AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar


inscription : 30/11/2016
messages : 125
points : 146
pseudo : Macsen
avatar : Nico Tortorella
autres comptes : N/A
crédit : D.S.R
âge : Vint-six ans
statut civil : Célibataire
quartier : Downtown Area
occupation : Mannequin, stripteaseur

Message(#) Sujet: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Mer 30 Nov - 22:09

Percy Lloyd
Thank God for Failure
prénom(s) et nom Percival Arthur Lloyd. surnoms D, Percy, Lloyd. âge Vingt-six ans (depuis le 19/05). nationalité Anglo-canadienne. orientation sexuelle Homosexualité. statut civil Célibataire. emploi/études Mannequin, Stripteaseur. situation financière Aisée. avatar Nico Tortorella. crédit D.S.R.

~ question une
à quoi ressemblait ta vie au lycée?
Je ne peux pas dire que le lycée soit une période que j'ai chérie du plus profond de mon être. Mais il faut avouer que ce ne fut pas trop mauvais non plus... A l'époque, je vivais encore au Pays de Galles. Dans une grande ville, certes, mais au Pays de Galles. Je vous fait le portrait rapide des pécores fermés d'esprit qui en arpentent les rues et à tout âge : tu es différent, tu crains. J'ai toujours assumé mon homosexualité, parce que j'aime les hommes, surtout pour ce qu'ils ont entre les jambes et je ne vois pas pourquoi je devrais en avoir honte. Bref. J'avais beau être quelqu'un de sympathique et de sociable, le fait que je roule des pelles à des barbus, ça ne plaisait pas beaucoup. Alors j'ai fait beaucoup de cinéma, j'ai foiré mes années scolaires en faisant le pitre en classe, avec quelques redoublements, beaucoup d'heures de colle et pas mal de convocations... Je me faisais remarquer. Je prenais soin de moi pour que l'on ai rien à dire sur mon style, je nourrissais mon égocentrisme, j'avais besoin qu'on se retourne et qu'on dise : "Regarde, c'est Percy Lloyd !". Qu'on parle de moi en bien ou en mal, je n'en avais pas grand chose à faire, je voulais juste qu'on parle de moi. Ainsi, on oubliait que j'étais gay, on se focalisait sur le fait que j'étais le petit rebelle qui n'en avait rien à foutre des études et qui allait devenir une super Rockstar. Dieu sait qu'à l'époque j'en ai dévoilé des petits refoulés qui voyaient en moi l'exemple de s'assumer. Mais je me cachais toujours derrière mon air supérieur et ma nonchalance de l'extrême. Avec mes parents c'était la catastrophe, pour eux je n'étais qu'un raté, qui allait mal finir -ce qui n'est pas totalement faux-. Pourtant, ils ont plutôt bien accepté mon coming out, dommage que j'eu à foirer tout le reste. Heureusement, ils n'ont jamais été mis au courant des produits illicites consommés entre les cours et autres joyeusetés honteuses qu'on peut tenter à cet âge là. J'ai terminé en ratant mes examens de fin d'études. Durant cette période, j'ai sûrement perdu tout ce qui aurait pu forger mon futur, mais j'y ai gagné l'admiration, le style et puis... si je n'avais pas déjà commencé à modeler mon corps de rêve, je ne serais peut-être jamais devenu mannequin.

~ question deux
es-tu heureux présentement?
Sérieusement ? Quelle putain de faux-cul peut se vanter d'être heureux dans ce monde chiasseux ? Ouais, je suis grossier. Mais même si on a pas tous la vie pourrie dont certains héritent, on a déjà assez avec toutes ces sociétés qui nous en mettent plein l'arrière-train sans nous offrir quelque récompense que ce soit. Alors ouais, je suis "heureux", j'ai quitté le Pays de Galles, son temps à se pendre, ses habitants coincés et surtout mes parents, qui sont d'une lourdeur... "Percy ! Tu es stripteaser maintenant ? Qu'est-ce que c'est que cette nouvelle lubie ?" Et blablabla... Franchement, je suis canon, mon taf en tant que mannequin  neme suffit pas, eh bien je me fous à poil ! Oui, maman, que cela te plaise ou non. Et je déménage au Canada, pour ne plus avoir à supporter ta vieille tête de bourgeoise rabougrie. Bref. C'est sûrement de nouvelles portes qui s'offrent à moi, changer d'air, de vie, tout ça. Tant pis pour mes anciens amis et plans cul, j'en trouverais d'autres. L'amour ? Laisse moi rire, personne ne saurait apprécier le déchet que je suis. Être heureux, finalement, c'est quoi ? Fuir ce qui nous soûle et voir si l'herbe est plus verte ailleurs ? Si c'est le cas, je dois sûrement être heureux. Tant que je peux exercer dans ce que je fais le mieux et consommer tout ce qu'il y a de plus mauvais pour la santé, alors roulez jeunesse ! Le Canada... J'espère juste que cette vaste étendue ne manque pas de bûcherons virils, sinon je risque de mourir de faim et là, je serais malheureux.

~ question trois
où te vois-tu dans dix ans?
Dans les dix années à venir, j'aimerais rencontrer l'homme de ma vie, me marier avec lui sans être regardé de travers, adopter un petit enfant venu d'Asie, acheter une grande propriété et ne plus avoir à vivre du striptease...
Ah ah ! Quelle connerie. L'amour c'est une saloperie de maquillage pour faire croire que tout va bien. D'ici dix ans, je serais sûrement le même trublion, à me faire enfiler par tout ce qui m'accoste avec un tant de soit peu de charisme, à consommer alcools et drogues à outrance, en achetant l'amitié avec du fric et en déféquant sur le politiquement correct. Mais d'ici là, j'aurais sûrement gagné en maturité, ouais, ma liste de conquêtes va s'agrandir, je serais un peu comme tous ces grands guerriers qui ont conquis des royaumes entiers, sauf que moi ça se comptera sur les kilomètres de poutres que je me serais enfilé. Je sais pas trop si je serais encore à White Oak Station, c'est une passade, je pense. Comme toute ma vie, ce n'est qu'une passade, une succession de conneries toutes plus drôles les unes que les autres. Bon, je suis déjà sacrément friqué, mais d'ici dix ans, j'aurais peut-être enfin réussi à voir mes parents décéder pour toucher ce qu'il me reste à obtenir d'héritage. Ces vieux bourges ne lâchent rien et j'avoue que ça commence à me rester en travers de l’œsophage.

le questionnaire (pour la répartition des groupes) :
 

hors-jeu
Life is a Joke
prénom/pseudo Gabriel, Macsen. âge Vingt-deux ans. pays France. présence Régulière. comment tu as connu le forum Par curiosité. personnage inventé/scénario Inventé. autre chose à ajouter? Si la vie était un long fleuve tranquille, ça ferait longtemps que j'utiliserais un moteur et pas des rames !



Dernière édition par Percival A. Lloyd le Dim 4 Déc - 16:29, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 30/11/2016
messages : 125
points : 146
pseudo : Macsen
avatar : Nico Tortorella
autres comptes : N/A
crédit : D.S.R
âge : Vint-six ans
statut civil : Célibataire
quartier : Downtown Area
occupation : Mannequin, stripteaseur

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Mer 30 Nov - 22:09


Wherever I am, I feel like a shadow...
Please, let me feel the light.


De naissance et de pas grand chose d'autre...

Je suis né le 19 du mois de mai, ce qui fit de moi un taureau selon de le calendrier astrologique. Parait-il qu'ils ont des grosses couilles, les taureaux, les vrais je veux dire. Non pas que je sois allé vérifié, la zoophilie c'est pas mon truc, mais voilà quoi. Pour ma part, je sais que je ne manque de rien à ce niveau là. Mais, retournons à nos moutons ; j'ai vu le jour à Bute Town, un bled paumé dans le sud du Pays de Galles. Là-bas, les gens sont tous des espèces de tarés consanguins, ils mangent du foin et boivent du jus de gazole. J'ai pas vraiment eu le temps de découvrir cet endroit, j'étais petit et ma richissime famille m'évitait le mélange avec les gueux. Je ne me souviens pas avoir manqué particulièrement d'amour. Mes parents sont des bourgeois puants et intéressés mais ils m'aimaient beaucoup, peut-être encore aujourd'hui, je ne sais pas trop, mais je m'en care l'oignon.

Juste avant que je sois assez grand pour entrer à l'école, nous avons déménagé à Cardiff, capitale du Pays de Galles. C'était bien plus grand, plus vivant et plus intéressant, quoique à cet âge là, ce qui m'intéressait le plus c'était de faire chier mes parents en faisant vraiment n'importe quoi. J'étais un sale gosse une enflure, je faisais courir la vieille domestique, je pissais sur le potager et cassait les nouveaux vases de ma mère. Vases franchement dégueulasses si vous voulez mon avis, elle a toujours eu des goûts de chiotte.

Bien sûr, j'ai intégré l'école. Étrangement, mes professeurs me comprenaient, je ne saurais vraiment l'expliquer. Ils avaient une tendance à canaliser ma surdose de n'importe quoi. Contrairement à mes parents, ils avaient les mots et l'attitude qu'il fallait. J'ai vite préféré rester là-bas plutôt que chez moi. J'avais beaucoup d'amis à cette époque là, et oui, je sais ce que vous allez dire... "Tu étais tout petit, comment peux-tu être sûr que ce furent de véritables amitiés ?" Franchement, quand on est gosse, on ne ment pas, sauf quand on a fait une connerie. Je ne crois pas être capable d'un même genre d'amitié au jour d'aujourd'hui.

Du coup, j'étais un sacré bon élève et je profitais un max des pauses. J'aimais jouer à être l'une de ces Drama Queen qu'on voyait dans les dessins animés ou les films pourris à l'eau de rose qu'on mate tous en secret quand on a envie de chialer un bon coup. Je crois que j'avais déjà des tendances de suceur de joncs, mais trop petit pour m'en rendre compte et pour que ça serve à quoique ce soit.

En somme, j'ai bien grandi. J'étais plutôt gâté, enfant modèle à l'école mais jamais à la maison. J'ai pas d'anecdotes particulièrement sur mon enfance. Elle était parfaite, l'image d'un bon vieux temps pour lequel je serais prêt à tout donner, pour n'en retrouver, ne serait-ce que quelques souvenirs de plus. Qu'est-ce que c'est chiant, quand je fais le gars mélancolique. Merde, c'est triste d'être triste quand même... Passons à la suite, bande de blaireaux.

De collège, de lycée et de toutes ces conneries...

Passage oblige, après l'école, on se prend pour un adulte, on est content. On pense avoir rejoint la cour des grands, malheureusement, on se rend compte qu'on est devenu le plus petit de toute cette organisation "médiocratique" qui se base sur du pompage de professeur, sur des "Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?" et sur des examens chiants visant à te prouver que t'es vraiment qu'une chiure d'adolescent prépubère pas plus intelligent qu'une huître en pleine introspection.

On est pas loin du début de ma fin à ce moment là. Ma première année s'est plutôt "bien" passée. Je me suis fait quelques connaissances, mais je commençais déjà à devenir une petite victime, cible de choix pour les lourdauds de l'académie. Ouais, parce que vous comprenez, si t'es trop sensible, que tu ne fais pas du soccer et que t'as pas montré tes trois poils pubiens à tes potes, t'es une pédale. Ouais, les gosses sont violents, ouais.

Par chance, j'ai esquivé les agressions physiques, rackets et autres conneries de ce genre, qui me mettent hors de moi. Malheureusement, j'ai découvert l'année d'après qu'ils n'avaient pas complètement tort. Mes hormones étaient en ébullition et malgré mes efforts pour faire croire aux autres que je voulais embrasser une fille, j'arrêtais pas de me demander ce que ça ferait si je touchais un autre mec, et vice-versa.

Il m'aura fallu encore une année de plus pour comprendre vraiment que j'étais homosexuel, savoir ce que ça voulait dire, ce que ça représentait et surtout savoir l'impact que ça aurait sur ma vie dans cette société de trous de balle. Je l'ai avoué à mes parents. D'un côté, je me disais que si ça les faisait chier, j'aurais été heureux quand même, juste par saloperie gratuite. Mais ils l'ont accepté, chrétiens ou crétins qu'ils étaient. Du coup, j'avais quand même un gros soutien à la maison.

Je venais de me rendre compte que même s'ils étaient méchamment altérés mentalement, mes parents étaient quand même de sacré gaillards. Ils me soutenaient dans toutes mes entreprises, me donnaient tout ce dont j'avais besoin. Ils sont braves quand même ces vieux tas de merde. Bref, fin des années collège, tout le monde sait que je suis gay.

Vous comprendrez rapidement qu'en arrivant au lycée, j'étais déjà grillé par toute l'école. C'était un cauchemar, j'en prenais plein la gueule, j'avais l'impression d'assumer à moi seul, la haine incompréhensible de tout un tas de néo-nazis anti-LGBT. Comme la sensation d'être le seul homosexuel dans cette foutue académie. J'ai du changer radicalement de technique d'approche avec tous ces dézingués du ciboulot. Fini le gars gentil et faible.

J'ai commencé la lutte au lycée et la boxe en activité extra-scolaire. Je me suis mis à porter des fringues qui les rendaient tous jaloux. Je portais sur moi tous les derniers accessoires prisés et je m'en vantais. Je suis devenu insolent avec le personnel de l'académie, professeurs, surveillants, tous ont pris pour leur grade. Je n'étudiais plus, je faisais le pitre en classe. Fallait que tout le monde me regarde, à tous les instants, depuis le moment où j'arrivais jusqu'au moment où je repartais. Je devais être le plus beau, le plus rebelle, le plus célèbre.

Après ma vague d'auto-proclamation de nouveau King du lycée, quelques petits voyous s'amusaient encore à m'insulter dans les couloirs. J'ai découvert que ces têtes de pine qu'on croit plus fort que nous ne sont en fait que des gros lâches. Un coup dans le nez du "boss", le reste l'abandonne à son sort avec lâcheté et urine "pantalonesque". Autant vous dire qu'en moins d'un an, j'étais respecté ou craint.

Pendant ces années là, j'ai vraiment jouit d'une tranquillité à toute épreuve, puis j'ai aussi perdu ma virginité. Ah c'était quelque chose, les garçons quand même. Je peux vous dire que j'aime encore ça, et que ça me durera jusqu'à ce que mes organes m'abandonnent. J'ai enchaîné les coups en secret dans les toilettes du lycée, ou en dehors avec des mecs de l'université, plus vieux c'était quand même plus sympathique. Je me suis tapé quelques pédés refoulés. Ils sont moins drôles, il n'y a pas de risque avec eux, aucune notion de l'aventure. Ils se cachent, comme les petites tarlouzes qu'ils sont.

Je vous cache pas que j'ai totalement foiré tout espoir d'études ou d'entreprises futures. Ma relation avec mes parents s'est dégradée au fur et à mesure qu'ils m'ont vu faire n'importe quoi de ma scolarité, mais ils ne pouvaient s'empêcher de me gâter et de céder à tous mes caprices de star. Encore heureux qu'ils n'aient pas entendu parler des gros joints que je m'envoyais entre les cours et d'autres petites surprises poudreuses tentées avec les gars de l'université qui visitaient mon jardin secret.

Je me rappelle aussi avoir fait pas mal le mur pour me rendre à des soirées avec des gens plus vieux. Une vraie traînée. Étrangement les mecs reluquait pas mal sur mon corps et c'est à ce moment que je me suis dit que je pourrais peut-être faire un truc de mon triste début de vie.

Si je dois conclure cet épisode de ma vie, j'ai découvert que j'aimais la bite, c'était vraiment génial. J'ai compris que mes parents m'auraient vraiment apprécié j'avais envisagé de devenir chirurgien ou une connerie du genre. J'ai appris que l'alcool, la tune et la drogue étaient mes meilleurs amis. Je crois que c'est tout. Ah si, je n'ai réussi aucun examen de fin d'études, cool !

De mannequinat, de striptease et de pas mal de "passages par derrière"...

Après le lycée, j'ai pris mon propre appartement en centre-ville. Je me suis démené physiquement et mentalement pour devenir modèle dans la photographie. Même si j'étais le dernier des déchets, physiquement j'étais au top du top. Un vrai canon et je le suis encore d'ailleurs. J'ai fait des démarches et tout le tralala qu'on doit se taper quand on veut rentrer dans la vie active.

Au début, ça n'a pas beaucoup marché alors j'ai fait du service dans des bars. Un boulot chiant et puis merde, c'est pas à moi de servir les autres. J'ai continué à m'entraîner et je n'ai pas relâché mes efforts pour trouver quelqu'un qui veuille de ma belle gueule.

Après deux ans de boulots à se pendre et pas mal d'entretiens j'ai trouvé une agence qui a voulu de moi. Je suis devenu mannequin, j'étais fier de moi. Je pouvais enfin exposer mon corps et en faire une activité rémunérée. De surcroît, ce milieu m'a permis de trouver mal de mecs pour me farcir la croupe, Dieu sait que j'aime le sexe, ouais.

Ma relation avec mes parents s'est améliorée à ce moment là. Ils se sont dit que finalement j'avais réussi à percer malgré mes échecs tous plus honteux les uns que les autres. A côté, je continuais à festoyer comme si c'était le dernier jour de ma vie, et ce, à chaque jour où c'était possible. J'avais tendance à inviter tout et n'importe quoi chez moi, du moment que tout le monde s'amusait. Cela m'a permit de découvrir des drôles de trucs niveau cul. Je me suis même essayé aux femmes, mais franchement, elles n'ont pas beaucoup d'arguments. Sérieux, qui préfère leurs deux grosses mamelles à une bonne saucisse ?

Je crois que j'ai eu des amis. Mais je pense que tous ces faux-culs m'aimaient plus pour mon fric que pour mes capacités à apprécier autrui. Capacité que je crois nulle, mais bon, chacun croit en ce qu'il veut après tout. Selon moi, Dieu a créé les homosexuels pour qu'il y ait au moins des gens qui s'amusent sur cette planète dégueulasse.

Comme au lycée, j'étais un peu la star de mon groupe. D'ailleurs, mes faux amis m'appelaient D, comme Diva. J'aimais bien, même si je n'ai jamais été efféminé. J'ai toujours aimé être au centre de l'attention. Comme un gros manque à combler, pourtant mes parents m'ont toujours donné de l'amour. Je ne sais pas trop d'où ça peut venir et puis je m'en fous. Si j'avais besoin de parler de mes problèmes j'irais voir l'un de ces cons de psy', qui te regarde une heure, attendant que tu t'exprimes sur toi-même. En gros, tu payes un mec pour qu'il approuve ce que tu pense de ta personne. Qui est assez arriéré pour payer ce genre d'escroc ?

Plus tard, j'ai décidé qu'être mannequin ne me suffisait plus, alors je me suis lancé dans le striptease et franchement, je me suis régalé et me régale encore. Quand tu vois toutes ces meufs et tous ces types en train de baver devant tes mouvements, tu te sens comme un espèce de gros paquet surprise, sauf que du coup, après je voulais qu'on me déballe, si vous voyez ce que je veux dire.

Malheureusement, ce deuxième travail déplut quelques peu à mes deux vieux qui recommencèrent à désespérer. Je venais de toucher l'héritage de mon grand-père, j'avais obtenu mon permis, m'étais payé une super caisse et consommait un quart de ma paie en alcools et drogues diverses. Faut dire que ma vie à Cardiff ça été quelque chose...

Puis voilà, ça faisait quelques temps qu'il fallait que je change d'air, je ne supportais plus tous ces hypocrites merdeux. Toujours les mêmes clients, les mêmes magazines. Je voulais partir à l'autre côté du globe. Alors j'ai choisi White Oak Station, soit un coup du destin, soit j'étais vraiment sous produit stupéfiant à ce moment là. Et Canada, me voilà !

L'amour ? Une bêtise que je ne veux jamais connaître.



Dernière édition par Percival A. Lloyd le Dim 4 Déc - 15:08, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 19/05/2016
messages : 802
points : 64
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : vanessa hudgens.
autres comptes : azel la gazelle.
crédit : you.first, vanessaannes, patricia highsmith.
âge : 27 ans.
statut civil : libre comme l'air.
quartier : standford alley, sous les toits.
occupation : étudiante en biologie et femme de ménage à ses heures perdues. elle fait aussi quelques services dans les restaurants, cafés et bars, selon la demande et son emploi du temps, ainsi que son besoin d'argent.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Mer 30 Nov - 22:27

ohhh, nico, quel bon choix. :heart: je l'avais encore jamais vu en blond comme ça! ça lui va plutôt bien. :hmm: bienvenue ici, hâte d'en découvrir plus sur ton percival. :gnan:

_________________
And she did not have to ask if this was right, no one had to tell her, because this could not have been more right or perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 11/05/2016
messages : 1284
points : 78
pseudo : Cécile
avatar : Zoey Deutch
autres comptes : Elliot Coppens
crédit : milkovich
âge : 22 ans
statut civil : célibataire
quartier : fairmount district
occupation : écrit des chroniques "voyage" pour un magazine en ligne

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Jeu 1 Déc - 0:13

J'adore le pseudo, très bon choix :eyes: L'avatar aussi, mais mention spéciale pour Percival :laugh:
Bienvenue parmi nous :duke:

_________________


“So, baby, pull me closer in the back seat of your Rover that I know you can't afford. Bite that tattoo on your shoulder. Pull the sheets right off the corner of that mattress that you stole from your roommate back in Boulder. We ain't ever getting older.“

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 31/01/2015
messages : 491
points : 8
pseudo : lily.
avatar : Jena Malone
autres comptes : n. jamie reid & prince k. benjamin
crédit : Honeymoon
âge : 27 ans.
statut civil : Célibataire.
quartier : downtown area
occupation : Avocate.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Jeu 1 Déc - 14:14

Bienvenue sur FLT ! :**:

_________________
»  Je ne suis pas une commère moi ! Il m’arrive de découvrir des choses ou entendre des choses et je fais aussitôt circuler l’information, c’est tout. Je suis un service public en quelque sorte. Ça n’a rien a voir avec le fait d’être commère ! Vous trouvez que les journalistes sont des commères ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 26/11/2015
messages : 169
points : 0
pseudo : .ipar haizea (tao)
avatar : Stephen Lunsford.
crédit : .ipar haizea
âge : 23 ans.
statut civil : célibataire.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Jeu 1 Déc - 14:24

Bienvenue sur FLT ! :heart3:

_________________
what would you do if i died today ?
- I'd die tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 30/11/2016
messages : 125
points : 146
pseudo : Macsen
avatar : Nico Tortorella
autres comptes : N/A
crédit : D.S.R
âge : Vint-six ans
statut civil : Célibataire
quartier : Downtown Area
occupation : Mannequin, stripteaseur

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Jeu 1 Déc - 15:35

Merci à vous tous pour cet accueil chaleureux ! :3


Dernière édition par Percival A. Lloyd le Dim 4 Déc - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 21/06/2014
messages : 1175
points : 4
avatar : alexis ren
crédit : polarize
âge : vingt-deux ans
statut civil : le cœur en miette, elle tente de faire le deuil de sa petite-amie
quartier : fairmount district (#726), une maison vide sans elle
occupation : censée être footballeuse professionnelle, mais actuellement sans club et donc sans emploi

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Jeu 1 Déc - 18:11

bienvenue parmi nous :**:

_________________

ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant. demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

kill em with kindness

inscription : 21/08/2013
messages : 12054
points : 44
pseudo : shiver./sarah.
avatar : bb bryden.
crédit : spleen ocean/tumblr.
âge : vingt-deux ans.
statut civil : célibataire.
occupation : serveuse au madison grill & mannequin à ses heures perdues.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Ven 2 Déc - 19:32

bienvenue :heart: :heart:
nico est un bon choix :faint:, le blond lui va plutôt bien :siffle:

_________________
if you would take this chance then I'll take it too I have these thoughts I keep I wanna share with you. ৩
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 01/04/2016
messages : 1087
points : 150
pseudo : Life Burns
avatar : Louis Tomlinson
crédit : avatar: ©scarlett glasses
âge : 25 ans (26.08)
statut civil : célibaitaire mais toujours amoureux de son ex
quartier : anciennement #29, Standford Alley et maintenant vit temporairement au Pimpernel motel => squatte quelques jours chez Azel
occupation : réceptionniste au Pimpernel motel

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Ven 2 Déc - 21:01

Bienvenue dans le coin mister :sun: j'aime beaucoup le choix du pseudo :**: Bon courage pour la rédaction de ton histoire :mihaly:

_________________
we're meant to be

   and i just can't stop loving you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 07/05/2015
messages : 103
points : 6
pseudo : plumyts.
avatar : aaron sexy johnson.
crédit : tag.
âge : vingt-neuf ans.
statut civil : officieusement en couple, officiellement divorcé.
quartier : stanford alley.
occupation : pilote de l'air.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Sam 3 Déc - 15:52

Bienvenue ♥

_________________

YOU'RE DEEP IN MY SOUL

Je n'ai pas toujours été parfait, bien sûr que je le sais. Pardonnez-moi, ne m'en voulez pas. Je ne voulais pas être celui-là. Ce n'était qu'une erreur de parcours, une chose qui peut arriver certains jours. Mon propre corps a décidé de me chasser, je suis devenu sans foyer. ©shinouh

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 16/03/2013
messages : 4194
points : 224
pseudo : charney (rose)
avatar : melissa benoist.
crédit : charney (ava).
âge : vingt-cinq ans.
statut civil : célibataire.
quartier : dans un petit appartement, sur downtown area.
occupation : étudiante en droit, spécialisation en crime familiaux. barmaid au old pub.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Sam 3 Déc - 20:23

my god. le pseudo + l'avatar + le début de fiche... :han: :omg1: je sens que je vais apprécier ton personnage ! :flirt: bienvenue sur feels like tonight et surtout, s'il y a quoi que ce soit, n'hésite pas à nous faire signe ! :blush2: hug

_________________
you drive me crazy. and you don't even know how you do. please, stop messing with my heart. +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternal-lust.tumblr.com/
avatar


inscription : 30/11/2016
messages : 125
points : 146
pseudo : Macsen
avatar : Nico Tortorella
autres comptes : N/A
crédit : D.S.R
âge : Vint-six ans
statut civil : Célibataire
quartier : Downtown Area
occupation : Mannequin, stripteaseur

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Dim 4 Déc - 15:12

Encore merci à vous pour votre accueil !

Et heureux que mon pseudonyme soit si apprécié x)

_________________

It's gonna be alright
Si la haine fait si mal, alors je ne veux pas connaître l'amour. Je ne veux pas crouler sous les mensonges d'un rêve que tous croient accessible et facile d'approche. Je suis entier, même si tout le monde me croit brisé. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

glowing in the dark

inscription : 10/04/2016
messages : 687
points : 15
pseudo : little liars › audrey
avatar : kendall jenner.
autres comptes : serafina.
crédit : faust › aberdeen, solosand (sign)
âge : vingt-deux ans.
statut civil : très compliqué.
quartier : #0085 downtown area.
occupation : anciennement héritière, elle cherche sa voie.

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Dim 4 Déc - 15:37

Félicitations, tu es l'un des nôtres !  
     
déjà bienvenue par ici  :coeur2: excellent choix de pseudo et d'avatar  :pray:  j'aime beaucoup aimé lire ton histoire, ton personnage est haut en couleur, très intéressant et je suis plus que curieuse de voir ce que tu nous réserves  :laugh:

     

© nephilim

   
   
D'après tes réponses au questionnaire, tu seras dans le groupe : Looking forward.

   La catégorie gestion du personnage est là pour t'aider à bien démarrer. Tu peux  rechercher des liens, ainsi que créer un ou plusieurs scénarios ou des bandes. Enfin, pour faciliter ton intégration, n'hésites pas à aller dans le flood ou sur la chatbox. Finalement, des parrains sont à ta disposition; si tu en ressens le besoin, tu peux en faire la demande.
     
Toute l'équipe du forum te souhaite
     la bienvenue sur Feels Like Tonight !  :heart3:

_________________
    everglow
    still i see you celestial. when i'm cold, there's a light that you give me. when i'm in shadow, there's a feeling within me, an everglow ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 30/11/2016
messages : 125
points : 146
pseudo : Macsen
avatar : Nico Tortorella
autres comptes : N/A
crédit : D.S.R
âge : Vint-six ans
statut civil : Célibataire
quartier : Downtown Area
occupation : Mannequin, stripteaseur

Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in. Dim 4 Déc - 16:10

Oh, merci, je suis trop happy :3 Hâte de RP du coup, je m'atèle à tout ça !

_________________

It's gonna be alright
Si la haine fait si mal, alors je ne veux pas connaître l'amour. Je ne veux pas crouler sous les mensonges d'un rêve que tous croient accessible et facile d'approche. Je suis entier, même si tout le monde me croit brisé. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in.

Revenir en haut Aller en bas
 
Percy Lloyd † Never stop fighting for what you believe in.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
» 05_ i just can't stop loving you
» percy jackson
» Partenariat [Percy Jackson RPG]
» The New World Of Percy Jackson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: THE FIRST STEPS :: THIS IS MY STORY :: TERMINÉES-