nuit silencieuse, la lueur des lampadaires  à demi éclairés faisaient froids dans le dos, un vrai décor de film d'épouvante, et ça, ben ça te plaît. Pendant que l'anglais tape son code sur l'interphone, tu peux pas t'empêcher de zieuter les numéros qui ouvrent la porte de l'immeuble par dessus son épaule. T'as certes pas l'intention de t'introduire chez lui par effraction (encore que, t'as pas tout à fait décidé encore), mis c'est plus un genre de curiosité mal placée. L'endroit fait plutôt « chicos », t'aurais pas cru ça, mais soit, après tout même si ses vieux l'avaient plus ou moins laissé dans son coin, il venait quand même d'un milieu bien bourge, alors... Puis, ton nouveau pote improvisé bipe une autre porte, et alors que tu t'attendais entrer enfin dans la piaule, ben nan, t'entres dans un AUTRE hall. Okay, excuse !


« Fais pas l’timide ! »

Tu soupires et tique dans un petit bruit de langue désagréable, genre « Tsssss ! ».

Là, actuellement t'attends l’ascenseur. T'espère qu'il vit au moins au neuvième étage pour prendre cette machine de guerre, parce que toi d'être enfermé dans un si petit lieu c'est pas ton délire, bon... T'es pas claustro non plus, mais t'as pas trop confiance. En plus, pour un intérieur bien bourge, l'ascenseur est ridicule, vous êtes serrés comme des sardines et c'est un peu gênant.

1...

2...

3...

4: vous descendez. Vous DESCENDEZ ?!

« Tout ça pour ça ?! On aurait pu les faire à pieds, espèce de flemmarde ! », tu taquines, mais bon au fond t'as pas tord quoi ! Puis le mec te guide aveuglément devant sa porte. Tu dis « aveuglément » car il fait un noir complet et apparemment la lumière est en option chez lui, (heureusement que t'es un vrai chat) ! Il ouvre (enfin) la porte.


« J’me souviens pas si j’ai rangé ou pas par contre, donc fais pas gaffe… »


Tu laisse échapper un petit rire.

« Merde, déjà t'auras pas tous les points ! Fais gaffe parce qu'après tu sais qu'on passe me prendre dans une bonne grosse voiture, on me file des petits papiers plastifiés avec des numéros de 0 à 10, et je te note genre... Intransigeant ! »
. Tu entres et il allume la lumière (quand même!).

« Okay... Moins trois. »
, tu lui donnes un petit coup de coup de amical.


« Tu peux poser tes affaires où tu veux et t’installer où tu veux. Fais comme chez toi. »

Oh merde, il ne devrait pas dire ça ! Tu suis le gars, tu fais comme chez toi donc, tu quittes tes chaussures parce que là, honnêtement, tes pieds te font souffrir, tu déposes ton petit sac de toile d'affaires de danse soigneusement comme un poupon dans son berceau, et par contre, t'affales comme une masse sur le canapé de ce qui semble être le salon.

« Ben mon vieux... Tu t'emmerdes pas ! Tu m'as menti en fait, t'es une rock star ! », tu lâches sincèrement en contemplant le mobilier hors de prix qui compose la majeure partie de la décoration de l'anglais. Mais le british disparaît dans la cuisine et ramène deux verres de vodka !


« J’sais pas si t’as encore envie de boire, mais, va falloir te nettoyer l’estomac un peu quand même. »

Oui bah la vodka c'est fort ça lave tout ! … Puis il revient avec un liquide transparent qui... N'a pas l'air d'en être ! Tu te méfies, forcément !



« J’sais que c’est pas ta came habituelle, mais l’eau ça fais pas d’mal après une soirée pareille »


Jésus Marie Joseph !
Voilà ce qui a le don de faire ressurgir ton petit air bougon. Liam prend le verre d'EAU, donc et le boit d'une traite, comme un cow-boy viril dans un saloon.

« … Quelle descente ! », tu charries, mais merde ça le déride un peu !

« Petit joueur... », tu reprends en remplissant ton verre et le sien. Pour faire le con, et aussi parce que t'es... Non, pas juste « fatigué », t'es exténué, tu bois les deux en même temps du mieux que tu peux en déversant le précieux liquide un peu partout.

« Oups... Désolé.. »
, tu sais pas trop si c'est sincère, mais ça va sécher... Tu doutes que le canapé apprécie, mais au pire ça lui fera un souvenir de toi.

Là le type te fixe en silence, puis tu réalises que t'as accessoirement l'air dégueulasse. 1- t'es en sueur, 2- tu dois avoir des cernes de deux kilomètres sous les yeux, ah ! 3- tes yeux qui sont encore bien irrités, tu sens que ça te pique encore. Oh puis t'as juste aussi six heures de danse classique dans les pattes hein... Formidable !  


 « Tu veux en parler ? », qu'il lace tout mignon avec son petit sourire fleuri qui te donne juste envie de rire plus que te beugler. T'es invité Igor, tiens toi un peu !


« Franchement... J'sais pas, j'ai juste déraillé tout à l'heure. Va pas croire que c'est la faute de l'alcool, c'est juste que c'était pas le soir, c'est... »
, tu frottes ta nuque et grimaces comme si ça te coûtait de devoir avouer la suite.

« C'est juste que j'ai dans ma vie certaines... Habitudes. J'aime pas sortir comme ça à l'improviste si je ne l'ai pas prévu. Tu vois ça a chamboulé mon emploi du temps. Disons que c'est vrai que y'a des trucs que tu peux pas vraiment inscrire dans ton agenda genre : « te faire piquer ton portable par un anglais chevelu à guitare dans la rue et finir dans un bar », mais t'as compris ! Normalement la sortie était prévu pour dans deux jours. Je sais que j'ai l'air d'un type chiant, mais quand t'as une rigueur comme moi, tu peux pas te permettre de faire la folle n'importe quand. Et... Ce soir, j'ai un peu fais la folle... ». Tu soupires, et réalises ce que tu viens de dire. « Enfin, quand je dis : « folle », ça veut pas dire... Tu vois ? », tu te dandines comme Zaza dans justement, « La cage aux folles ». Tu marques une pause et regardes partout autour de toi dans un silence de mort.

« Là par exemple tu vois, j'ai aucune foutue idée de ce que je fais ici... Je te connais pas, tu ne me connais pas, et j'me suis bien mis une caisse à la vodka et j'me retrouve là... Demain je dois être sur scène à sept heures, nickel... ». Tu plonges ta tête dans tes grandes mains. « J'ose même pas regarder l'heure..... » Une pause. « Dis-moi l'heure ! ». Tu t'affoles, et ta petite agitation était de trop. T'as la tête qui tourne, en fait TOUT tourne autour de toi. Tu t'affales un peu plus dans le sofa, tu te calmes comme un animal qui vient de recevoir une fléchette pleine de chloroforme.

« Oula oula... Pas bonne idée Igor... »
. Ta tête tombe un poil sur l'épaule de Liam.

« Dis, j'peux prendre une douche ? Tout ira mieux après, enfin c'est une théorie qui se vérifie la plupart du temps, mais là c'est un peu tendu quand même. Qui ne tente rien.... ».




 
© Ely



 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Jeu 20 Oct - 23:05

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor



Le jeune blond se fichait déjà de sa tronche, et chez lui qui plus est. Liam lui sourit d’une manière neutre. Igor semble avoir envie de se distraire. Il était plutôt intrigant. Quelques minutes auparavant il était en train de pleurer, complètement à l’ouest. Liam le regarda prendre les deux verres et sentit une hésitation au bout de ses doigts qui avaient envie de l’arrêter. Les verres allaient atteindre les lèvres rosées du blond quand Liam se mordit la lèvre inférieure pour s’empêcher de lui retirer les verres. Il allait en foutre partout et Liam est un peu… maniaque là dessus. Igor renverse la moitié de son verre partout. Liam  esquissa un laaaaaarge sourire pour se retenir de dire quelque chose. Le blond avait les cheveux en bordel, le teint terne, les yeux fatigués. Liam n’avait pas envie de lui retirer le peu de fois où il le voyait se distraire. Le brun lui propose de cracher le morceaux sur ce qu’il ne va pas.


«Franchement... J'sais pas, j'ai juste déraillé tout à l'heure. Va pas croire que c'est la faute de l'alcool, c'est juste que c'était pas le soir, c'est... C'est juste que j'ai dans ma vie certaines... Habitudes. J'aime pas sortir comme ça à l'improviste si je ne l'ai pas prévu. Tu vois ça a chamboulé mon emploi du temps. Disons que c'est vrai que y'a des trucs que tu peux pas vraiment inscrire dans ton agenda genre : « te faire piquer ton portable par un anglais chevelu à guitare dans la rue et finir dans un bar », mais t'as compris ! Normalement la sortie était prévu pour dans deux jours. Je sais que j'ai l'air d'un type chiant, mais quand t'as une rigueur comme moi, tu peux pas te permettre de faire la folle n'importe quand. Et... Ce soir, j'ai un peu fais la folle... Enfin, quand je dis : « folle », ça ne veut pas dire... Tu vois ?»

Liam soupire. Igor était vraiment quelqu’un de difficile à déchiffrer et sa curiosité n’avait pas été assouvie. Tant pis. Liam cessa de fixer le blond pour lui donner du répit.  

« Si tu l’dis… »

Il se mit à gigoter pour trouver une position confortable sur le canapé. Et c’est ce moment qu’Igor à choisit pour paniquer et lui demander l’heure. Il n'a pas l'air bien, encore une fois. Liam le regarde surpris et prend sur lui pour ne pas réagir au quart de tour. Il avait envie qu'Igor se calme, qu'il prenne le temps de respirer. Qu'il arrête de se ronger pour ce soir. Si déjà en quelques heures il était comme ça, alors il n'ose pas imaginer une semaine. S'ils étaient amenés à se revoir, Liam allait devoir apprendre à le maîtriser celui là!

« On s’en fiche de l’heure… »

Le brun décide de l’attraper par les épaules pour le calmer mais avant que Liam n’ai le temps d’en placer une, Igor se détend comme s’il était sous stupéfiant. Le brun soupire et le regarde avec des yeux compatissant. Il aurait aimé qu’on soit comme ça avec lui aussi dans ses moments d’agitation. Il avait eu de sale moment. Que ce soit avec ses parents ou bien ses amis. Lorsqu’il était parti, il avait laissé derrière lui pas mal de monde et on lui en voulait encore, des années plus tard. Chaque fois qu’il y pensait, il avait un pincement au cœur. Sans s’en rendre compte, Liam le fixait intensément, mais en étant dans ses pensées. Le blond venait de lui causer. Liam n’avait pas vraiment capter ce qu’il avait dit, coincé dans son élan nostalgique. Il lâcha Igor et se trouva une nouvelle position, jusqu’à ce que blondie pose sa tête sur son épaule. Liam leva les yeux au ciel, un sourire aux lèvres. Décidément, ce mec était imprévisible. De sa voix épuisée, le blond lui demande à prendre une douche.

« Vu comme tu pues, je dirais pas non ! »

Liam n’attendit pas qu'Igor réagisse. De toute façon il comprendrait bien la vanne tout seul. Le brun repoussa doucement la tête du blond et se leva.

« J’arrive.»

Il passa une main dans ses cheveux brun puis sur sa nuque endolorie en fixant le blond assis sur le canapé. Il avait sûrement trop secouer la tête dans l’bar. Maintenant il allait probablement avoir un torticolis et se retrouver comme un con. Liam tourna les talons et s’engouffra dans un couloir au bout duquel il arriva à la salle de bain. Il prit une large serviette, sorti du gel douche. En le tirant du placard, il fit tomber une boite au sol. Des anti-douleur. Les fameux. Liam n’en avait pas prit depuis un moment, ça allait plutôt bien ces derniers jours. Il soupira et se pencha pour les ramasser. La boite sous les yeux, le regard un peu vide mais la tête pleine. Sa main se dirigea vers le placard, à nouveau. Il y déposa la boîte en prenant soin de la mettre en hauteur et derrière un maximum de chose. Il referma le placard et fit face à lui même dans le miroir accrocher à la porte. Il posa, sur le bord du lavabo la serviette et le gel douche puis se regarda dans le miroir. Il se mit deux trois claques pour se ressaisir et souffla un coup avant de se prendre un petit fou rire discret tout seul devant la glace. Qu’il était con celui là franchement. Il s’ébouriffa les cheveux toujours en souriant et se dirigea vers sa chambre. Il tira un tiroir et fouina un peu pour sortir un t-shirt et un short. Il passa par la salle de bain encore une fois pour déposer les sapes près de la serviette et retourna dans le salon où Igor l’attendait probablement… Ou dormait ?

 « T’es crevé. Tu pues l’alcool. T’as une sale tête. Tu sais ce que ça veut dire ? »

Liam s’approcha et s’accroupi face au blond toujours assis sur le canapé et posa une main sur un des genoux d’Igor.


 « Ca veut dire que j’te laisse pas sortir comme ça. C’est ma faute si t’es dans cet état. Tu vas m’sortir que t’es maître de toi même blabla c’est ça ? J’m’en fou franchement. Prend ta douche. J’t’ai filé de quoi trainer et dormir. »

 Le blond allait sûrement faire son p’tit rebelle à dire non. Liam s’y attendait et était prêt à répliquer. Il n’avait vraiment pas envie qu’Igor rentre dans cet état. C’est un inconnu certes mais c’était sa faute s’il était séché comme ça l’gars. Mais avouons le, il ne le connaît pas, c'est clair. Puis bon, blondie se tirera demain matin à l’aube sans rien dire en laissant Liam planté là. Comme les filles le font si souvent avec lui. C’est sûrement ça. Liam n'a pas de chance avec les relations sociales. Igor n'est pas une femme, et encore moins son amant, mais c'est pour l'exemple, on l'aura compris. Le brun se fait souvent (toujours) avoir. Il a l'habitude, mais il préfère prévenir que guérir. Puis... Igor à l'air plutôt cool. Comme on dit, qui ne tente rien n'a rien. Au mieux, ils auront passé une soirée sympa. Au pire, Liam se sera prit un nouveau vent et ne le recroisera jamais. Liam, toujours accroupi, le fixe avec un regard déterminé. Il repense à ce soir, enfin cette nuit. Igor a mentionné avoir un truc important pour demain, semble-t-il. Il vaut mieux qu’il dorme. Liam se relève, chope son verre et le fini. Il se laisse tomber sur l’autre côté du canapé et s’y allonge. Il allait attendre que le blond finisse sa douche. En attendant, il patienterait ici. Une rencontre pareille, c'est pas commun, on est d'accord. Une amitié naissante peut être ? Ou pas.

 « Allez, va te doucher, on causera après. »

Liam lui fit signe de déguerpir, avec un sourire rassurant.


"It's complicated."    - Perfect, I love complicated.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Dim 23 Oct - 20:47



Demain je me lève de bonheur
I mean, it’s easier to lose yourself in drugs than it is to cope with life. It’s easier to steal what you want than it is to earn it. It’s easier to beat a child than it is to raise it. Hell, love costs: it takes effort and work. ✽
T'as eu une rude journée, tu finis chez ce type louche, et tout ce qu'il trouve à dire quand tu t'excuses, quand tu tentes de lui expliquer ce que tu vis c'est :

« Si tu l’dis… » .. ??

Euh... Okay quelle éloquence ce soir monsieur l'English ! Alors forcément tu t'agites car t'as plus à penser à comment justifier ton comportement lamentable de tout à l'heure dans le bar. Là tu penses que demain t'es sur scène et que t'as pas l'air trop bien engagé pour te lever de bonne heure... Tu demandes à ton grognon nouveau copain de jeter un œil sur sa pendule mais...


« On s’en fiche de l’heure… »

Tu craques.

« Eh mais dis moi, t'as la joie de vivre toi aussi ce soir, la soiré risque d'être excitante ! J'te ferais remarquer que demain matin je dois être frais comme un gardon alors c'est légitime que je te demande l'heure, tu ne trouve pas ? ».

Oh et puis merde à la fin ! T'as plus besoin d'une douche là présentement.  


« Vu comme tu pues, je dirais pas non ! »


Tu lèves les yeux au ciel.

« Pitié, comme si tu exhalais la rose, avec tes cheveux trempés de sueur là ! »... Tu marques une pause. « J'taurais bien ébouriffé la crinière mais... Non, je vais me raviser, tu m'en veux pas trop ? », au final qu'il lui en veuille ou pas, c'était pas son problème ! Tu suis Lennon jusque dans la salle de bain... (hum, sympa, un peu prout prout, mais sympa), et tu regardes lascivement la serviette de bain et le gel douche déposé pour toi sur un coin de lavabo.

« J'ai l'impression que t'as l'habitude de recevoir du monde dis donc... », c'est pas vraiment un reproche, plus un... Constat.

Tu n'attends même pas qu'il soit parti pour commencer à te déshabiller, la pudeur c'est un concept que tu connais pas trop, vis à vis de la nudité en tout cas, quand on parle de pudeur sentimentale, là c'est autre chose, hum ?

« Tu comptes rester là, ou.... », tu questionnes on sait jamais, une cuite et un plan cul c'est toujours ça de pris, tu entres dans la cabine de douche, et manque de t'ébouillanter avec la température pré réglée. Tu gueules par dessus la paroi où une épaisse buée se forme déjà :

« Mec t'es un taré c'est brûlant !! », doit pas sentir la chaleur ce con ! T'as beau gueuler, l'eau chaude te fait du bien quand elle s'abat sur ton corps lessivé d'effort et d'alcool. Tu te savonnes rapidement et quand tu sors enfin, tu ressembles vaguement à quelque chose (même si la température de l'eau n'a pas manqué de tapisser ton joli corps blafard de plaques rouges!).  

Tu rejoins finalement Lennon dans le salon, et cherches à rassembler tes affaires des yeux, c'est l'heure de lever l'ancre matelot !  

« T’es crevé. Tu pues l’alcool. T’as une sale tête. Tu sais ce que ça veut dire ? »

Tu arques un sourcil, pas vraiment.


« Ça veut dire que j’te laisse pas sortir comme ça. C’est ma faute si t’es dans cet état. Tu vas m’sortir que t’es maître de toi même blabla c’est ça ? J’m’en fou franchement.[...]  J’t’ai filé de quoi trainer et dormir. »


Seigneur... ! Fallait t'y attendre à celle-ci, comme si t'avais une voiture à prendre.

« J'apprécie ta... Sollicitude, mais c'est pas comme si j'allais me faire violer dans le métro, la douche ça m'a un peu requinqué. », t'essayes de te relever du canapé en disant ça mais ta crédibilité s'envole par l'embrasure de la porte bien fermée à doubles tour, elle qui te sépare du froid dehors et de la longue marche qui t'attend.

« T'as p'têtre raison mon gars, pour cette fois, mais j'te préviens... Il est HORS DE QUESTION que j'enfile une espèce de pyjama en coton à rayures, c'est ma condition, et pas d’œufs brouillés au réveil ! », oui tu fais la fine bouche alors que t'es invité mais au final qu'est-ce qui t'en empêche ? T'es presque affalé sur le sofa tellement tu t'affales.

« Bon... Tu voulais causer, t'as quoi comme sujets de prédilection ? La famine ? La situation démographique au Congo ? Le cancer des testicules ? Franchement j'ai pas d'idées. », pas d'idées mais comme chaque nuit, l'insomnie te guette, tu le sens... Pour changer !    

« Non, tu sais ce qu tu pourrais faire ? », tu lances un regard vers la guitare que le brun a cajolé toute la soirée sans en entendre un son.

« Prouve-moi ton talent ! Allez, et tu t'appliques hein, le service invité avec les envolées et tout ! ».

Tu lui jette un petit regard mi amusé, mi provocateur. Tu sais pas s'il aura les couilles de s'y mettre devant toi, il devrait commencer à se douter que t'es impitoyable, et que t'es pas le genre à te laisser charmer style « haaaan, tu joues trop bien *bat des cils trois fois *», mais bon, si c'est réellement sa passion, pourquoi perdrait-il une occasion de lui casser les oreilles ?  



© Ely



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Jeu 10 Nov - 10:59

LET IT BE, LET IT BE.
Liam & Igor



Igor avait l’air de trouver l’appartement plutôt classe pour quelqu’un comme Liam. Il ne faut jamais se fier aux apparences. L’habitude de recevoir du monde ? Mh, avec tous ses coups d’un soir on pouvait pas dire non. De toute façon il n’allait pas relever. Une fois sorti de la douche, le blond était prêt à bouger de l’appartement. Of course, ce serait trop facile sinon. Il avait bien la tête à être borné. Liam soupira tout en écoutant Igor qui semblait finalement changer d’avis. Pas con l’garçon.


« Bon... Tu voulais causer, t'as quoi comme sujets de prédilection ? La famine ? La situation démographique au Congo ? Le cancer des testicules ? Franchement j'ai pas d'idées. »

Le brun lâcha un petit rire franc. Igor devait probablement essayer de meubler. Il n’était pas chez lui, et il n’avait pas d’autres choix que de rester. Avant qu’il ne puisse répondre quoi que ce soit, le blond le lança sur un nouveau sujet. Ou plutôt sur une nouvelle activité.

« Te prouver mon talent ? J’ai rien à prouver déjà de un. Et de deux, je tiens à mon instrument plus qu’à ma vie. Il coûte une blinde donc si tu veux en entendre un morceau tu dois le mériter.»

Liam se leva et alla chercher son instrument. Il s’installa dans un fauteuil sur le côté et retira la guitare de sa housse.

« Mais comme c’est ma faute si t’es dans cet état… Je t’offre cette faveur. »

Liam lui sourit avec un début de petit rire qu’il essaye de retenir. Il se mit en position afin d’avoir assez de place et commenca à tater l’instrument pour vérifier qu’il était bien accordé. Il caressa les cordes afin d’en écouter le son tout doucement jusqu’à ce qu’il soit satisfait. Il mit un grand coup très bruyant sur les cordes pour attraper l’attention d’Igor.

« Prêt ! J’espère que tu t’es préparer à entendre la plus belle mélodie de ta vie ! »

Le brun baissa la tête et pris une inspiration les yeux fermés afin d’entamer de manière concentrée la mélodie. C’était une composition perso. Liam n’avait pas eu d’autres idées et il avait finalement envie de prouver à Igor sont talent. Pourquoi ? Aucune idée, il ne lui devait rien. Mais Liam n’aime pas qu’on doute de son talent, c’est le seul qu’il a donc il se sentait obligé de se mettre en avant. Il continua de jouer les yeux fermés et se décida finalement à commencer à chanter. Mh, oui, chanter. Liam fit vibrer ses cordes vocales durant bien 4min. Il connaissait par cœur les paroles puisqu’il en était l’auteur. C’était une chanson plutôt naturelle, pas de drama, juste de belles paroles. Son visage était marqué par ses traits concentrés. Passionné par sa création, il souriait en chantant lorsque c’était joyeux, il redressait la tête lorsqu’il tenait une note, il sifflait les parties silencieuses. Il était dans son monde quoi. Une fois la chanson terminée. Il réouvrit les yeux comme s’il venait de se réveiller et que la lumière l’agressait. Il se les frotta doucement et les leva vers Igor.

«Hum, voilà. C’est sûrement pas ton genre mais c’est de moi. J’y ai passé du temps. J’accepte les critiques mais si tu me dis que c’est de la merde, j’te tue. »

Liam attendait patiemment la réaction d’Igor. Il avait envie qu’on lui donne un avis. Cette chanson là, il l’avait chantée des dizaines de fois dans les bars, toujours applaudi. Mais ce gars là avait l’air d’être franc, de pas mâcher ses mots. Il lui dirait probablement la vérité.
Le laissant réfléchir à ce qu’il allait lui balancer, Liam se leva et déposa la guitare sur le siège. Il prit les verres et se décida à les remplir à nouveau, dans la cuisine. Il sorti un bouteille de vin et versa le liquide en prenant son temps. Ils n’allaient quand même pas finir la soirée sur de l’eau. Les verres n’étaient en revanche pas plein. Igor devait danser demain, Liam n’avait pas envie de lui gâcher une deuxième journée. Il se mit à sourire à cette pensée. Il retourna dans le salon et tendit un verre au blond.

 « Pour clôturer la soirée correctement. Mais doucement. J’te sors de quoi dormir et tu me fais ton topo. »

Liam quitta la pièce à nouveau et prit de quoi vêtir l’invité. Tshirt blanc, et short noir. Quoi de plus simple. Liam referma l’armoire après avoir sélectionné ce dont il avait besoin et tourna les talons pour rejoindre Igor. Il lui jetta les vêtements sur les genoux avec un sourire..


 « J’ai pas plus simple. Ca devrait le faire. Par contre pour le petit dej… J’ai pas encore décidé si j’allais céder à ton exigence… »

 Le brun retourna s’asseoir. Il remit la guitare dans sa housse et la déposa sur le côté.

 « Les voisins vont pas kiffer si j’fais un concert. Donc… T’en auras qu’une… Pour aujourd’hui en tout cas. Sauf si t’as pas aimé ?  »

Liam croisa les bras derrière la nuque et fixa le blond dans les yeux. Il avait le regard profond, c’était déstabilisant. C’est le genre de regard dont on a pas forcément peur mais… que tu n’oses pas trop fixer de peur de tombe dedans ou que ça t’absorbe ton âme. Mais Liam aime les challenge, alors il va le fixer. Propre, il avait quand même l’air plus classe, plus… vivant. Un peu pâle mais … .ça ne lui enlevait rien. Ca allait être différent de trainer avec un cas comme lui. Haut en couleur.



"It's complicated."    - Perfect, I love complicated.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor) Jeu 17 Nov - 17:41



Demain je me lève de bonheur
I mean, it’s easier to lose yourself in drugs than it is to cope with life. It’s easier to steal what you want than it is to earn it. It’s easier to beat a child than it is to raise it. Hell, love costs: it takes effort and work. ✽
Bon... Puisque maintenant t'es cloué ici pour le reste de la nuit (c'est à dire pas longtemps vu l'heure qu'il est), t'essayes de trouver un sujet de conversation potable, mais la fatigue et l'ivresse ne te facilitent pas la tâche ! C'est alors que te tombe sur le coin du nez une révélation toute faite, prête à être expédiée : écouter Lennon gratter sa guitare ! Après tout, tu sens bien qu'il en meurs d'envie ! Il n'a pas encore touché sa guitare que tu fais mentalement un inventaire rapide de tous les compliments crédibles que tu as en stock.

« Te prouver mon talent ? J’ai rien à prouver déjà de un. Et de deux, je tiens à mon instrument plus qu’à ma vie. Il coûte une blinde donc si tu veux en entendre un morceau tu dois le mériter.»

Tu arques un sourcil, excuuuuse-me ?!

« I beg your pardon, Dear », tu tentes dans un anglais fort approximatif pendant qu'il ouvre déjà sa housse. « Ah mais faut en plus que je mérite que tu me casses les oreilles ? On aura tout vu... ! Bon, tu veux quoi ? J'ai rien à offrir... », quand tu le dis, ça sonne comme une petite prude qui bat des cils devant un délinquant sexuel, charmant !

« Mais comme c’est ma faute si t’es dans cet état… Je t’offre cette faveur. »

Ah, bon, t'as parlé trop vite... Tu ne t'en mords même pas la langue, petit joueur...

« Soit ! Bon alors, t'accouches ! »


Le brun trafique l'instrument, et l'ouvre en grand au lieu de commencer.

« Prêt ! J’espère que tu t’es préparer à entendre la plus belle mélodie de ta vie ! »

Tu roules des yeux, et affiches aussitôt un petit sourire taquin.

« Oh tu penses, oui je suis fin prêt, j'ai attendu ce moment toute ma vie mon gars !».

Le Maestro ferme les yeux comme toi quand tu t'apprêtes à bondir sur scène, juste pour entendre ta respiration, là, à l'intérieur. Il siffle quelques notes d'une petite rengaine plutôt agréable, c’est moins le supplice que tu ne l'imaginais en fin de compte ! Bon, c'est pas non plus Clapton, mais pas mal... Il termie son morceau, un petit flottement s'installe.

«Hum, voilà. C’est sûrement pas ton genre mais c’est de moi. J’y ai passé du temps. J’accepte les critiques mais si tu me dis que c’est de la merde, j’te tue. »

Tu salues la création, tu fais une petite moue en hochant la tête, celle qui dit
« ouais, pas mal ! », ton meilleur compliment non verbal !

« Ben écoute... Effectivement, c'est pas trop mon délire mais ça se laisse écouter oui, dans un bar ça peut être sympa... », tu te demandes si trop de compliments ne vont pas finir par t’écorcher la bouche, alors par précaution... « C'est pas pire que d'entendre des chatons se faire égorger quoi ! ». Tu ricanes joyeusement.

« C'est qui/quoi qui t'a inspiré ce chef d’œuvre musical ? », tu demandes.


Le brun se faufile dans la cuisine (tu devines que c'est la cuisine...), et il revient avec deux verres à moitié plein de.. VIN !

« T'ES SÉRIEUX LA ?! »
, tu brailles, comme si t'avais pas assez mariné dans l'alcool pour ce soir, mais demain t'es sur scène, Prince du Lac des Cygnes, tout va bien, parfait !

« Pour clôturer la soirée correctement. Mais doucement. J’te sors de quoi dormir et tu me fais ton topo. »

Tu bois une gorgée, ben merde faut pas te présenter de l'alcool et le laisser dans son coin sans y toucher, t'es pas comme ça, c'est faire honte à tes origines ! Le nez déjà bien plongé dans le verre, tu relèves légèrement la tête, mais parles avec du vin plein la bouche (toujours aussi classe).

« Mon topo ? », tu répètes, les neurones pas encore tout à fait connectés.

Lennon s'enfuit à nouveau (si c'était pour te laisser en plan autant que tu rentres chez toi t'sais!), mais il se ramène avec des fringues sobres que visiblement,t u dois enfiler (ça y est, tes neurones se sont branchés!).

« J’ai pas plus simple. Ca devrait le faire. Par contre pour le petit dej… J’ai pas encore décidé si j’allais céder à ton exigence… »

Tu regardes d'un air absent les fringues fracassées sur tes genoux, et relèves la tête vers le british, un poil trop arrogant à ton goût.

« Excuse-moi mais de UN, je ne veux PAS d’œufs brouillés, je DÉTESTE les œufs brouillés, et de DEUX.. C'est quoi CA ?! », tu brailles en accentuant certains mots. Tu enfiles le t-shirt propre, mais tend le short ridicule.

« C'est un short ? », tu hésites à crier ou éclater de rire, t'es entre les deux. « Toi tu veux voir mes gambettes ! », tu affiches un regard aguicheur. « Si c'est qu'ça dis-le, parce qu'il est hors de question que j'enfile un SHORT ! », tu éclates de rire cette fois. « seigneur... ! », tu jures pendant qu'il range sa précieuse guitare dans son étui.

« Les voisins vont pas kiffer si j’fais un concert. Donc… T’en auras qu’une… Pour aujourd’hui en tout cas. Sauf si t’as pas aimé ?  »


Pitié... Il le fait exprès ou quoi ?

« J'tai dis ce que j'en pensais, tu cherches le compliment ma parole! » , tu piailles pendant que le brun te fixe là, bien dans les yeux. Y'a comme un petit flottement, t'as envie de jouer au plus malin, de le soutenir ce regard, intensément, juste pour voir jusqu'où il tiendra s'il en a de l'audace ! T'es doué à ce p'tit jeu là, en plus ! Tout en fixant ses iris pales, tu esquisses un petit sourire en coin, tel un cabot qui se lèche les babines, qui se régale. « Je sais que j'te fascine... Tu veux un autographe ? Profite tant que je suis dans un jour de bonté.. ! ».




© Ely



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: Let it be. (Igor)

Revenir en haut Aller en bas
 
Let it be. (Igor)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Igor et Grichka Bogdanoff
» Igor le chat, roman jeunesse
» Igor, le boucher des bas fonds
» IGOR DRATHAAR VOLE A LA SPA DU GIENNOIS DANS LE 45
» 31 janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: ARCHIVES :: LAST KISS GOODBYE :: RPS ABANDONNÉS-