AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 and till the light goes out i'll live in awe - elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar

lost souls in revelry

inscription : 24/06/2013
messages : 8363
points : 39
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : cora keegan.
autres comptes : biddy la jolie.
crédit : ultraviolences, the vamps.
âge : vingt-trois ans.
statut civil : célibataire, mais son cœur bat de plus en plus fort pour son premier amour.
quartier : fairmount district.
occupation : couturière à hazelnut.

Message(#) Sujet: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Jeu 21 Juil - 18:48

and till the light goes out i'll live in awe
De loin, Azel aperçu une tête brune qu’elle salua de la main, un grand sourire aux lèvres. C’était la voisine d’Elliot, même s’il y avait plus d’espace entre leurs deux maisons qu’entre le début et la fin de la rue où elle-même logeait. C’était ça, la campagne. Des grandes bâtisses, très espacées. À partir du moment où les habitations se faisaient plus espacées, le cœur d’Azel s’allégeait. C’était mécanique, involontaire. La campagne lui avait toujours fait un bien fou ; elle n’était pas une citadine, et ne l’avait jamais été. Elle était née et avait grandi à la ferme, c’était le moins qu’on puisse dire. Et s’il n’y avait pas eu toute cette histoire avec Augustin, elle serait encore à traire des chèvres dans son petit village d’Ontario, aux côtés de sa grand-mère. Quand elle avait mis les pieds à White Oak Station, c’était d’ailleurs l'une des premières choses qui lui avaient manquée. Ses parents et sa mémé lui manquaient, indéniablement, mais au-delà de ça c’était la ferme, la campagne, cette odeur si particulière et ce rythme effréné, duquel elle s’était arrachée du jour au lendemain. Quand elle avait rencontré Elliot pour la première fois, ç’avait été une bénédiction. Elle s’exilait à l’autre bout du pays mais, quand même, la campagne venait à elle. De fil en aiguille, ils en étaient venus à se voir plutôt régulièrement. Elle venait chez lui, s’occupait des chèvres comme elle savait si bien le faire et l’aidait dans d’autres tâches, aussi. Là où il avait besoin d’elle, en réalité ; Azel connaissait la ferme comme sa poche, et cela lui faisait réellement plaisir de travailler pour lui. C’était tout bénef, pour les deux : lui était soulagé dans son travail sans avoir besoin de payer quiconque et elle, et bien ça la rendait heureuse. C’était tout ce qu’elle souhaitait. « Allez chérie, on y est. » Azel se retourna pour voir sa fille, enfoncée dans la boue jusqu’au mollet. Elle s’esclaffa de rire et alla la chercher. Elle la souleva avant de la porter contre elle, s’en se soucier de la terre mouillée qui atterrirait inévitablement sur sa tenue. Plus que tout, Azel était contente de pouvoir faire découvrir tout cet univers à sa fille, que Malia puisse elle aussi grandir dans ce milieu. Elle ne voulait pas que son enfant devienne une pimbêche de la ville ; elle voulait qu’elle soit éduquée au milieu des vaches et des moutons, et Elliot lui permettait cela. Alors que les deux Novak arrivaient à la clôture, Malia gigota hors des bras de sa mère et couru rejoindre le chien, qui lui sauta dessus sans ménagement. Azel aperçu rapidement son ami fermier, et sautilla pour le retrouver. Un grand sourire aux lèvres, elle le serra dans ses bras, de toute ses forces. « Oh merde ! » lâcha-t-elle alors, les yeux écarquillés, en s’écartant de lui. Elle se moquait bien d’avoir de la boue sur elle, mais elle n’avait pas réalisé qu’elle en était recouverte au moment de son câlin. « J’espère que t’étais pas sur ton 31… » Elle esquissa un sourire, mi-gêné mi-amusé. Surtout amusé, en fait.
roller coaster

_________________

i've been waiting for you way too long won't you come and take me home oh i'm praying this ain't all a dream can you wake me up before you leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 05/07/2016
messages : 254
points : 79
pseudo : Cécile
avatar : Michiel Huisman
autres comptes : Alix Grayson
crédit : shiya
âge : vingt neuf ans
statut civil : célibataire
quartier : #0077 + countryside
occupation : éleveur de caprins et fromager

Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Ven 22 Juil - 20:52



Azel & Elliot

J’avais passé la nuit au chevet de Scarlett la chèvre. Elle s’était décidée à mettre bas au beau milieu de la nuit, sur les coups de 3h du matin. Autant dire que je n’étais pas frais lorsque c’est arrivé… et que je ne l’étais pas plus maintenant. Je me trainais malgré tout jusque dans le troupeau, suivi de près par le chien, prêt à me trainer dans la maison si jamais je tombe de fatigue à un moment. Je savais dans quoi je m’embarquais en choisissant cette reconversion professionnelle, mais c’était dans ces moments là où je sentais la vie me quitter que je regrettais de ne pas être devenu… eh bien n’importe quoi d’autre. Mais quand je voyais cette petite bouille adorable de bébé chèvre, je me disais que ça en valait la peine. Il fallait lui trouver un nom à cette adorable créature, mais j’attendais l’arrivée d’Azel et Malia pour décider avec elles. Elles auraient probablement apprécié être là au moment fatidique, mais je me voyais mal les appeler au milieu de la nuit pour leur dire de venir voir la venue au monde du chevreau. L’occasion se représenterait bien assez tôt de toute façon, ça ne manquait pas de bébés animaux chez moi !

Je vérifiais l’état de santé de la toute récente mère lorsque j’entendis des cris enfantins un peu plus loin. Je souriais en reconnaissant les deux visiteuses et me relevais pour les accueillir. Moriarty à mes pieds m’abandonna lâchement en préférant la bouille adorable de Malia. Je pouvais… difficilement lui en vouloir. A la place, j’avais droit aux bras de sa mère autour de moi pour me saluer. « Oh merde ! » lâcha-t-elle contre moi. C’était le genre de salutation que je trouvais toujours très rassurante. « J’espère que t’étais pas sur ton 31… » Je ne comprenais pas tout de suite. Ce n’est que lorsqu’elle se détacha que je remarquais toute la boue sur sa tenue… puis sur la mienne. Classique. « T’en fais pas, j’ai pas décidé de ressortir mes costumes aujourd’hui, salis moi autant que tu veux ! » J’écartais grand les bras comme pour lui laisser le plus d’espace possible à salir. Je riais doucement avant de baisser mon regard sur mon corps et observer ce que j’avais bien pu enfiler aujourd’hui. « On pouvait pas faire plus fermier que ça aujourd’hui… » Vieilles bottines, vieux jeans troués, pull dans un état lamentable. J’aurais presque pu avoir honte. Au moins, j’étais sûr de ne jamais être reconnus par mes anciennes connaissances. On était bien loin du costume trois pièces habituel de l’époque. Et heureusement, parce que ce que je portais aujourd’hui était bien plus confortable.

« J’ai une surprise pour vous ! » annonçais-je sans plus attendre alors que Malia rejoignait les jambes de sa mère, suivi de près par Moriarty. Je tendais ma main vers l’enfant qu’il l’acceptait volontiers, une pointe d’appréhension dans le regard quand même. Je la guidais jusqu’à Scarlett et son bébé blotti contre elle. « Regarde ma puce, elle a eu un bébé ! » Je m’accroupissais à sa hauteur et à celle des deux animaux et écartais les pattes de la mère pour mieux voir son enfant. Je relevais la tête pour m’adresser à Azel. « Je vous ai attendu pour choisir le nom ! » J’étais arrivé au bout de mon inspiration, je n’avais plus de personnage de livre ou film en stock pour nommer l’animal.

_________________

And that’s all we are, all of us on this earth, a piece of drifting wood. Until we—each of us, individually—decide to become something else. I am still that piece of drifting wood, and those out there are no better. But you can be better.


Envie d'un moment de plaisir ? Goûtez au Petit Elliot :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

lost souls in revelry

inscription : 24/06/2013
messages : 8363
points : 39
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : cora keegan.
autres comptes : biddy la jolie.
crédit : ultraviolences, the vamps.
âge : vingt-trois ans.
statut civil : célibataire, mais son cœur bat de plus en plus fort pour son premier amour.
quartier : fairmount district.
occupation : couturière à hazelnut.

Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Sam 23 Juil - 10:53

and till the light goes out i'll live in awe
Rassurée, Azel éclata de rire. Elle hésita à se baisser pour ramasser de la boue au sol et en tartiner allégrement les vêtements de son ami, mais elle se « contenta » finalement de se jeter de nouveau dans ses bras, non sans se débrouiller pour le salir le plus possible. C’était bien l’avantage de travailler à la ferme ; on n’était jamais « sale ». C’était toujours normal, l’apparence qui coulait de source. En même temps, avait-on déjà vu un éleveur de d’ovins en costard-cravate, cheveux tirés en arrière et sans la moindre parcelle de saleté ? Non. Azel lui rendait presque service, en fait, en le salissant. Il faisait encore plus vrai. Parce que même si elle l’oubliait souvent, elle savait bien qu’Elliot n’avait pas toujours été fermier. En fait, il l’était seulement depuis deux ans, depuis aussi longtemps qu’elle-même était arrivée à White Oak Station. Elle avait du mal à l’imaginer en costume, et pourtant. Il avait sûrement passé plus de temps dans une tenue comme ça, que dans celle qu’il portait aujourd’hui. Azel pouffa à la remarque du barbu sur sa tenue, puis fit un geste ample de la main qui l’englobait tout entier. « C’est ça qui est bon ! Aucun scrupule à te faire enduire de boue, comme ça. Et pense à toutes les économies que tu fais, à ne pas aller chez le pressing. » Parce que très certainement qu’un veston à 800€, on ne le lavait pas à la machine à laver normale. Au moins, là, il n’avait pas à dépenser 50€ chez le teinturier parce qu’il avait malencontreusement laissé tomber une goutte de sauce tomate sur le col de sa chemise. « Et puis, tu n’as pas vu mon père ! » ajouta-t-elle pour le rassurer. Si quelqu’un pouvait gagner le prix du « fermier qui a le plus l’air d’un fermier », c’était bien lui. Salopette, chemise à carreaux, casquette, grandes bottes vert kaki, le tout extrêmement dépareillé et troué, constamment tâché de substances pour la plupart fécales, malheureusement ; et pour compléter le tout, il avait même un brin de blé coincé entre les dents. Et l’accent du paysan.
« Une surprise ? » s’enquit-elle alors, les yeux pétillant. Il n’en fallait pas moins pour réveiller son côté « gamine qui attend les cadeaux de Noël », qui n’était pour ainsi dire jamais bien loin. Malia avait dû sentir venir le truc, parce qu’elle s’était ramenée, suivie de Moriarty. Elle aussi, ses yeux pétillaient. Elliot n’avait pas l’air décidé à leur dire de quoi la surprise retournait, mais il ne les fit pas attendre longtemps pour autant. Main dans la main avec Malia, il entraîna les deux Novak auprès de Scarlett, une chèvre qu’Azel connaissait bien. Une chèvre qui, la dernière fois qu’elle était venue, était enceinte ! « Oh la laaaaa, » s’extasia-t-elle, quand Elliot annonça qu’elle venait d’avoir un bébé. « C’est trop mignon. » Décidément, elle ne s’en lassait jamais. Elle était toujours impressionnée par la mignonnerie de ces petites bêtes. « C’est adorable Elliot, merci beaucoup ! » Elle était sincèrement touchée qu’il les ait attendu pour choisir le nom du nouveau-né. Ou de « la » ? « C’est une fille ou un garçon ? » demanda-t-elle, s’accroupissant à son tour. Elle passa une main dans les cheveux de sa fille, s’émerveillant de l’émerveillement de sa progéniture. Voir Malia enchantée d’avoir sous les yeux un bébé chèvre, ça valait tout l’or du monde. Vraiment. « Alors trésor, tu veux l’appeler comment ? »
roller coaster

_________________

i've been waiting for you way too long won't you come and take me home oh i'm praying this ain't all a dream can you wake me up before you leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 05/07/2016
messages : 254
points : 79
pseudo : Cécile
avatar : Michiel Huisman
autres comptes : Alix Grayson
crédit : shiya
âge : vingt neuf ans
statut civil : célibataire
quartier : #0077 + countryside
occupation : éleveur de caprins et fromager

Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Mer 3 Aoû - 19:45



Azel & Elliot

En une fraction de seconde, à peine le temps de parler de surprise, j’avais charmé la mère et la fille. Pas besoin de grands sourires et de compliments bien placés avec elles, il suffisait de leur montrer les joies de la vie à la ferme ! Elles trépignaient toutes les deux à l’idée de découvrir ce que je cachais précieusement. Leur réaction ne me décevait pas. « C’est trop mignon. » s’extasia Azel. J’entendais couiner Malia qui posait sa main contre sa bouche pour retenir le bruit, de peur d’effrayer le petit animal. « C’est adorable Elliot, merci beaucoup ! C’est une fille ou un garçon ? » demanda la jeune femme, plus obnubilée par sa fille que par le bébé. Elle y avait réagi, mais je pouvais voir dans son regard qu’elle était bien plus heureuse de voir son enfant dans cet état que de voir que Scarlett avait mis bas. Et je devais bien avouer que la mignonnerie de Malia me touchait particulièrement aussi. « C’est une fille ! » leur annonçais-je fièrement en passant une main dans le pelage du petit être.  

Je laissais Malia réfléchir au nom qu’elle souhaitait lui donner. Son regard alternait entre sa mère, l’animal et moi. Après une bonne minute en quête du prénom parfait, ses yeux s’arrêtèrent sur moi et elle me lançait son plus adorable sourire. « Elliot ! » m’appelait-elle. « Oui ma puce ? » Elle fronçait les sourires. « Non, lui… c’est Elliot. Bébé Elliot. » annonçait-elle comme si c’était désormais gravé dans la roche. J’en restais bouche bée et hésitais à lui rappeler le sexe de l’animal. « Mais… mais… » bégayais-je. « Mais c’est une fille ! Elliot c’est un prénom de garçon ! » tentais-je néanmoins de lui expliquer. Elle haussa ses épaules d’un geste très adulte et semblait bien décidée à faire ce qu’elle souhaitait. « Bébé Elliot quand même. » Bon, bah… adjugé. Qui pouvait bien lui refuser quelque chose à cette bouille d’ange ?

La petite tentait quelques caresses maladroites tandis que j’échangeais un regard avec sa mère. Nul doute que la situation la faisait beaucoup rire. Le prochain mâle que j’aurai s’appellera Azel, c’était décidé. J’étais sûr qu’elle avait envoyé des messages subliminaux à sa fille pour qu’elle choisisse ce nom là. Elle prenait bien trop de plaisir pour que ce soit innocent. « Si un jour j’ai des enfants, rappelle moi de ne jamais te les confier. On sait jamais ce que tu pourrais leur apprendre. » Non pas que ce soit au programme prochainement, mais j’espérais bien en avoir un jour. Ils pouvaient être troublants, comme Malia maintenant. Mais ils nous faisaient vite oublier toutes ses mésaventures lorsqu’ils étaient adorables… comme Malia maintenant.

_________________

And that’s all we are, all of us on this earth, a piece of drifting wood. Until we—each of us, individually—decide to become something else. I am still that piece of drifting wood, and those out there are no better. But you can be better.


Envie d'un moment de plaisir ? Goûtez au Petit Elliot :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

lost souls in revelry

inscription : 24/06/2013
messages : 8363
points : 39
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : cora keegan.
autres comptes : biddy la jolie.
crédit : ultraviolences, the vamps.
âge : vingt-trois ans.
statut civil : célibataire, mais son cœur bat de plus en plus fort pour son premier amour.
quartier : fairmount district.
occupation : couturière à hazelnut.

Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Jeu 25 Aoû - 11:17

and till the light goes out i'll live in awe
Le bébé chèvre était donc une fille. C’était le fruit du hasard, bien sûr, mais il allait sans dire que c’était beaucoup mieux pour Elliot. Un mâle ne produisait pas de lait, et était donc relativement inutile pour lui. Il n’aurait servi qu’à féconder d’autres bêtes, et à faire gonfler le nombre d’animaux dans le troupeau. Désormais, Azel attendait avec impatience que sa fille trouve un nom pour cette petite chèvre. Elle-même commença à se creuser les méninges, en silence, dans le cas où Malia ne trouverait rien. Mais elle faisait confiance à sa progéniture, et savait qu’elle n’aurait pas besoin de l’aider. C’était tant mieux, d’ailleurs, parce qu’aucune idée ne lui venait. On ne pouvait pas en dire autant de la petite blonde qui, après une grosse minute de réflexion intensive – elle fronçait les sourcils et son menton se plissait –, fit part de son choix. Azel, qui avait compris au premier « Elliot ! » que c’était le prénom sur lequel elle avait jeté son dévolu, explosa de rire. Voir la moue du fermier était encore plus drôle, et Azel en avait les larmes aux yeux. C’était particulièrement dans ce genre de moment qu’elle était fière de sa fille, et qu’elle se félicitait d’avoir mis au monde un enfant pareil. Clairement, ce n’était pas du père qu’elle tenait cet humour-là. « Oh merci, Malia, merci pour cette barre de rire ! » lança Azel, sans se soucier du désarroi de son ami. C’était hilarant, vraiment, de voir les rôles inversés de la sorte. Malia avait réellement l’air d’une adulte, comme ça, qui aurait pris une décision incontestable, et qu’Elliot, son fils, n’avait d’autre choix que d’accepter, même si la décision en question était visiblement absurde. Elle finit par lui donner une tape sur l’épaule, qui se voulait à la fois rassurante et moqueuse. « Eh oui, si tu ne l’avais pas encore remarqué, les Novak sont des rigolotes. » Elle pouffa de nouveau, puis caressa l’échine de la petite bête. « Alors Elliot, ça va ? Tu l’aimes, ton prénom ? Il te va si bien ! » Azel exagérait, bien sûr, elle en faisait des tonnes. Elle s’adressait au bébé chèvre mais, indirectement au vrai Elliot, bien sûr. À l’Elliot humain. Son humour poussif avait tendance à agacer, mais c’était plus fort qu’elle. Elle passa une main dans la chevelure de son ami, avant d’imiter la chèvre. « Bêêêêêêh ! Encore plus proche de tes bêtes, c’est pas mal tu trouves pas ? » Elliot reprit enfin la parole, et Azel afficha des yeux faussement outrés, les mains en l’air pour preuve d’innocence. « Ce que je pourrais leur apprendre ? Mais je ne lui ai rien appris du tout ! Enfin… rien d’autres que des choses intelligentes et pleines de bon sens ! » Elle se pinça les lèvres pour s’empêcher d’éclater de rire une nouvelle fois. « Alleeeeez, » ajouta-t-elle, « Tu ne vas pas me dire qu’une gamine comme ça est moins cool qu’un bébé qui chouine, qui ne sait pas aligner trois mots et qui regarde systématiquement sa mère pour qu’elle réponde à sa place ? » Elle soutint le regard du fermier et continua, le sourire aux lèvres. « Je suis sûre que si tu empêches tes enfants de me voir, ils deviendront ronchons et pas fun pour un sou. Et tu regretteras de ne pas les avoir présentés à tata Azel. »
roller coaster

_________________

i've been waiting for you way too long won't you come and take me home oh i'm praying this ain't all a dream can you wake me up before you leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


inscription : 05/07/2016
messages : 254
points : 79
pseudo : Cécile
avatar : Michiel Huisman
autres comptes : Alix Grayson
crédit : shiya
âge : vingt neuf ans
statut civil : célibataire
quartier : #0077 + countryside
occupation : éleveur de caprins et fromager

Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Ven 7 Oct - 22:45



Azel & Elliot

Il en fallait plus pour me vexer, mais Malia m’avait touché dans mon orgueil d’homme. J’aimais mes chèvres, mais j’espérais leur ressembler en rien. Mais comment en vouloir à cette bouille adorable ? Elle voulait me ridiculiser en donnant mon prénom à l’une de mes bêtes ? Soit ! Elle le payerait le jour de ses dix-huit ans quand je ressortirai les photos d’elle qui se balade les fesses à l’air dans mes champs. Elle apprécierait. La vengeance était un plat qui se mange froid ! Très froid là quand même…

Je tirais puérilement la langue à Azel qui était bien trop fière de sa fille. « Ecoute, j’admire l’éducation que tu offres à ta fille, mais tu n’approcheras jamais mes enfants. » Mon ton se voulait étrangement froid, simplement pour choquer la jeune mère. « Tout simplement parce qu’ils t’aimeraient trop et qu’ils voudraient que tu les adoptes. » continuais-je aussitôt en riant. Tata Azel serait la plus cool des tatas, elle était jolie, elle achetait certainement les meilleurs cadeaux et surtout… SURTOUT… elle ne vivait pas dans une maison qui sentait la chèvre. Ou le fromage de chèvre. Quoique ça c’était parfois le cas chez elle. Elle était la première à voler des Petit Elliot et à en remplir son frigo jusqu’à infester la cuisine.

Mon regard était attiré par Malia qui se penchait pour poster un bisou sur le front d’Elliot la chèvre. Je soupirais de désespoir en réalisant que je ne me ferais jamais à ce nom. « Bébé Elliot fait dodo. » remarquait la petite fille qui se désintéressait aussitôt de l’animal après avoir réalisé qu’elle ne pourrait pas jouer avec pour l’instant. Soudainement, mon chien était plus intéressant et je l’aidais à se remettre debout dans le sol boueux pour éviter qu’elle tombe. Elle était déjà assez recouverte de boue comme ça la pauvre.

Une fois la petite un peu plus loin, j’attrapais une brosse qui reposait non loin et la balançais sur mon amie. « Tiens, tu peux m’aider à panser les chèvres. Je te promets une boisson chaude et des gâteaux une fois que ce sera fait. » lui proposais-je en commençant à brosser Scarlett. Je lui avais demandé un coup de main, mais j’étais tellement resté longtemps éveillé cette nuit que j’avais pris de l’avance dans mon travail. Un petit coup de brosse sur les bêtes et on pourrait retourner au chaud de ma demeure ! « En attendant, raconte-moi tout ! Il y a des infos croustillantes en dehors de ma campagne ? » Non pas que la mise à bas de Scarlett ne me suffisait pas comme potin du jour…

_________________

And that’s all we are, all of us on this earth, a piece of drifting wood. Until we—each of us, individually—decide to become something else. I am still that piece of drifting wood, and those out there are no better. But you can be better.


Envie d'un moment de plaisir ? Goûtez au Petit Elliot :
 


Dernière édition par Elliot Coppens le Lun 14 Nov - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

lost souls in revelry

inscription : 24/06/2013
messages : 8363
points : 39
pseudo : vercors. (chloé)
avatar : cora keegan.
autres comptes : biddy la jolie.
crédit : ultraviolences, the vamps.
âge : vingt-trois ans.
statut civil : célibataire, mais son cœur bat de plus en plus fort pour son premier amour.
quartier : fairmount district.
occupation : couturière à hazelnut.

Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot Dim 16 Oct - 18:10

and till the light goes out i'll live in awe
Azel pouffa en secouant la tête, après avoir eu légèrement peur : elle avait cru l’espace d’un instant qu’Elliot lui en voulait vraiment, alors qu’en réalité il rigolait de la situation, lui aussi. Elle était touchée par ce qu’il venait de dire et, comme toujours, elle avait du mal à gérer les compliments. « Pfff, n’importe quoi, » se contenta-t-elle de répondre, sans cesser de sourire pour autant. Elle ébouriffa les cheveux blonds de sa fille, qui était obnubilée par le bébé chèvre. « Tu serais copine avec ses enfants, si Elliot en avait ? Tu les inviterais à dormir à la maison ? » Azel espérait que sa fille saisirait l’occasion pour embêter encore un peu plus le fermier, mais l’esprit moqueur de la petite n’était pas encore assez développé. « Oh oui !!!! » s’exclama-t-elle, toute heureuse à l’idée d’avoir de nouveaux copains. Azel n’avait encore jamais abordé le sujet « petit frère ou petite sœur », car si Malia en voulait sa mère aurait bien du mal à lui en apporter, compte tenu de son célibat, mais elle sentait bien que sa fille n’était pas contre un peu de compagnie. Elle avait ses copains à l’école, bien sûr, mais personne avec qui jouer le soir avant de se coucher, personne avec qui se chamailler les week-ends, personne avec qui défier l’autorité. Azel haussa les épaules et se retourna vers Elliot : « Tu sais ce qu’il te reste à faire. » Elle ria à nouveau, tentant d’imaginer le fermier avec des marmots à s’occuper. Ce n’était pas difficile, en réalité, et elle était persuadée qu’il ferait un très bon père. Grandir au milieu de la ferme, ça n’avait pas de prix, et elle était bien placée pour le savoir.

Délaissant Elliot le bébé chèvre, Malia alla retrouver Moriarty, le chien d’Elliot le fermier. Elle commença à lui tirer la queue, ce qui ne semblait pas agacer l’animal qui jappait de bonheur alors que la petite le malmenait. Il sentait sûrement que c’était affectueux. Azel les regardait du coin de l’œil, se réjouissant de la complicité qu’avait sa fille avec tous les animaux. « Bien sûr ! » répondit aussitôt Azel quand Elliot lui demanda de l’aide. Elle attrapa la brosse qu’il lui tendit et se dirigea vers une chèvre solitaire. « Alors ma belle, ça va aujourd’hui ? » Elle souriait, bêtement heureuse. Le simple fait d’être à la ferme la remplissait de bonheur, et c’était l’apogée que de pouvoir s’occuper des bêtes. Cela pouvait paraître incongru, mais ça ne l’était pas quand on savait qu’elle avait passé les vingt premières années de sa vie à s’occuper de chèvres. C’était pour elle un retour aux sources, une façon de se rapprocher de ses parents, sa grand-mère et sa terre natale, tout en étant à White Oak Station. Alors qu’ils étaient tous les deux occupés à panser les bêtes, Elliot demanda à Azel si elle n’avait pas des potins. Levant les yeux en l’air pour puiser dans sa mémoire, elle fit une moue de la bouche. « Hmm, non, je crois pas. » Elle sentait bien, néanmoins, que cette réponse ne suffirait pas. Elle réfléchit davantage encore, et finit par penser à quelque chose. Peut-être pas très croustillant, mais intéressant tout de même. « Quoique… tu connais Anna Tweed ? La fleuriste du centre-ville, à côté de la boulangerie ? »
roller coaster

_________________

i've been waiting for you way too long won't you come and take me home oh i'm praying this ain't all a dream can you wake me up before you leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: and till the light goes out i'll live in awe - elliot

Revenir en haut Aller en bas
 
and till the light goes out i'll live in awe - elliot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: ARCHIVES :: LAST KISS GOODBYE :: RPS ABANDONNÉS-