AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 admit it, you need me › jax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar


inscription : 03/01/2014
messages : 3476
points : 74
pseudo : tchouky (marion)
avatar : josephine skriver
autres comptes : non à la schizophrénie
crédit : tik tok
âge : vingt-six ans
statut civil : célibataire
quartier : #9, standford alley › vit en colocation avec sa cousine et milly, la fille de cette dernière
occupation : travaille dans l'humanitaire › hôtesse d'accueil de la salle de sport

Message(#) Sujet: admit it, you need me › jax Dim 18 Sep - 21:13

❝ ADMIT IT, YOU NEED ME ❞
sasha calloway & jax oakley

Arrivant d’un pas décidé dans le couloir de l’immeuble, Sasha s’arrêta devant une porte et laissa tomber son sac au sol, avant de frapper plusieurs coups à la porte de l’appartement. « Jax, ouvre. C’est moi. » Quand on pense à cette remarque, c’est tout de même un peu con de dire que c’est « moi » sans réellement préciser de prénom. Oui, parce que la personne qui se trouve de l’autre côté de la porte n’a peut-être pas reconnu la voix de son interlocuteur et puis, ça peut être n’importe qui finalement. C’est pourtant, elle se reprit rapidement. « Sasha. » C’est surtout pour qu’il évite de penser que c’est une psychopathe et qu’il vienne lui ouvrir la porte avec un énorme couteau de cuisine dans les mains pour la faire fuir. Elle rapprocha son oreille de la porte, après avoir frappé une nouvelle fois et se recula quand elle entendit un bruit venir vers elle, de l’autre côté de la porte. Bien, il était là. Un immense sourire se dessina sur ses lèvres quand il ouvrit la porte et qu’elle put apercevoir son visage. Bon, il ne devait pas comprendre pourquoi elle se ramenait devant sa porte, et surtout pourquoi elle avait un sac à ses pieds alors il allait falloir qu’elle lui donne quelques explications. « Non, t’en fais pas. Je ne m’installe pas chez toi, hein. » On pourrait le croire, pourtant. « Enfin, pas sur du long terme. Et puis, tu pourrais surtout pas me supporter comme colocataire. » Son sourire au bout des lèvres, elle se baissa un peu pour ramasser son sac et se relever tout en le fixant une nouvelle fois. « Tu comptes me laisser entrer ou tu préfères que je reste sur ton palier pour te parler ? » Jax se décala de quelques centimètres, pour laisser la place à Sasha de pénétrer dans son appartement. Il referma la porte derrière elle et elle posa de nouveau son sac avec ses affaires au sol. « Merci. J’me voyais vraiment pas te faire la conversation dans le couloir. J’suis sûr que ton voisin nous aurait écouté derrière sa porte, c’est trop un voyeur, ce type. » Des fois, elle parle un peu trop, il faut simplement arriver à lui dire stop, ou la faire taire tout simplement. En attendant, Jax ne devrait pas comprendre pourquoi elle se ramenait chez elle avec des affaires. Sasha est censée avoir un appartement. Certes, il est plus petit que celui de Jax mais elle a quand même un toit sur la tête. A moins qu’elle se soit fait expulser parce que son propriétaire ne l’a supportait plus, c’est fortement possible aussi, parce que des fois, Sasha, elle peut être vraiment agaçante. « C’est pour être là pour toi, tu sais, quand tu fais tes crises. » Un petit rappel par rapport à leur rencontre. Cela remonte à plusieurs années maintenant, mais ils se sont rencontrés dans un bar et ils ont un peu trop bu ce soir-là. Jax l’a ramené chez lui et ils ont passés la nuit ensembles. Sauf que dans la nuit, Jax s’est réveillé en sursaut et il a commencé à péter un câble. Sasha, ayant eu un fiancé qui s’était engagé dans l’armée, elle avait tout de suite compris ce qui était en train de se passer, surtout qu’elle savait que Jax avait fait la guerre aussi. Il était en train de faire des terreurs nocturnes. Sasha avait réussi à le calmer cette nuit-là. Et depuis, elle a pris l’habitude d’être présente pour lui quand il fait des crises. Il lui a confié qu’elle était la seule à pouvoir réellement le calmer quand il est dans cet état second. Au début, Jax ne savait pas comment elle faisait pour réussir à le calmer en quelques instants, et c’est là que Sasha lui avait expliqué la situation. Que quand Ezra était en permission et qu’il rentrait chez eux, il dormait mal à cause de ce qu’il vivait à la guerre. Elle arrivait à le calmer, que ce soit en lui parlant, ou même en le prenant simplement dans ses bras, pour lui montrer sa présence et qu’il arrête de penser, pendant un instant, aux horreurs de la guerre. Cela fonctionne avec Jax, c’est l’essentiel. Sasha alla vers la cuisine de Jax pour se servir un verre d’eau. Elle faisait un peu comme chez elle quand elle est chez lui, à force de venir. C’est un peu comme son second appartement ici. « Puisque tes crises surviennent surtout la nuit, tu vas devoir me supporter à tes côtés. » Sasha esquissa un sourire, avant de reprendre. « J’dormirais sur le canapé, t’en fais pas. » C’est arrivé qu’ils partagent le lit de Jax, en toute amitié bien sûr, mais elle ne veut pas non plus pousser. « Ce sera pas tous les soirs non plus, j’te rassure. Mais disons que j’peux venir crécher ici, trois soirs en semaine ? Ça te laisse d’autres soirs pour ramener des poulettes chez toi. Par contre, préviens-moi avant si c’est un soir où j’suis censé venir. J’suis pas très plan à trois. » Elle sentait qu’elle perdait un peu Jax, et surtout qu’il n’avait pas réellement son mot à dire. Sasha, elle est comme ça. Des fois, des envies lui prennent et on ne peut rien faire pour l’arrêter. Quand elle a une idée dans la tête, elle ne l’a pas ailleurs. « Tu peux me refuser, tu sais que t’as besoin de moi. On ne peut pas dire non à un visage aussi doux que celui-ci. » Elle pointa du doigt sa tête, avant de faire un cercle autour de son visage, tout en souriant.
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 01/08/2016
messages : 141
points : 26
pseudo : little.fireflie
avatar : Chris Evans
autres comptes : Pas encore
crédit : tearsflight
âge : 30 ans
statut civil : Célibataire et volage
occupation : Ambulancier, ex-militaire

Message(#) Sujet: Re: admit it, you need me › jax Mer 26 Oct - 3:17

ADMIT IT, YOU NEED ME
sasha calloway & jax oakley

Les sirènes retentissent sans arrêt, de plus en plus puissantes, de plus en plus pressantes. Mon cœur bat au  même rythme que ce son atroce et poignant. Le son de l'urgence. Une autre victime, une énième famille qui se demande si leur proche va s'en sortir indemne, le son du stress et de l'attente insoutenable. Ce son qui dans notre métier nous est rendu familier mais auquel on ne se fait jamais réellement. C'est juste des airs que l'on se donne, mais on est aussi affectés que les autres. Surtout quand il s'agit d'enfants. Petits être inoffensifs et insouciants qui méritent de vivre heureux et en santé. La plupart du temps quand j'arrive à l'hôpital c'est ce son qui m'accueille. La mélodie propre à ce lieu qui fait froid dans le dos. Il y a des flammes partout si bien que je ne sais plus où mettre les pieds et la tête surtout. Tout le monde crie, coure partout en essayant d’échapper à cette chaleur atroce qui émane et qui nous poursuit comme un prédateur insatiable qui chercher à tout prix à attiser sa faim. Mon téléphone sonne. Je me réveille en sursaut. Ouf ce n’était qu’un rêve ! Depuis ce qui s’est passé en mission, les cauchemars n’arrêtent pas et depuis l’incendie, c’est encore pire. Ces temps-ci surtout je ne rêve qu’à ça. Pas une seule nuit où je peux dormir l’esprit tranquille. Il faut toujours que mes souvenirs viennent me hanter. J’en ai vraiment marre de tout ça, mais en même temps ça me fait sentir vivant. C’est l’ironie de la situation. Avec tous les êtres chers que j’ai perdu, on dirait que je suis à la recherche des choses qui puissent m’aider à me faire sentir vivant.

Des coups retentissent à ma porte. Est-ce que je suis vraiment réveillé ou bien je faisais un cauchemar dans un cauchemar et je dors encore ? Je me le demande. C’est seulement quand les coups se font plus insistants et que j’entends « Jax, ouvre c’est moi » que je réalise que je suis bel et bien réveillé. C’est un peu vague comme entrée en matière, mais je reconnais immédiatement cette petit voix énergique, je la reconnaîtrais n’importe où. Je me lève en essayant d’avoir l’air normal. Si Sasha me voit comme ça, elle va trouver bizarre que je dorme en plein après-midi. Mais bon, pour faire changement j’ai un peu trop bu hier, donc je dois vivre avec les conséquences ce matin… Quand je l’entends mentionner son nom pour s’assurer que je suis au courant que c’est bien elle qui se tient de l’autre côté de la porte, je ne peux m’empêcher de retenir un rire. Je l’adore, celle-là. Ce sont de petits gestes et attitudes comme ça qui me font sourire et me sentir bien. Quand j’ouvre la porte et vois un immense sac à ses pieds, je lève un sourcil pour toute question. Elle semble comprendre et se lance aussitôt dans de grandes explications. « Heu… Salut. C’est… Je… » Il ne sait pas quoi dire, mais il ne sait pas si c’est dû au fait qu’il ressent encore quelques effets de l’alcool ou parce qu’elle est juste trop intense pour lui en ce moment. Elle est toujours intense. Ça fait partie d’elle et il l’aime comme ça, malgré tout. Elle prend son sac et  me demande si je la laisse entrer. Oui, ça serait mieux ainsi pour parler. « Entre. Ouais mes voisins ne ratent pas une occasion de m’épier, j’sais pas ce qu’ils ont. J’ai l’air si louche que ça ? Ou c’est peut-être à cause des gens trop enthousiastes qui se pointent à n’importe quel moment chez moi. » Je ris. J’adore taquiner ma Sasha d’amour, la seule qui réussit à me faire sentir bien et en paix. « Alors comme ça tu t’installes chez moi temporairement ? Ton proprio t’a mis à la porte ?» Ça ne m’aurait pas surpris du tout. Elle avait toujours le don de se foutre dans des pétrins et je me demandais ce qu’elle avait bien pu faire cette fois-ci… « C’est pour être là pour toi, tu sais, quand tu fais tes crises. » Je frissonne en entendant ses paroles. Je n’aimais pas penser à mes crises, ça me faisait sentir mal. Sasha était la seule au courant, d’ailleurs à part le psychologue. En temps normal, je ne lui aurais rien dit, mais les circonstances l’on décidé à ma place. C’est assez étrange d’ailleurs comment ça s’est produit. À l’époque, c’était la première fille que je ramenais depuis longtemps et nous avons passé une nuit mémorable ensemble, mais il a fallu que mes démons viennent tout gâcher. J’ai commencé à faire une crise. Heureusement, elle était là pour me calmer. Aujourd’hui, avec le recul et égoïstement, je suis content qu’elle ait été là à ce moment, car cela m’a fait le plus grand bien. Je n’avais jamais ressenti quelque chose du genre avec personne jusqu’à maintenant et ça rendait notre relation unique. Ce qui m’avait le plus marqué c’est quand elle m’avait raconté comment elle arrivait à me calmer. En fait, elle avait un copain qui avait vécu la guerre aussi et elle le calmait en le prenant dans ses bras et en lui chuchotant des paroles réconfortantes. Les mots de la brunette m’ont tellement plongé dans mes souvenirs que j’en avais oublié sa présence pendant un instant. Je reviens à la réalité quand elle se dirige vers la cuisine. « Je te prendrais bien un verre d’eau, s’il te plait. » Quand elle revient et m’explique ses intentions en venant ici, je suis hésitant et ça me pousse à réfléchir. Je sentais que ces paroles étaient décidées et je me sentais un peu pris sous la pression d’accepter son offre, mais quelque chose me faisait résister. « Je sais pas Sasha… Tu me prends un peu au dépourvu, là. Le canapé, cohabiter ensemble. Je ne veux pas t’imposer ça tu vois. » Au fond de moi, je savais que si elle me le proposait c’est parce qu’elle en avait vraiment envie et j’étais content qu’elle veuille faire cela pour moi, mais je ne pouvais pas lui demander ça. C’est quand même délicat comme situation et elle ne sait pas dans quoi elle allait s’embarquer. Ça ne serait pas facile pour elle, il est assez dur à vivre parfois, surtout dans un moment sombre comme maintenant. Oui, il avait besoin d’elle et oui il avait envie qu’elle le fasse sentir mieux, mais il n’était pas certain que ce soit une bonne idée. Je ris quand elle me fait les yeux doux. Qu’est-ce que je ferais sans elle !
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 03/01/2014
messages : 3476
points : 74
pseudo : tchouky (marion)
avatar : josephine skriver
autres comptes : non à la schizophrénie
crédit : tik tok
âge : vingt-six ans
statut civil : célibataire
quartier : #9, standford alley › vit en colocation avec sa cousine et milly, la fille de cette dernière
occupation : travaille dans l'humanitaire › hôtesse d'accueil de la salle de sport

Message(#) Sujet: Re: admit it, you need me › jax Jeu 3 Nov - 15:36

❝ ADMIT IT, YOU NEED ME ❞
sasha calloway & jax oakley

Jax ne devait pas s’attendre à ce que Sasha se pointe chez lui en plein milieu de l’après-midi. Avec lui, elle est ainsi, sans gêne. Sasha débarque chez lui sans même prévenir à l’avance. Avec les autres, elle est plutôt prévenante et elle passe un coup de téléphone, histoire de s’assurer que la personne est bien chez elle, avant de débarquer. Rares sont les fois où elle peut débarquer à l’improviste. C’est pour Jax, et aussi pour Eli puisqu’elle n’a pas son numéro de téléphone. Pour les autres, il lui arrive d’être plus sérieuse. Sasha venait d’arriver chez son ami, et elle frappa plusieurs fois à la porte, avant de lui indiquer son nom. Oui, c’est tout de même histoire de préciser que c’est elle, sait-on jamais. Après, elle se doute bien que Jax la reconnait rien qu’en entendant le son de sa douce voix, mais elle préfère être prévenante. Elle vient le voir en plein milieu de l’après-midi mais avec son métier, peut-être qu’il travaillait cette nuit, ou alors il a eu une urgence puisqu’il est ambulancier. En laissant tomber son sac sur le sol, Sasha observait attentivement la réaction de son ami. Elle esquissa un sourire lorsqu’elle le vit arquer un sourcil, et la canadienne décida de se lancer dans ses explications, après que Jax, perdu, l’ait salué. Elle se doutait bien qu’elle allait le perdre encore plus avec le débit de paroles qu’elle allait pouvoir sortir, mais c’était drôle de voir sa réaction. Mais avant de se lancer dans une interminable explication qui risque de durer plusieurs minutes, Sasha lui fit remarquer que ce serait mieux d’avoir cette conversation à l’intérieur de son appartement, et non pas sur le pas de la porte, critiquant par la même occasion le voisin de Jax, qui selon elle est un voyeur. Jax se poussa un peu pour lui laisser la place d’entrer dans son appartement, avant qu’il ne lui fasse une remarque à son tour sur ses voisins, ce qui fit rire Sasha. « Toi, louche ? Pas du tout. Tant que tu ne fais pas de crises d’insomnies et que tu te trimballes à poil dans les couloirs de l’immeuble. » Elle marqua une pause, avant de reprendre. « Rassure-moi, t’en fais pas, hein ? » Oui, il faut tout de même s’en assurer, parce que de le voir par surprise, ça pourrait effrayer certains de ses voisins. « Bon, ton corps n’est pas inconnu pour moi, mais tout de même. Il y a des limites à ne pas dépasser. » Lorsqu’ils se sont connus, ils ont passés une nuit ensemble. Il lui avait raconté qu’elle était la première avec qui il passait la nuit, depuis son retour de l’armée. C’est d’ailleurs lors de cette nuit que Jax a fait sa première crise. Depuis, elle est tout le temps restée auprès de lui, et a envie de l’aider du mieux qu’elle le peut. D’où le sac qui est sur le sol de l’appartement de son ami. « Et pour celle qui est enthousiaste et qui se pointe chez toi à l’improviste, n’importe quoi ! Ton voisin doit être trop heureux d’me voir à chaque fois, il sort de son appartement dès que j’sors de chez toi, et me fait des sourires. » Fait pas oublier que son voisin lui fait peur parfois, mais bon. « Ou alors c’est parce qu’il est en adoration devant moi. » Possible aussi, non ? Sasha ne préfère même pas l’imaginer. Elle fit semblant de rire quand il parla de son propriétaire qui l’avait surement mise à la porte, d’où le fait qu’elle vienne squatter chez lui. C’est qu’il se croit drôle, en plus. « Ah, ah. Non. Je m’enfuis de mon appartement pour le laisser à ma cousine et sa fille. » Ce qui est véridique puisqu’elles pourront avoir du temps pour se retrouver un peu toutes les deux. « Et puis, avoues-le, tu adores m’avoir auprès de toi. Je dois terriblement te manquer quand j’suis dans un autre pays. » En tout cas, c’est le cas dans le sens inverse. Quand elle se retrouve en mission humanitaire, elle pense parfois à Jax et elle doit bien avouer qu’il lui manque. Bon, elle évitera de lui avouer sinon il serait trop content. Sasha lui expliqua alors que si elle venait squatter chez lui pour quelques nuits, c’était pour être présente pour lui, lorsqu’il fera de nouvelles crises. Jax semblait hésitant, et elle peut le comprendre. Elle l’écouta quand il lui dit qu’elle le prenait au dépourvu, et qu’il ne savait pas si c’était une bonne idée de cohabiter ensemble. « Ne crois pas que c’est une décision prise à la légère. J’y ai bien réfléchi. » Jax a peut-être besoin d’elle, mais Sasha est parfaitement consciente qu’elle a aussi besoin de lui. Il lui permet d’avancer, de penser à autre chose qu’à Ezra. Ce n’est pas évident de devoir réapprendre à vivre alors qu’on a perdu la personne qu’on pensait être la bonne. Sasha en a beaucoup souffert. « Tu penses pouvoir me dire non, sérieusement ? Je peux t’énumérer pleins de bonnes raisons pour que tu acceptes, si t’as besoin d’être convaincu. » Et elle le ferait, sans aucune hésitation.
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 01/08/2016
messages : 141
points : 26
pseudo : little.fireflie
avatar : Chris Evans
autres comptes : Pas encore
crédit : tearsflight
âge : 30 ans
statut civil : Célibataire et volage
occupation : Ambulancier, ex-militaire

Message(#) Sujet: Re: admit it, you need me › jax Mer 16 Nov - 20:36

ADMIT IT, YOU NEED ME
sasha calloway & jax oakley

Sasha n'aurait pas pu choisir un moment plus impromptu pour débarquer chez moi. Je trouvais à la fois étrange et agréable de la voir. Je me posais bien des questions quant à la raison de sa visite jusqu'à ce que j’aperçoive l'énorme sac qu'elle traînait et qui donnait l'impression qu'elle emménageait chez moi. J'avoue qu'à cette pensée, j'ai eu une petite frousse. Étais-je vraiment prêt à vivre en colocation et avec une femme qui plus est ? La réponse est définitivement non. Pas avec les problèmes qui pesaient sur mes épaules, pas avec mes vieux démons qui refaisaient surface et qui rendaient mon humeur exécrable. Il y avait déjà assez de Micah qui venait squatter un peu trop souvent à mon goût et qui était limite envahissante. J'étais dans une période assez sombre et j'avais besoin de solitude. Visiblement, Sasha n'était pas de cet avis, csr elle m'annonçait maintenant qu'elle venait passer du temps pour me tenir compagnie. Je n'avais pas besoin de nounou. Je n'en voulais pas. Mais Sasha était si facile à vivre. J'imaginais la colocation facile avec elle. J'aurais pu être fâché de la situation, mais je savais que ça partait d'une bonne intention. Qui de mieux placé qu'elle pour me comprendre de toute façon ? J'avais fini par arrêter de bougonner et l'avait laissée entrer non pas sans un regard victorieux de sa part et un commentaire sur son désir de ne pas me voir à poil, ce qui me fit bien rire. "T'inquiète, j'ai beau avoir le sommeil agité, j'en suis pas rendu à me promener dans mon plus simple appareil." Dommage... c'est vrai qu'avec une autre présence à mes côtés, je ne pourrais plus avoir autant de liberté. "Tes pas curieuse de savoir de quoi à l'air mon corps d'apollon aujourd'hui ? Tu veux pas raviver de bons souvenirs ?" Je dis ça à la blague pour la taquiner parce que nous savons tous les deux que je suis exactement comme dans ses souvenirs. Je ne devrais pas profiter du fait que nous ayons déjà couché ensemble, mais c'est plus fort que moi. C'est trop drôle. J'en garde un assez bon souvenir disons et je suis content que nous ayons continué à être plus que ça. Si on revient aux choses sérieuses, elle me dit qu'elle vient s'installer temporairement chez moi pour laisser la place à sa cousine. Je ne pose pas de questions, mais je ne peux m'empêcher de me sentir bizarre. "Content de savoir que je sers de bouche-trou. Mais j'avoue que tu m'as manquée." C'est vrai que je ne pouvais me passer de la présence de Sasha bien longtemps. Quand nous sommes un peu installés, je m'ouvre sur mes craintes face à sa proposition. L'idée a quelque chose de charmant, certes, mais ça me fait peur. Je suis content de voir qu'elle est compréhensive et qu'elle me rassure en me disant qu'elle y avait bien réfléchi. Je sais qu'elle a vécu des épreuves semblables aux miennes et c'est pour cela qu'elle prend autant soin de moi. "Tes vraiment sweet. Mais honnêtement, j'ai la poisse. Tu sais que je peux être trouillard, mais encore plus maintenant. J'ai peur de dire non mais j'ai peur de dire oui parce que je veux pas que tu te tannes de moi et que les choses changent entre nous. Je peux être vraiment insupportable. Je pense que j'ai besoin d'être rassuré encore un peu." Je suis déjà pas mal convaincu mais je pense que si elle m’énumère les raisons qui la poussent à rester, je me sentirai moins coupable de ce que je m'apprête à lui faire endurer pour les jours à venir.
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 03/01/2014
messages : 3476
points : 74
pseudo : tchouky (marion)
avatar : josephine skriver
autres comptes : non à la schizophrénie
crédit : tik tok
âge : vingt-six ans
statut civil : célibataire
quartier : #9, standford alley › vit en colocation avec sa cousine et milly, la fille de cette dernière
occupation : travaille dans l'humanitaire › hôtesse d'accueil de la salle de sport

Message(#) Sujet: Re: admit it, you need me › jax Mer 7 Déc - 20:18

❝ ADMIT IT, YOU NEED ME ❞
sasha calloway & jax oakley

Quand elle se retrouve en compagnie de Jax, Sasha est tout le temps naturelle. Tout est dans la simplicité. Elle n’a pas besoin de faire semblant que tout va bien dans sa vie, et qu’elle est parfaitement heureuse. Jax est au courant de son histoire. Il sait qu’elle a été fiancée avec un homme qui s’est engagé dans l’armée américaine et qui, malheureusement, est décédé lors d’une mission. Bien évidemment, elle ne lui a pas dit lors de leur première rencontre, puisque ce n’est pas vraiment ce qu’on dit quand on parle à une nouvelle personne pour la première fois. C’est surtout après la nuit qu’ils ont passé ensemble que Sasha a eu envie de lui raconter cette période douloureuse de sa vie. Jax s’est réveillé dans la nuit, et elle a rapidement compris qu’il faisait des terreurs nocturnes. Il n’avait pas fallu longtemps à Sasha pour faire le rapprochement avec la guerre, et ce qu’un soldat peut vivre quand il est sur le front. Même si c’était un point qu’elle n’abordait pas avec son fiancé, elle en était tout de même consciente. L’armée, ça change énormément. Depuis, elle ne lâche plus Jax. Elle veille sur lui. Elle n’a pas hésité un seul instant à prendre un peu de son temps libre pour le lui accorder, et d’être présente pour lui, quand il ne va pas bien. C’est ce que les amis font, et pour Sasha, Jax en est un. Et puis, avec l’emménagement de sa cousine avec sa fille dans son appartement, elle a eu l’idée d’aller s’installer quelques soirs chez son ami. Ainsi, elle laisse son appartement à sa famille pour que Noa puisse prendre un peu de temps tranquillement avec sa fille, pour que les deux puissent se créer des repères à White Oak Station. Et de son côté, Sasha veille un peu plus sur Jax, tout en sortant prendre un peu l’air, changeant de son appartement où elle a été tellement habituée à passer du temps, enfermée entre ses quatre murs lorsqu’Ezra était envoyé au front. La seule exigence allait être que Jax ne soit pas devenu somnambule parce que ce sera une tâche plus difficile pour elle, dans ces cas-là. Sasha ne put s’empêcher d’esquisser un sourire quand il lui dit qu’il avait peut-être un sommeil agité, mais qu’il n’est pas devenu somnambule pour autant. Ouf, la voilà rassurée. Elle s’apprêtait à dire quelques choses, mais Jax reprit la parole, lui demandant si elle n’était pas curieuse de voir à quoi ressemblait son corps maintenant, histoire de raviver de bons souvenirs. « Bien sûr que si, voyons. Je ne rêve que de ce moment. A ton avis, pourquoi venir vivre à moitié chez toi si ce n’est pour prendre du bon temps. C’est un super bonus. » Il ne pourrait pas dire non avec une proposition comme celle-ci, non ? Bon, Sasha rêve un peu trop. Il avait voulu s’amuser un peu, et elle est rentrée dans son jeu. Elle fit une petite moue triste quand il lui fit remarquer qu’elle se servait un peu de lui comme bouche-trou. Ce n’était pas du tout le cas, et elle n’avait pas envie qu’il pense cela d’elle. Heureusement, il lui avoua rapidement qu’elle lui avait manquée lorsqu’elle était en mission à Haïti et son sourire revient sur ses lèvres. Sasha se rapprocha de lui et se mit sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur sa joue. « Je suis indispensable à ta vie, tu le sais aussi bien que moi. » Elle le disait sans aucune prétention. Sasha pensait réellement qu’elle était indispensable à la vie de Jax, comme il l’est pour la sienne. En tout cas, elle avait pris vraiment le temps de songer à cette idée de venir s’installer provisoirement quelques soirs chez lui, et elle lui affirma que si c’était nécessaire, elle pourrait trouver de bons points pour le convaincre d’accepter sa proposition. Elle l’écouta alors se confier, lui disant qu’il avait peur de lui dire non comme de lui dire oui. « Les choses ne changeront pas entre nous, à part si on se remets à coucher ensemble, mais on est plus fort que ça, on saura résister chacun à la tentation de goûter une nouvelle fois à la chair de l’autre. » Elle tentait de le rassurer avec humour, comme elle pouvait. Sasha esquissa alors un sourire suite au fait qu’il lui dit qu’il pouvait être vraiment insupportable. « Parce que tu crois que je ne le suis pas moi ? Et puis, ce n’est qu’une histoire de quelques soirs en semaine, pas tout le temps non plus. » Mais bon, s’il a besoin d’être rassuré, soit. Sasha passa une main dans sa tignasse blonde, avant de prendre de nouveau la parole. Il voulait des exemples, il voulait qu’elle tente de le convaincre, et bien c’est ce qu’elle allait faire. « Petit un : Je suis une très bonne cuisinière, alors si tu as la flemme un soir de te faire à manger, ta super colocataire à mi-temps se fera un plaisir de te faire un bon petit plat. » Un grand sourire se dessina sur son visage, puis elle reprit. « Petit deux : Je peux t’obtenir un pass à la salle de sport, comme ça, tu pourras continuer à entretenir ton corps d’apollon. » Ce n’est qu’un détail mais ça peut fonctionner. « Petit trois : Je ne suis pas chiante au niveau du programme télé, donc tu pourras regarder ce que tu veux. » Elle préfère lire un bouquin tranquillement plutôt que de regarder de stupides émissions de téléréalités. « Petit quatre : J’ai un sixième sens pour ce qui est de savoir si une fille va s’amouracher facilement ou pas, alors tu n’auras plus de problème si une fille avec qui tu passes une nuit te voit comme l’homme de sa vie après une nuit. Juste dix minutes avec moi pendant le petit déjeuner, et elle fuira comme la peste. » Qu’est-ce qu’elle pouvait lui dire de plus ? « Petit cinq : Je n’aime pas être seule. » Elle ne l’est pas réellement puisqu’il y a Noa et sa nièce, mais ce n’est pas pareil qu’une présence masculine. Elle veille sur Jax, mais il en fait de même avec elle. « Alors, convaincu ? »
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: admit it, you need me › jax

Revenir en haut Aller en bas
 
admit it, you need me › jax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuage d'Eden, If life was more sweet, we would never to admit something that hurts us|| 12 Jan.
» Admit it... For you, I'm more than a friend ? Ft. Johnny Test
» It takes courage to admit fear » jackson.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: WHITE OAK STATION :: DOWNTOWN AREA :: Habitations-