AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar


inscription : 19/05/2016
messages : 802
points : 64
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : vanessa hudgens.
autres comptes : azel la gazelle.
crédit : you.first, vanessaannes, patricia highsmith.
âge : 27 ans.
statut civil : libre comme l'air.
quartier : standford alley, sous les toits.
occupation : étudiante en biologie et femme de ménage à ses heures perdues. elle fait aussi quelques services dans les restaurants, cafés et bars, selon la demande et son emploi du temps, ainsi que son besoin d'argent.

Message(#) Sujet: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Jeu 20 Oct - 19:06

oxygen's overrated, i don't even need to breathe
Elle venait de sortir de l’université, Biddy, et elle était déjà plutôt énervée. Les professeurs lui avaient pris le chou pour un rien, elle avait récolté une mauvaise note, un cours avait été supprimé, lui laissant ainsi un laps de temps trop court pour qu’elle puisse rentrer chez elle mais trop long pour qu’elle ne s’ennuie pas, et le prof qu’elle avait en dernière heure avait décidé, comme ça, que ce serait une bonne idée d’étendre son cours de quelques minutes – quelques minutes qui avaient bien duré une bonne demi-heure. Et une demi-heure, c’était tout ce qu’il fallait pour louper son train. Biddy était restée calme pendant la moitié de la journée, positivant tant bien que mal, mais elle avait fini par arrêter de se contrôler, et maugréait désormais contre tout ce qui l’enquiquinait – ce qui équivalait à approximativement tout. Elle savait d’avance qu’elle n’aurait pas son train, parce que l’horaire qu’elle avait choisi était trop juste ; elle ne pouvait se permettre aucun retard. Mais, malgré tout, elle avait couru. Sait-on jamais, si le train avait été retardé. Bien sûr, quand on voulait que les trains aient du retard, ils n’en avaient jamais. Elle ne l’avait même pas vu filer sous ses yeux ; le train avait quitté la gare depuis dix minutes quand elle était arrivée, essoufflée. Elle avait alors pris une grande inspiration et s’était dit que ce n’était rien, que toute cette journée pourrie n’allait sûrement pas définir le reste de sa soirée. Elle s’était même forcé à sourire, et s’était dirigée vers le guichet pour échanger son billet. Dieu soit loué, elle pouvait le faire. En théorie. Avant même d’arriver devant le vendeur, elle leva la tête en direction du panneau électronique, qui affichait les trains au départ. Le prochain trajet pour Hinton était dans une heure. En théorie. Mais dans les faits, le prochain trajet pour Hinton était supprimé. « Oh non, dîtes moi que je rêve. » Biddy soupira, et sentit les larmes lui venir aux yeux. Sa virée à Hinton pour retrouver une de ses amies d’enfance était censée être la chose qui lui sauverait la journée, mais cela semblait finalement être ce qui allait l’empirer plus qu’elle ne l’était déjà. Elle se retourna et se passa la main sur le visage, dépitée. Elle avait prévu de passer le week-end chez son amie depuis le début de la semaine, mais à présent, elle n’avait envie que de rentrer chez elle, prendre un bon bain et se cacher sous des tonnes de couvertures. Mais c’était sans compter la douce apparition de la personne qu’elle chérissait le plus sur cette Terre ; toute ironie maîtrisée. « Définitivement, je rêve. » Elle étouffa un sanglot, au bout du rouleau. « Par pitié, Sal, ôte-toi de mon chemin. Je ne suis pas d’humeur. » Elle préférait prévenir que guérir, Biddy, parce qu’elle le sentait venir. Elle entendait déjà ses petits pics acérés, et elle n’avait sûrement pas besoin de ça en cette fin d’après-midi. Alors elle avait pris les devants, tâchant de lui faire comprendre que leurs petits échanges de gentillesses habituels n’auraient pas lieu aujourd’hui.
roller coaster

_________________
And she did not have to ask if this was right, no one had to tell her, because this could not have been more right or perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 22/02/2015
messages : 304
points : 116
pseudo : spf. ( océane )
avatar : daniel sharman
autres comptes : anciennement arni.
crédit : wildest dream (av) endless love (sign)
âge : vingt sept ans, pas encore trente ans. merci de ne pas lui en parler.
statut civil : célibataire, tout juste sorti d'une relation de longue durée. il le vit bien cependant.
occupation : dj la nuit. casse couille le jour. musicien dans l'âme.

Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Dim 23 Oct - 13:07

C’est une de ces journées où il fait bon de se lever.
Et ça se voit sur la tête de Sal, à marcher comme un idiot, à sourire à tout ce qui bouge
Même si ça parfois manque de charme et de fesses.
Déjà, ça avait commencé ce matin à midi avec une boite de céréale dans laquelle se trouvait le jouet qu’il manquait à Sal pour terminer sa collection : un pistolet à eau bleu, supposé faire de la lumière en tirant mais quelque chose a du capoté pendant la fabrication parce que, à part cracher de l’eau …
Rien ne se passe.
Mais cette légère déception serait bien la seule de la journée et n’en était même pas vraiment une tant qu’il pouvait s’amuser à arroser qui bon lui semblait – bon principalement des gosses en fait.
La journée s’était poursuivie tranquillement.
Le hasard a voulu qu’il soit le 100e client de la journée au marchand de glace du coin. La seule chose que ça voulait dire, c’est qu’il avait eu droit à une glace gratuite.
Un appel un peu plus tard lui proposa de se rendre à Hinton pour mixer à une soirée, ce qui ferait une rentrée d’argent supplémentaire avec d’élargir sa connaissance de la gente féminine en rencontrant quelques membres.
Et puis, même sur le chemin de la gare, il avait réussi à rattraper un ballon qui s’envolant.
Pas de bol pour le gosse qui l’avait laissé s’envoler.
Tout cela nous amène à Sal, à la gare devant le panneau indiquant que son train est  supprimé. Et ce n’est même pas une mauvaise nouvelle pour lui, il a encore tout l’temps devant lui pour glandouiller et peut-être même passer un niveau à Candy Crush.
Il avance, prêt à attendre dans le hall quand la tête de Biddy apparait.
La cerise sur le gâteau de sa journée, c’est probablement de voir sa tête, fatiguée et plutôt agacée.
Voyons, en tout bon ami qu’il est, il se doit d’aller voir ce qu’il ne va pas. ( Ironie, il se demande déjà quel rouge il arrivera à la colorer de colère )
_ « Définitivement, je rêve. »
Déjà, vu le côté brisé de sa voix. Au premier bonjour, elle sera rose.
_ « Par pitié, Sal, ôte-toi de mon chemin. Je ne suis pas d’humeur. »
Il n’a pas le temps d’ouvrir un mot avant qu’elle ne l’attaque, ça ne le démonte pas pour autant. Sal, il peut être pire qu’un tube de UHU en glue.
_ « Allez Bobiddy Bou, pleure pas. » dit-il en la suivant, il marche vite sans pour autant essayer de la rattraper. « On dirait que t’es fatiguée, tu veux pas un câlin ? »
Il étouffe un rire, il n’est même pas sérieux.
_ « Regarde, j’ai même un ballon pour toi. Tu veux ? »

_________________
stupid boy ♒︎ Love is like a bomb, baby, c'mon get it on Livin' like a lover with a radar phone Lookin' like a tramp, like a video vamp Demolition woman, can I be your man?. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 19/05/2016
messages : 802
points : 64
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : vanessa hudgens.
autres comptes : azel la gazelle.
crédit : you.first, vanessaannes, patricia highsmith.
âge : 27 ans.
statut civil : libre comme l'air.
quartier : standford alley, sous les toits.
occupation : étudiante en biologie et femme de ménage à ses heures perdues. elle fait aussi quelques services dans les restaurants, cafés et bars, selon la demande et son emploi du temps, ainsi que son besoin d'argent.

Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Dim 23 Oct - 17:18

oxygen's overrated, i don't even need to breathe
Sal, elle ne se souvenait même plus pourquoi elle le détestait. Elle ne se souvenait plus la première fois qu’elle avait posé les yeux sur lui, le frère d’une de ses copines d’enfance. C’était en maternelle probablement… ou plus tard. À l’école primaire, peut-être ; elle n’aurait pas su dire. Elle avait l’impression de l’avoir toujours connu, de l’avoir toujours détesté. Son visage ne lui revenait pas, alors qu’il n’était pourtant pas moche du tout. Ça, elle pouvait l’admettre de façon assez objective, parce que Biddy était une nana assez réfléchie pour faire la part des choses. Elle arrivait, si elle le voulait, à se « détacher » d’elle-même. À se mettre à côté, en quelque sorte. Et elle était consciente que Sal était charmant, mais son charme n’avait aucun effet sur elle. Son charme la répugnait, même, comme si c’était une insulte à lui tout seul. Tout ce qui composait la personne de Sal, en réalité, réussissait à mettre en rogne Biddy. C’était plus fort qu’elle. Et ce surnom, Bobiddy Bou, c’était peut-être l’apogée de l’agacement. Ça aussi, elle avait l’impression de l’avoir entendu toute sa vie, comme une vieille rengaine désagréable. Son prénom, Biddy, elle l’adorait ; il était original, et elle était heureuse que ses parents ne l’aient pas appelé de façon banale. Ça n’était pas un prénom dont on pouvait facilement se moquer, et elle avait la quasi-certitude de ne jamais rencontrer un homonyme. Mais alors, quand Sal ouvrait sa bouche pour prononcer cet horrible surnom – qui, dans un autre contexte, aurait pu être mignon – elle maudissait ses géniteurs de l’avoir appelée comme ça. « Je pleure là, peut-être ? » répliqua-t-elle, mauvaise. En réalité, elle était au bord de pleurer, et il fallait qu’elle se contrôle vite fait pour ne pas craquer devant son pire ennemi. Mais la colère n’arrangeait pas les choses, et lui donnait au contraire plus encore envie d’ouvrir les vannes. « Y a rien qui ne me ferait plus plaisir, » enchaîna Biddy quand Sal lui proposa un câlin. Ironie, quand tu nous tiens. Tout n’était qu’ironie, avec lui. Elle lui passa devant, presque au pas de course, avec pour toute hâte de s’éloigner de lui le plus possible. « T’en as pas marre de me suivre, Gaussmerde ? » Biddy était le genre de fille à très bien parler, à employer un langage soutenu et remiser toutes les insultes au placard. Mais Sal réveillait en elle son côté plus que familier, et elle avait du mal à maîtriser son langage en sa présence. Elle se retourna, à bout de nerfs, quand il lui proposa son ballon. Elle souffla d’énervement, et tendit les bras. Elle ferma et ouvrit ses mains à plusieurs reprises, rapidement, pour qu’il lui envoie. « Allez, ça va me défouler. » Elle tentait de sous-entendre « taper dans la balle va me défouler ». En réalité, ce qu’elle voulait dire, c’était plutôt : percer ton putain de ballon va me défouler.
roller coaster

_________________
And she did not have to ask if this was right, no one had to tell her, because this could not have been more right or perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 22/02/2015
messages : 304
points : 116
pseudo : spf. ( océane )
avatar : daniel sharman
autres comptes : anciennement arni.
crédit : wildest dream (av) endless love (sign)
âge : vingt sept ans, pas encore trente ans. merci de ne pas lui en parler.
statut civil : célibataire, tout juste sorti d'une relation de longue durée. il le vit bien cependant.
occupation : dj la nuit. casse couille le jour. musicien dans l'âme.

Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Mer 2 Nov - 14:26

il tente de l'apater pauvrement.
tout ça, ça le fait rire. il n'est pas méchant d'ordinaire, quand il peut faire chier Biddy, c'est tout autre chose qui se fait. 
il trouve ses réactions amusantes et ne parvient à prendre réellement au sérieux qu'il est capable de la pousser à bout. sal, il ne comprend pas la jeune femme, il se trouve si drôle que pour lui, c'est impossible qu'elle puisse détester sa pointe d'humour.
lui, il dirait que c'est, qui aime bien, châtie bien.
_ « Je pleure là, peut-être ?» réplique t'elle, agressive, ce qui ne fait pas pour autant passer l'envie du jeune homme de la taquiner. il est drôle, il sait qu'il va faire passer sa colère.
_ « Y a rien qui ne me ferait plus plaisir » enchaîne t'elle quand il lui propose un câlin pour lui remonter le moral, il est un peu sérieux dans tout ça, sans oser la prendre vraiment dans ses bras de peur qu'elle s'en prenne physiquement à lui ( oui, parce que même s'il a pas conscience de son humour de merde, il quand même un peu peur d'elle ). 

elle s'en va. elle emboite le pas sur lui.
quand il jette un coup d'oeil aux passants autour, il remarque qu'on l'observe avec beaucoup de curiosité. serait-il en train de poser problème à la jeune femme ? toujours est-il, personne dans le doute intervient.
lui, il s'élance et tente de la rattraper, il veut pas qu'elle parte. ça lui fait plaisir de tomber sur elle, maintenant que y'a plus marina, il ne la croise même plus dans les couloirs.
il tente de la retenir en lui offrant son ballon, ce qui est pour l'instant le seul truc qu'il a sous la main à lui proposer. c'est pas vraiment vrai parce qu'il est contente d'avoir ce truc, mais pour deux minutes ça a le don de faire s'arrêter biddy, et sal le rejoint vite. 
_  « Allez, ça va me défouler. » D'avoir un beau ballon ? Il ne comprend pas, mais vu qu'elle a baissé sa garde, il ne peut s'empêcher de profiter du moment pour l'énerver encore un peu plus, alors qu'elle tend les mains pour saisir l'objet, Sal dégaine son pistolet et tire deux fois sur biddy, une en plein visage, et une sur ses vêtements.
il éclate de rire et pense à s'éloigner avant qu'elle ne réagisse et se décide vraiment lui en coller une. 
c'est drôle, il ne peut pas s'en empêcher.
_ « tu devrais voir ta tête !» fait-il remarquer en la pointant du doigts « c'est trop drôle !» ajoute t-il, alors que le visage de la jeune femme devient de plus en plus rouge. « tu sais, c'est pas taper dans mon ballon qui t'aurait aidé.» fait-il remarquer, en sous entendant qu'il faudrait sûrement plus pour arriver à la calmer, et que pur ça, il serait prêt à la pousser à bout. 
« allez, tiens !» fait-il en lui tendant un mouchoir propre. 

_________________
stupid boy ♒︎ Love is like a bomb, baby, c'mon get it on Livin' like a lover with a radar phone Lookin' like a tramp, like a video vamp Demolition woman, can I be your man?. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 19/05/2016
messages : 802
points : 64
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : vanessa hudgens.
autres comptes : azel la gazelle.
crédit : you.first, vanessaannes, patricia highsmith.
âge : 27 ans.
statut civil : libre comme l'air.
quartier : standford alley, sous les toits.
occupation : étudiante en biologie et femme de ménage à ses heures perdues. elle fait aussi quelques services dans les restaurants, cafés et bars, selon la demande et son emploi du temps, ainsi que son besoin d'argent.

Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Lun 14 Nov - 20:50

oxygen's overrated, i don't even need to breathe
Biddy se voyait déjà en train d’exploser le ballon de Sal, et l’idée d’entendre le plastique éclater puis l’air s’échapper doucement lui avait légèrement remonté le moral. Elle avait même esquissé un sourire ironique, les mains tendues, se régalant d’avance de la farce qu’elle lui réservait. Malheureusement, Sal avait soit deviné ses intentions, soit décidé de pousser le bouchon encore un peu plus loin. Le ballon resta donc bien du côté de chez Sal et, non seulement elle n’avait plus rien pour se défouler, mais elle se retrouva aspergée d’eau, en provenance du pistolet en plastique que brandissait son ennemi juré. « Non mais je rêve ???! » s’écria-t-elle, ne faisant même pas attention aux autres personnes présentes dans la gare. « Un pistolet à eau ? Mais bon dieu Sal, tu as QUEL ÂGE ?!! » Il l’avait définitivement énervée, et ce serait désormais bien difficile de faire redescendre la pression. Biddy était une personne calme de nature, mais quand on la faisait sortir de ses gonds, c’était pour de bon – et il était impossible de faire machine arrière. Dans ces cas-là, pour reprendre ses esprits, Biddy prenait un bon bain mousseux et parfumé en écoutant de la musique reposante, puis regardait quelques épisodes de séries avant de passer une nuit de sommeil réparateur. Choses qu’elle était incapable de faire, là, au beau milieu de la gare. « J’en peux plus de toi, sérieusement, » lâcha-t-elle alors qu’il alimentait l’agacement avec ses réflexions. Les larmes lui montaient aux yeux, mais elle refusait de craquer devant lui. « J’en veux pas de ton putain de mouchoir ! » Et pour être sûre qu’il comprenne, elle lui frappa la main. « Pourquoi tu me fous pas la paix, hein ? Pour une fois dans ta vie, pourquoi t’arrêterais pas de faire chier le monde ? » Biddy était vulgaire, ce qui ne lui ressemblait pas. Biddy était dure, ce qui lui ressemblait un peu plus. Mais elle n’en pouvait sincèrement plus de lui, surtout pas après la journée qu’elle venait de passer. Et elle n’allait certainement pas s’excuser de son comportement. Bien décidée à rentrer chez elle, elle reprit sa marche, se débrouilla pour bousculer Sal au passage, et se dirigea vers la sortie du bâtiment. Elle n’avait pas poussé la porte que les larmes dégringolaient le long de ses joues. Biddy était à bout. Et elle espérait de tout son cœur que Sal ne réapparaitrait pas dans son champ de vision, parce qu’elle était désormais incapable de retrouver la moindre contenance.
roller coaster

_________________
And she did not have to ask if this was right, no one had to tell her, because this could not have been more right or perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 22/02/2015
messages : 304
points : 116
pseudo : spf. ( océane )
avatar : daniel sharman
autres comptes : anciennement arni.
crédit : wildest dream (av) endless love (sign)
âge : vingt sept ans, pas encore trente ans. merci de ne pas lui en parler.
statut civil : célibataire, tout juste sorti d'une relation de longue durée. il le vit bien cependant.
occupation : dj la nuit. casse couille le jour. musicien dans l'âme.

Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Lun 28 Nov - 22:43

Bon, au moment d’appuyer sur la détente, il sait déjà qu’il fait une énorme connerie.
Mais le résultat vaut tout d’même la merde dans laquelle il vient de se mettre parce que la tête de biddy le fait pisser de rire et qu’il avait pas réflechi à ce qu’il se passerait après lui avoir bombardé la tête de flotte.
Quoique, il aurait pu faire pire et mettre un truc dégueulasse dans son pistolet. Mais bon, y’a des limites.
Pas avec les dames quand même.
_ « Non mais je rêve ???! » s’écrie t-elle assez furieusement pour faire reculer Sal d’un pas, bien qu’il n’en puisse toujours plus et qu’il se marre. C’est que, d’ici quelques secondes, il pourrait se retrouver à terre à force de rire. « Un pistolet à eau ? Mais bon dieu Sal, tu as QUEL ÂGE ?!! »
Toujours pas de réponse. Que des rires.
Et des regards, tournés vers eux.
Si auparavant, toute l’assemblée pensait qu’il la harcelait maintenant ils ne font plus attention. Ils ont plus l’air de deux gamins qui s’amusent.
_ « Biddy… » dit-il en tentant d’arrêter de rire pour pouvoir placer plus qu’un mot. « Me regarde pas comme ça.. » In continue. « J’arrive pas à arrêter de rire. »
Ce que maintenant, il pleure le con.
_ « J’en peux plus de toi, sérieusement, »
Et pourtant, ça faisait longtemps.
Il parvient à s’arrêter, suffisamment en tout cas pour quand même lui proposer un mouchoir pour essuyer son visage.
_ « J’en veux pas de ton putain de mouchoir ! » Mais il insiste, et elle le rejette en repoussant sa main.
Quand même, c’est dommage de prendre les choses comme ça.
_ « Hey ! C’est mal de frapper les gens comme ça tu sais ! » fait il remarquer dans une complète mauvaise foi.
_ « Pourquoi tu me fous pas la paix, hein ? Pour une fois dans ta vie, pourquoi t’arrêterais pas de faire chier le monde ? » lui dit-elle en criant avant de s’enfuir loin de lui, le bousculant au passage.
C’est bête de réagir comme ça qu’il se dit, et le temps qu’il ramasse son mouchoir. La voilà envolée.
Il commence à s’demander s’il ne serait pas aller trop loin ?
Toujours est-il que son train, il est pas pour tout d’suite alors il file vers la sortie.
Et elle est là, à sangloter dans son coin.
Vu qu’il a pas trop d’empathie, c’est compliqué. Mais il arrive à se sentir un peu désolé.
Derrière elle, il finit par glisser un bras par-dessus son épaule. Sans aucune gêne.
_ « Allez bo-Biddy ! Excuse moi. Viens, je t’emmène manger une glace. »
Oui, il n’a rien compris.

_________________
stupid boy ♒︎ Love is like a bomb, baby, c'mon get it on Livin' like a lover with a radar phone Lookin' like a tramp, like a video vamp Demolition woman, can I be your man?. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 19/05/2016
messages : 802
points : 64
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : vanessa hudgens.
autres comptes : azel la gazelle.
crédit : you.first, vanessaannes, patricia highsmith.
âge : 27 ans.
statut civil : libre comme l'air.
quartier : standford alley, sous les toits.
occupation : étudiante en biologie et femme de ménage à ses heures perdues. elle fait aussi quelques services dans les restaurants, cafés et bars, selon la demande et son emploi du temps, ainsi que son besoin d'argent.

Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy) Sam 10 Déc - 16:16

Elle n’aimait pas perdre la face en publique comme ça, Biddy. Sal ne la voyait pas, pour le moment, mais le reste du monde si. Il voyait une Biddy les joues inondées de larmes, et leurs regards allaient de la pitié à la compassion en passant par l'indifférence. Elle avait envie de leur crier de regarder ailleurs, qu'elle n'était pas un spectacle et qu'ils avaient sûrement vu d'autres gens pleurer dans leur vie, non ? Vraiment, pleurer d'énervement et de fatigue était l'une des choses que Biddy aimait le moins, parce qu'elle ne le contrôlait pas du tout. C'était nerveux, en somme, et les sanglots soulevaient sa poitrine sans qu'elle ne puisse rien y faire. À peine avait-elle eu une légère accalmie qu'elle s'était remise à sangloter, en pensant qu'elle devait prévenir son amie qu'elles ne se verront pas ce soir. Ni ce week-end, d'ailleurs. Biddy aurait bien pu prendre un train à la première heure, demain matin, mais elle n'en avait plus envie. Elle le regretterait peut-être en se levant, peut-être aussi déciderait-elle d'y aller finalement, mais pour le moment elle avait seulement envie de dormir et regarder la télévision. Elle s'était enfin décidée à envoyer un message à son amie, mais elle n'avait pas eu le temps d'attraper son téléphone portable qu'elle sentit un bras se déposer sur son épaule - et pas celui de n'importe qui. Là, clairement, il avait dépassé les bornes. Elle ferma les yeux, sans cesser de marcher doucement, puis les rouvrit, ce qui eut le mérite de faire dévaler les larmes qui s'étaient arrêtées au creux de ses yeux. Elle resta muette, bouillonnant de l'intérieur, espérant que Sal comprenne qu'il n'était pas le bienvenu si proche d'elle. Elle n'attendit cependant pas plus d'une vingtaine de secondes avant de craquer. Biddy se retourna rapidement et sans même répondre à ce que Sal venait de dire, elle le poussa en s'appuyant de ses deux mains sur son torse, sans contrôler sa force. Elle ne faisait peut-être pas le poids face à lui pour le faire tomber, mais assez pour l'envoyer valser contre un poteau qui se trouvait par malheur derrière lui. Le choc de la tête de Sal contre le métal se fit bien retentir, mais Biddy ne s'en inquiéta pas, trop énervée qu'elle était. « T'as compris maintenant ? » cracha-t-elle alors, froide comme jamais. Elle s'apprêtait à se retourner, avant de tiquer. Sal ne répondait pas, ne réagissait pas. Faisait-il exprès ? Feignait-il encore, pour l'embêter au-delà de la limite possible ? Où était-il réellement sonné par le choc ? Biddy commença à paniquer à l'idée d'avoir pu le blesser, et s'imagina le pire. Causer un traumatisme crânien à quelqu'un n'était pas dans ses plans, même si ce quelqu'un était son pire ennemi. Alors qu’elles avaient fini par se tarir, les larmes dévalèrent à nouveau les joues de Biddy alors qu’elle s’imaginait le pire. Elle s’approcha de Sal, complètement inquiète. « Sal ? Ça va ? »

hj. je me suis permise de "jouer" sal, dis moi si ça t'ennuie et que tu veux que je modifie. :coeur2:

_________________
And she did not have to ask if this was right, no one had to tell her, because this could not have been more right or perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy)

Revenir en haut Aller en bas
 
oxygen's overrated, i don't even need to breathe (saddy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lullaby. ~ «Overrated.» - Solo'.
» Kala ? In my book, safety has always been highly overrated
» MUSIC LIKE OXYGEN (#NIHA)
» love is so overrated (asuna + camille)
» Signature Phil Kessel (Saddy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: OUT OF SPACE :: TRANSPORTATIONS :: TRAIN & TRAIN STATION-