AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 bittersweet memories (eli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar

+ my love is on fire

inscription : 19/12/2015
messages : 974
points : 10
pseudo : little liars › audrey
avatar : emma stone.
autres comptes : circe.
crédit : timeless › blake, solosand (sign)
âge : vingt-six ans.
statut civil : célibataire.
quartier : #0122, stanford alley.
occupation : serveuse au haven coffee, photographe.

Message(#) Sujet: bittersweet memories (eli) Dim 10 Avr - 14:35


bittersweet memories
eli & serafina



Occupée dans ta salle de bain pour finir de te préparer, tu faillis ne pas entendre la sonnerie de ton téléphone se déclencher. Jetant un coup d'oeil rapide à travers la porte entrouverte, tu vis que tu venais de recevoir un message que tu supposais venant de ton amie avec qui tu devais sortir ce soir. Probablement te demandant si tu étais prête, et pour te dire qu'elle arrivait bientôt. Tu jetas un dernier coup d'oeil dans le miroir pour voir si tout était bien en place comme tu le souhaitais. Bien que le maquillage n'était pas vraiment ton meilleur ami, tu avais fait le strict minimum. Un peu de mascara, un trait d'eye-liner et une touche de gloss rouge pour finir le tout. Rien de bien extravaguant, tout ce que tu aimais. Enfin sortie, tu allas prendre ton portable posé sur ton lit, confirmant ainsi que le texto venait bien d'Anna, ton amie et ancienne collègue au café. J'arrive dans cinq minutes, soit prête et bien habillée surtout ! Ce soir, tu trouves un mec. Tu levas les yeux au ciel à sa remarque. Pourquoi fallait-il que ton amie essaye de te caser ? Avais-tu l'air si seule que ça ? Enfin bref, tu passas une veste en jean par dessus ta tunique noire, associée à une short en jean avant d'enfiler des bottines. Attrapant ton sac, tu y fourras quelques babioles notamment de l'argent et ton téléphone. Quelques minutes plus tard, on sonna à la porte et tu allas ouvrir, te retrouvant nez à nez avec ton amie. Sa première remarque concerna tes cheveux blonds puis ta tenue qu'elle ne jugeait pas assez sexy mais tu t'en fichais, l'important était de bien se sentir dans ses vêtements. Tu voulais t'amuser tout simplement. Montant dans sa voiture, vous vous retrouviez une dizaine de minutes plus tard devant les portes du bar The Eagle and Child. Tu aimais bien ce bar, l'une de tes amies y travaillait. C'était la première fois que vous alliez toutes les deux, Anna ayant quitter le café six mois auparavant, vous n'aviez pas eu l'occasion de beaucoup sortir. Trouvant une place sur une petite table après avoir pris vos boissons, tu jetais des coups d'oeil ici et là, tentant de voir si tu trouvais une tête connue tandis qu'Anna se plaignait de son copain, qui avait décidé de partir une semaine avec ses amis en Californie. De quoi lui donner l'envie de sortir elle-même. Au bout d'un moment, la conversation repartit sur ta vie sentimentale complètement inexistante depuis un an. « Tu devrais te lâcher un peu, ce n'est pas la mort de voir un garçon juste pour un soir. Si eux peuvent le faire, pourquoi pas une fille ? » Tu ne répondis pas, riant seulement à sa remarque. Elle n'avait pas tord, cela ne pouvait pas te faire de mal. « Tiens, qu'est-ce que tu penses du brun là-bas ? » Demanda-t-elle en pointant quelqu'un derrière toi. Tu tournas la tête vers ce qu'elle montrait mais ce qui attira ton regard ne fut pas le jeune homme brun mais plutôt un autre garçon qui se trouvait à une table à côté. Tu fronças les sourcils, et c'est ce que nota ton amie. Elle te demanda si quelque chose n'allait pas. Tu secouas la tête avant de la regarder à nouveau. « Je pensais avoir vu... Non, c'est rien. Je pense que j'ai dû confondre. » Tu pris une gorgée de ta boisson. Ce n'était pas possible, tu avais dû rêver.
© ACIDBRAIN

_________________
    +playing with fire+
    i can’t control it, this fire path is spreading too quickly. don’t stop me so this love can burn up this night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

~ i'm running through my lies

inscription : 21/10/2014
messages : 371
points : 38
pseudo : .lollipops (maïlig)
avatar : boyd holbrook
autres comptes : rhys norwood, becker talward
crédit : © Morrigan sur bazzart (avatar) + texte de santosh kalwar, quote me everyday (signature)
âge : vingt-sept ans.
statut civil : célibataire
occupation : avocat (ancien militaire américain).

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Dim 10 Avr - 22:27

bittersweet memories

ft. serafina riddle et eli copland


« Sometimes the best and worst times of your life can coincide. It is a talent of the soul to discover the joy in pain—-thinking of moments you long for, and knowing you’ll never have them again. The beautiful ghosts of our past haunt us, and yet we still can’t decide if the pain they caused us out weighs the tender moments when they touched our soul. This is the irony of love»
Tu étais là, assis avec des collègues. Tu les écoutais sans vraiment prêter attention à leurs paroles. Tu souriais parfois aux dires de l’un puis aux dires de l’autre. Tu acquiesçais parfois lorsque l’un d’entre eux proposait une autre tournée. Ils avaient insisté pour que tu viennes ce soir et pour une fois, tu t’étais dit que tu allais accepter. Tu t’étais toujours évertué à refuser mais ce soir, tu ferais un effort. Ils voulaient se découvrir dans un autre contexte que professionnel mais il y en avait toujours un qui finissait par parler de boulot. Puis ça partait dans des débats politiques, dans des débats auxquels tu ne pris part, des débats que tu n’écoutais même pas. Pourtant tu avais voulu faire cet effort, tu avais voulu sortir un peu, découvrir des personnes que tu ne connaissais que dans un milieu professionnel. Tu venais presque à regretter de commencer à les connaître plus personnellement surtout quand tu les écoutais parler de leur vie privée. Finalement, peut-être que ta vie n’était pas aussi ennuyeuse que tu avais tendance à penser. Ils voulaient en savoir plus sur l’armée, ils voulaient savoir ce que c’était que de partir dans des pays en guerre. Ils voulaient savoir ce que c’était que de porter une arme, tirer sur quelqu’un et le tuer. Mais tu finis par être lassé, lassé d’eux. Tu ne voulais pas en parler, encore moins avec ces curieux. Leurs questions devenant bien trop intrusives, tu finis par aller aux toilettes. Là-bas, tu soupiras. Tu te demandais comment tu pourrais te débarrasser de ces plaies, comment tu pourrais t’extirper d’ici sans qu’ils te supplient de rester. Si tu trouvais une excuse trop ridicule, ils sauraient que tu leur mens. Bien que d’habitude, tu t’en contrefichais, fallait pas oublier qu’il s’agissait de tes collègues et non de simples connaissances avec lesquelles tu aurais pu être amené à ne plus les revoir. Non. Demain, tu savais pour sur que tu les croiserais au bureau.  Tu finis par les retrouver toujours à la même table, à débattre sur tu ne savais trop quoi : «  Je vais y aller, j’suis crevé. On se voit demain. » Tu n’avais pas été plus expressif, pas la peine de leur dire qu’ils étaient barbants. Tandis que tu jetais un coup d’œil sur ton téléphone et sur un message que tu venais de recevoir, tu ne fis même pas attention où tu marchais. Tu avais foncé dans une table et avais renversé une boisson sur une jeune femme. Tu n’avais pas trop prêté attention sur le moment bien trop occupé à ramasser les bouts de verre.   « Je suis vraiment désolé, je ne vous avais pas vu. Je vais vous en repayer un pour me faire pardonner. » Tu finis par te redresser et il te fallut quelques minutes pour comprendre que la fille sur laquelle tu avais renversé son verre était Serafina. Tu étais un peu hébété, te retrouvant ridicule. Serafina semblait aussi surprise et tu finis par reprendre tes esprits. « Excuse-moi pour le verre. Je peux t’en repayer un si tu veux ? » Tu fis un signe vers le comptoir. Tu étais gêné. Probablement parce que tu repensais à votre histoire. Tu repensais aux moments partagés, à ses retrouvailles, à ses moments intenses que tu n’avais vécu qu’avec une seule fille. Et cette fille, c’était elle. Ton ventre s’était noué pendant quelques secondes et tu tentais de prendre sur toi.

code by ORICYA.


_________________
 
 “we are addicted to our thoughts. we cannot change anything if we cannot change our thinking"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

+ my love is on fire

inscription : 19/12/2015
messages : 974
points : 10
pseudo : little liars › audrey
avatar : emma stone.
autres comptes : circe.
crédit : timeless › blake, solosand (sign)
âge : vingt-six ans.
statut civil : célibataire.
quartier : #0122, stanford alley.
occupation : serveuse au haven coffee, photographe.

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Lun 18 Avr - 18:54


bittersweet memories
eli & serafina



Une soirée. Tu pouvais bien te détendre pendant une soirée. Entre ton boulot de serveuse au café et tes photographies, tu avais passé les derniers jours sans vraiment t'arrêter et tu avais bien besoin d'une petite sortie pour te changer les idées. Et quoi de mieux que d'aller dans un bar avec une amie qui en avait autant besoin que toi ? Après être venue te chercher, vous échangiez quelques mots dans la voiture, ton amie ayant déjà l'idée de te trouver quelqu'un avec qui finir la soirée, et même si le fait de qu'elle veuille jouer les entremetteuses pour ton compte t'agace un peu, tu devais avouer que ça t'amusait tout autant. Tu étais curieuse de voir ce qu'elle comptait faire pour cela, et puis ce n'était pas comme si tu ne pouvais pas te débrouiller toute seule. Une fois arrivée au bar - probablement le premier mais pas le dernier, connaissant ton amie - vous commandiez votre boisson avant de trouver une petite table où vous pourriez être tranquille, au moins pour le début. Alors qu'Anna parlait de son copain, tu te contentais de l'écouter, te demandant comment on pouvait autant se prendre la tête pour un garçon, mais tu l'aimais bien cette fille. L'une des personnes avec qui tu t'étais entendu en arrivant et elle avait été ta collègue au Haven Coffee avant de trouver un autre emploi un peu plus stable dans une boutique de fleurs, ce qu'elle aimait par dessus tout. Lorsqu'elle mentionna un certain brun, tu te tournas pour voir qui elle pouvait bien pointer du doigt. Il devait être mignon pour avoir retenu l'attention de ton amie, mais ce ne fut pas lui qui attira ton regard mais plutôt un jeune homme blond qui se trouvait à une table adjacente, avec d'autres hommes plus ou mois vieux. Ce visage te disait quelque chose, mais avec le monde qu'il y avait et vu la distance, tu ne pouvais pas dire précisément où tu avais bien pu voir cette personne. Mais ton coeur se serra un peu, comme un pressentiment. Une question de ton amie suffit à ce que ton attention soit de nouveau rivée sur elle, tu lui répondis avec un sourire, espérant te montrer convaincante. Votre conversation fut coupée par quelqu'un qui te rentra dedans, renversant ainsi ta boisson sur ta tunique. Encore heureux qu'elle était noir, mais la fraîcheur du liquide était déplaisante, ça allait coller. Le jeune homme qui venait de se cogner contre toi était occupé à ramasser les bouts de verre - lequel s'était comme qui dirait, brisé en touchant le sol - mais il s'excusa rapidement. Ton coeur fit un raté, tu connaissais ce ton, cette voix, tu le savais. Et tu ne pus t'empêcher d'écarquiller les yeux quand il se releva et te regarda. Eli. Un tas de souvenirs, enfouis profondément, revinrent à la surface aussi clairs que si tout s'était passé hier. Celui que tu avais aimé, celui qui t'avait fait vibrer. Tu ne pensais pas le retrouver ici, dans cette ville et après tout ce temps. Tu écoutas ses paroles attentivement, ne sachant pas quoi répondre. Il te proposa de t'en repayer un autre, et tu hochas légèrement la tête. « Oui, bien sûr. Anna, tu m'excuses ? » Tu savais qu'elle te demanderait plus tard la signification de tout ça mais ce ne sera pas pour maintenant. Ton amie s'excusa auprès de lui et alla plus loin, vous laissant seuls tous les deux. Tu te tournas un peu plus vers lui et tentas de sourire. « Je ne pensais pas te revoir, tu vas bien ? » Tu ne savais pas comment te comporter avec lui. Votre histoire avait été belle, mais s'était finie dans des circonstances désastreuses.
© ACIDBRAIN

_________________
    +playing with fire+
    i can’t control it, this fire path is spreading too quickly. don’t stop me so this love can burn up this night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

~ i'm running through my lies

inscription : 21/10/2014
messages : 371
points : 38
pseudo : .lollipops (maïlig)
avatar : boyd holbrook
autres comptes : rhys norwood, becker talward
crédit : © Morrigan sur bazzart (avatar) + texte de santosh kalwar, quote me everyday (signature)
âge : vingt-sept ans.
statut civil : célibataire
occupation : avocat (ancien militaire américain).

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Lun 16 Mai - 0:36

bittersweet memories

ft. serafina riddle et eli copland


« Sometimes the best and worst times of your life can coincide. It is a talent of the soul to discover the joy in pain—-thinking of moments you long for, and knowing you’ll never have them again. The beautiful ghosts of our past haunt us, and yet we still can’t decide if the pain they caused us out weighs the tender moments when they touched our soul. This is the irony of love»
Tu t’étais dit que tu ne viendrais boire que quelques bières avec tes amis avant de te trouver un échappatoire pour t’en aller. Tu t’étais dit que tu allais trouver une excuse, un prétexte pour pouvoir te faufiler en douce et rejoindre ton appartement pour opter pour une soirée plus tranquille. Tu n’étais pas le genre de types qui aimait jouer les asociales mais étant donné les circonstances, tu n’avais pas réussi à apprécier la soirée. Tu avais tenté de faire des efforts, tu avais tenté de mettre du tien comme te le conseillait bien souvent ta psy. Tu avais tenté de t’intéresser à leurs histoires qui, pourtant, n’avaient rien de bien intéressant et tu avais répondu à leurs questions, bien qu’indiscrètes sur ton passé avant d’avoir atteint ton degré de patience. Ils tentaient de te rattraper en te disant qu’ils allaient encore prendre une tournée mais tu avais refusé, en disant que tu étais trop fatigué. Tu les entendais te siffler après ton départ mais tu ne retournais pas, tu leur ferais trop plaisir. Tu étais bien trop absorbé par ton téléphone que tu ne prêtais pas attention à ce qui t’entourait. Tu étais en train de heurter une table et tout alla trop vite pour que tu comprennes que tu avais heurté la table de Serafina. Tu ramassais les bouts de verre, te confondant en excuses pour ta maladresse. Habituellement, ce n’était pas ton genre de ne pas regarder où tu allais mais ces types t’avaient tellement agacé que tu avais trouvé une excuse pour ne pas les avoir à les regarder. Tu déposais les bouts de verre en coin de table et quand tu finis par te relever, découvrant le visage de cette fille qui ne t’était pas aussi inconnu, tu demeuras muet quelques secondes. Tu ne savais trop quoi dire, quoi faire. Serafina avait été ta petite-amie. Tu l’avais aimé Serafina, tu l’avais probablement aimé plus que tu n’avais aimé une autre fille. Elle t’avait permis de tenir le coup quand ça n’allait pas à l’armée. Elle l’avait toujours eu les mots réconfortants, elle avait toujours su te faire sourire même à des milliers de kilomètres. La revoir ne te laissait pas indifférent parce que vous ne vous étiez pas quittés dans les meilleures circonstances. Toutefois, si tu voulais en savoir plus, tu préférais reprendre le contact doucement. Peut-être qu’aujourd’hui, elle avait trouvé quelqu’un dans sa vie et ne voudrait plus parler de votre histoire. Peut-être qu’il fallait que tu tournes simplement la page mais tu n’étais pas prêt. Tu proposas à la jeune femme un autre verre et elle accepta, s’excusant auprès de son amie. Tu fis un signe au barman qui vint prendre vos commandes et tu regardais la jeune femme, la dévisageant quelques peu. Tu répondis à sa question. « Oui ça va. Et toi ? Tu vas bien ?» Tu étais gêné mais retrouver ton ex dans un bar, dans une ville si peu connue, ça te faisait quelque chose. Tu ajoutais :   « Je suis encore désolé pour tout à l’heure. » Tu étais presque intimidé par elle, tu ne savais pas trop quoi dire, tu ajoutais finalement : « J’aurais préféré qu’on se voit dans de meilleures circonstances. Surtout toi j’imagine.» Vos verres furent apportés et tu levas celui-ci vers la jeune femme avant d’en prendre une gorgée. Tu voulais tellement en savoir plus sur elle. Tu voulais savoir ce qu’elle était devenue, ce qu’elle avait fait après votre histoire, si elle avait connu d’autres garçons après toi mais tu te contentas de lui demander simplement : « Tu es ici depuis longtemps ? Je t’ai jamais croisée. » Tu avais presque l’impression de retrouver une amie mais pourtant Sera avait été bien plus qu’une amie. Vous aviez vécu des moments uniques, des moments de tendresse que tu n’avais jamais retrouvé avec d’autres filles. Mais tu avais encore du mal à le réaliser et puis des années s’étaient écoulées après votre rupture. Tu ne pouvais pas te pointer comme une fleur et lui demander pourquoi ; pourquoi elle t’avait quittée alors que t’aurais tout fait pour cette fille. Parce que tu l’aimais, plus que tu n’avais jamais aimé au monde.

code by ORICYA.

>

_________________
 
 “we are addicted to our thoughts. we cannot change anything if we cannot change our thinking"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

+ my love is on fire

inscription : 19/12/2015
messages : 974
points : 10
pseudo : little liars › audrey
avatar : emma stone.
autres comptes : circe.
crédit : timeless › blake, solosand (sign)
âge : vingt-six ans.
statut civil : célibataire.
quartier : #0122, stanford alley.
occupation : serveuse au haven coffee, photographe.

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Mer 15 Juin - 17:53


bittersweet memories
eli & serafina



Parfois le destin avait une bien étrange façon de réunir les personnes, pas que tu croyais vraiment en celui-ci, mais il fallait bien l'avouer, tu ne t'attendais pas à ça. Venue ici avec une amie pour te détendre un peu, et surtout pour que cette dernière puisse sortir un peu, et voulant te trouver un nouveau mec car selon elle, tu ne savais pas t'amuser. Peut-être que oui, ou peut-être que non. Après les multiples exemples de ta mère en matière de relations, tu ne voulais pas devenir comme elle. Qui aurait cru que tu tomberais sur quelqu'un de ton passé dans une ville comme White Oak Station ? Tu n'arrivais pas à détacher ton regard du jeune homme qui venait de renverser ton verre. Pourquoi ? C'était la question à trois millions de dollars. Dès le moment où il avait parlé pour s'excuser, tu avais reconnu cette voix. Si particulière, et qui avait bercé des semaines, ou plutôt des mois de bonheur, de souvenirs. Eli était le garçon que tu n'avais jamais pu oublier. Celui que tu avais aimé profondément, celui qui t'avait fait oublier tant de choses. Tu l'avais aimé ce garçon, peut-être plus que tu avais aimé aucun autre avant ou après lui. Mais malgré tout l'amour que tu avais pu lui porter, cela ne t'avais pas empêché de prendre peur. Peur de souffrir quand tu l'as senti s'éloigner, quand il s'est renfermé sur lui-même. Tu aurais pu lui demander, tu aurais pu essayer de t'accrocher. Tu as préférée te protéger, au risque de vous faire souffrir tous les deux. Tu ne savais pas quoi dire ni faire, alors qu'Eli était face à toi. Tu avais mis fin à votre relation à travers une lettre, une simple lettre, probablement trop lâche pour lui dire en face, ou ne souhaitant pas voir l'expression de son visage en le faisant. Et puis tellement de choses se sont passées entre temps, pendant son éloignement, après votre rupture. Comment réagirait-il ? Ton accident avait manqué de te coûter tes jambes, après que tu l'ais laissé, tu lui avais parlé des courses, de ton père, mais jamais tu ne lui avais dit que tu finirais par conduire toi-même. Peut-être t'en aurait-il empêché si vous étiez restés ensembles ? Aurais-tu pu ne pas finir à l'hôpital, ou rien n'aurait changé ? Maintenant il était trop tard pour revenir en arrière. Tu n'étais pas la seule à avoir grandis. Comment allait-il ? Que lui était-il arrivé depuis toutes ces années ? Et son poste à l'armée, ou bien avait-il arrêté ? Tu voulais savoir. Eli avait toujours le même effet sur toi, cela au moins était resté. « Je vais bien, » tu répondis avec un sourire. Lorsqu'il s'excusa encore une fois, tu ne pus te retenir de rire, « ce n'est pas grave, au moins ça change. D'habitude c'était moi qui avait tendance à être maladroite. » Tu ne le quittais pas de yeux, comme si au moment où tu ne le regarderais plus, Eli disparaîtrait. Tu ne sus pas quoi répondre quand il parla du fait de se revoir dans de meilleures circonstances, cela avait été difficile pour toi, mais pour lui aussi tu supposais. Si c'était parce qu'il s'éloignait que tu avais choisi de partir, Eli ne méritait pas que cela se fasse par une lettre, alors qu'il n'était même pas aux États-Unis. « Mais ces circonstances auraient pu être bien pire j'imagine... » Tu commenças avant de t'arrêter. Était-ce le bon moment pour s'excuser, tu l'espérais. Vos boissons arrivèrent et tu pris ton verre, le levant légèrement vers Eli avant de boire une gorgée. Tu avais beaucoup de question au bord des lèvres, mais aucune n'arrivaient à franchir le barrage de celles-ci. Tu en profitais pour l'étudier. Il avait grandi, il était aussi plus musclé que dans tes souvenirs. Son regard cependant n'avait pas changé, tu te perdais toujours autant dans ses yeux. « Je vis ici depuis un peu plus de deux ans, » tu répondis à sa question, « c'est vrai que c'est étrange, tu est à White Oak Station depuis quand ? » Parfois il suffisait d'un rien, même en vivant dans la même ville, si vos cercles d'amis n'étaient pas les mêmes. C'était étrange de le revoir, tu n'aurais jamais imaginé le recroiser ici, dans cette ville. Une nouvelle question te vint à l'esprit mais tu hésitas un moment avant de finir par la poser. « Tu... Tu travailles toujours à l'armée ? »
© ACIDBRAIN

(pardon pour le retard  :coeur2:)

_________________
    +playing with fire+
    i can’t control it, this fire path is spreading too quickly. don’t stop me so this love can burn up this night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

~ i'm running through my lies

inscription : 21/10/2014
messages : 371
points : 38
pseudo : .lollipops (maïlig)
avatar : boyd holbrook
autres comptes : rhys norwood, becker talward
crédit : © Morrigan sur bazzart (avatar) + texte de santosh kalwar, quote me everyday (signature)
âge : vingt-sept ans.
statut civil : célibataire
occupation : avocat (ancien militaire américain).

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Jeu 7 Juil - 18:02

bittersweet memories

ft. serafina riddle et eli copland


« Sometimes the best and worst times of your life can coincide. It is a talent of the soul to discover the joy in pain—-thinking of moments you long for, and knowing you’ll never have them again. The beautiful ghosts of our past haunt us, and yet we still can’t decide if the pain they caused us out weighs the tender moments when they touched our soul. This is the irony of love»
Tu étais presque décontenancé par tes retrouvailles avec Serafina. Peut-être parce que ça te laissait un goût amer, un goût d’inachevé. Parce que la fin de votre histoire avait été surprenante, parce que tu te rappelles d’avoir reçu une simple lettre pour t’annoncer une rupture à laquelle tu ne t’étais pas attendue. Tu avais longtemps voulu savoir pourquoi, tu avais des questions, tu avais ressenti le besoin de parler avec ta petite-amie mais tu n’avais jamais eu de réponses. Alors tu avais continué à mener ton existence, à te lever le matin avec un putain de vide, des milliers de questions dans la tête et le cœur amer. Tu lui en avais voulu à Serafina. Tu étais même venu à la détester, à la maudire de t’avoir laissée alors que tu avais besoin d’elle, parce que tu l’aimais. Peut-être que t’étais un môme à l’époque et même si tu n’avais pas vécu assez d’histoire pour comprendre l’amour, tu savais que tu l’avais aimé Serafina et la revoir ce soir te laissait un goût d’inachevé dans ta bouche. Vous étiez comme des gosses à leur premier rendez-vous. Vous ne vous quittiez pas du regard, vous tentiez de vous sourire pour vous rassurer mais tu savais qu’elle semblait aussi surprise mais aussi intimidée par te revoir. Tu ne la quittais pas des yeux, tentant d’analyser chacun de ses mouvements, de ses paroles, de ses regards. A la recherche de réponse, peut-être ou à la recherche de quelconque émotion. Elle finit par percer ce silence et tu finis par la lâcher du regard quelques instants, adressant ton regard autour du monde acculé autour de vous. Tu finis par lui sourire légèrement tandis que tu l’écoutais patiemment, les bras croisés contre ton torse. Puis tu te mis à te demander pourquoi le hasard avait fait que tu retrouverais Serafina ici, pourquoi le hasard avait fait qu’elle vive ici. Tant de questions auxquelles tu n’aurais probablement jamais de réponses et tu finis par t’en contenter. Peut-être que c’était parce que c’était pour réparer ce goût d’inachevé, peut-être que… Tu finis par adresser de nouveau ton regard vers la jolie rousse, riant légèrement à ses paroles tandis que tu te déraidis au fur et à mesure. « Oui je me souviens de ta maladresse. » ‘c’était ce qui faisait ton charme’ mais tu t’étais privé de lui dire, peut-être parce que c’était trop tôt pour ressasser le passé. Pour elle et aussi pour toi. Elle penserait que tu lui demanderais des comptes et prendrait surement la poudre d’escampette et t’échapperait encore une seconde fois, sans te donner de nouveau d’explications. Mais elle ne t’échapperait pas cette fois, elle ne pouvait plus. Sa réponse te laissa légèrement perplexe tandis que tu haussais les épaules inconsciemment.  . « Probablement. » Répondais-tu d’un ton légèrement pensif et distant. Tu finis par lui sourire de nouveau, tu ne voulais pas jeter de malaise entre vous, non. Alors tu questionnais la jeune femme tandis que tu sirotais ton verre et avait les yeux fixés sur la mouvance de ses lèvres et te remis à penser à des choses auxquelles tu n’aurais probablement pas du penser. Serafina te demanda alors depuis combien de temps tu étais ici et tu levais les yeux au ciel, comptant les années qui s’étaient écoulées depuis que tu étais ici. . « Je dirai 5 ans.  »  Tu te grattais légèrement la nuque et reportais ton attention sur la demoiselle. . « Bizarre qu’on s’est jamais croisé. White Oak Sation, c’est pas Phoenix » Fis-tu remarquer, te rendant compte que tu n’avais pas réellement choisi cette ville au hasard et te mordis légèrement les lèvres pour la légère bourde. Heureusement, Serafina poursuivit la conversation et te demanda si tu étais encore à l’armée. Tu souriais légèrement : . « Non, j’ai quitté l’armée quelques mois après notre rupture. » Tu regardais Serafina avec un léger sourire, plein de sous-entendus et de vieux souvenirs. . « Mais je suis devenu avocat, il y a quelques mois.  » Tu la regardais de nouveau et finis par interroger la jeune femme : . « Et toi alors ? Tu fais quoi ? Je sais que la photographie était une de tes passions. » Tu n’avais pas oublié la passion de Sera pour les photos. Tu ne savais pas ô combien elle avait pris des photos de toi ou de vous. T’en avais même gardé une chez toi, que tu n’étais pas résolu à jeter. Putain de goût inachevé.

code by ORICYA.

>

_________________
 
 “we are addicted to our thoughts. we cannot change anything if we cannot change our thinking"



Dernière édition par Eli Copland le Jeu 27 Oct - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

+ my love is on fire

inscription : 19/12/2015
messages : 974
points : 10
pseudo : little liars › audrey
avatar : emma stone.
autres comptes : circe.
crédit : timeless › blake, solosand (sign)
âge : vingt-six ans.
statut civil : célibataire.
quartier : #0122, stanford alley.
occupation : serveuse au haven coffee, photographe.

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Jeu 28 Juil - 21:34


bittersweet memories
eli & serafina



Tu ne quittais pas Eli du regard, clignant des yeux que très rarement. Tout ceci te paraissait presque irréel pour être vrai. Combien de fois exactement tu avais imaginé vos retrouvailles ? Les scénarios étaient tous différents à chaque fois, mais tous se situait à dans ta ville natale, Phoenix, et pas une petite du Canada comme White Oak Station. Quelles étaient les probabilités pour que vous vous retrouviez ici ? Pas bien grandes. Peut-être était-ce un signe, qui sait ? Pour essayer de lui expliquer, de lui demander pardon pour tout ce qu'il s'était passé, pour être partie comme ça. Après le choc de le revoir, les souvenirs se bousculaient dans ta tête et tu avais bien du mal à cacher tes émotions. Il y avait de la tristesse bien entendu, tu t'en voulais de l'avoir laissé sans rien dire, une pointe de regret aussi. Mais malgré toutes les choses que tu pouvais certainement te reprocher, le revoir faisait renaître des sensations que tu avais oublié, longtemps enfouies profondément en toi. Tu n'avais jamais retrouvé quelqu'un qui te faisait sourire autant que lui, qui éveillait en toi les mêmes sentiments. Vous étiez jeunes à l'époque de votre histoire, mais tu savais que tu l'avais aimé, parce que ce qu'il te faisait ressentir, c'était indescriptible. Mais tu avais mis fin à tout ça, pour te protéger, pour ton coeur. Tu savais que tu lui avais fait du mal, Eli ne méritait pas que tu partes de cette façon, tu te demandas si après toutes ces années, il y aurait un moyen de te racheter. Sa réponse concernant ta maladresse fit naître un sourire sur ton visage, en fait rien que de le voir faire de même te rendait heureuse. Son sourire n'avait pas changé, tout comme son regard. En fait si, il était encore plus charmant. « Tu aurais dû me voir au travail, les premiers jours mon patron ne me quittait pas des yeux parce que j'ai dû renverser au moins trois plateaux en me prenant les pieds dans les tables du café, » tu avouas en te passant la main dans les cheveux, un geste automatique malgré toi quand tu étais gênée. Tu n'étais pas très fière de tes débuts catastrophique en tant que serveuse. Tu vis bien que ta réponse le laissait perplexe, mais tu n'ajoutas rien. Tu ne pouvais pas lui dire que la situation aurait été pire si jamais tu n'étais pas remise de ton accident. Tu n'étais pas prête à lui montrer à quel point tu avais été stupide de te lancer dans ce genre de compétition. Tu te souvenais qu'il n'était pas ravi quand tu lui avais avoué songer à conduire comme ton père, et tu comprenais parfaitement son inquiétude à l'époque. Il était trop tard maintenant pour revenir en arrière. Intriguée de savoir depuis combien de temps Eli vivait ici, tu lui demandas. Eli réfléchit pendant quelques secondes avant de te répondre, tu hochas silencieusement la tête en l'écoutant, et quand il fit la remarque que vous ne vous êtes jamais croisés, tu commenças à sourire légèrement. Avant que celui-ci ne s'efface d'un coup quand il continua sa phrase. Tu ne pus retenir le léger plissement de tes yeux, comme si tu clignais des yeux mais pas totalement. Il n'avait pas tord, mais était-ce vraiment nécessaire de le souligner. Tu fis cependant comme si de rien était, continuant sur ta lancée. Tu voulus savoir s'il était toujours dans l'armée, et Eli t'avoua qu'il avait quitté l'armée quelques mois après votre rupture. Tu ne sus pas quoi répondre à cela. Tu avais mis fin à votre histoire pour plusieurs raisons, son poste de militaire et son absence, sa distance en étaient les principales, et le fait de savoir qu'il avait quitté l'armée par la suite, tu trouvais la situation ironique. « Oh, » tu lâchas après quelques secondes, te raclant la gorge. Tu haussas un sourcil par la suite,  « avocat ? Ne le prends pas mal Eli, mais... passer de militaire à avocat ? J'ai du mal à voir les points communs entre eux. » Tu étais surprise, Eli ne t'avait jamais semblé intéressé par tout ce qui touchait à la loi. Mais c'était il y a longtemps, beaucoup de choses avaient changées depuis. « Cependant si tu as trouvé ta voie, je suis contente pour toi, » tu ajoutas avec un demi-sourire. Sa question te réchauffa légèrement le coeur. Il n'avait pas oublié ton intérêt pour la photographie. Toutes les photos se trouvaient dans des albums gardés précieusement dans un placard de ta chambre. Tu n'avais jamais pu les effacer ou les jeter. « Je suis serveuse dans un café dans le quartier commerçant, le Haven Coffee, » tu répondis. Ce n'était pas bien glorieux mais ça payait le loyer. « Je prends toujours des photos, je fais même des commandes maintenant. Seulement ce n'est pas ça qui va m'aider à vivre, j'ai besoin d'un peu plus que de compter juste sur la photographie. » Au final, comparé à lui, ta vie ou plutôt ton métier n'était pas si palpitant. Plus maintenant.
© ACIDBRAIN

_________________
    +playing with fire+
    i can’t control it, this fire path is spreading too quickly. don’t stop me so this love can burn up this night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

~ i'm running through my lies

inscription : 21/10/2014
messages : 371
points : 38
pseudo : .lollipops (maïlig)
avatar : boyd holbrook
autres comptes : rhys norwood, becker talward
crédit : © Morrigan sur bazzart (avatar) + texte de santosh kalwar, quote me everyday (signature)
âge : vingt-sept ans.
statut civil : célibataire
occupation : avocat (ancien militaire américain).

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Mer 24 Aoû - 14:22

bittersweet memories

ft. serafina riddle et eli copland


« Sometimes the best and worst times of your life can coincide. It is a talent of the soul to discover the joy in pain—-thinking of moments you long for, and knowing you’ll never have them again. The beautiful ghosts of our past haunt us, and yet we still can’t decide if the pain they caused us out weighs the tender moments when they touched our soul. This is the irony of love»
Tu posais un long regard sur Serafina. Elle n’avait pas vraiment changé, non. Elle semblait être devenue plus sûre d’elle, plus mûre. Elle était devenue une très jolie femme, tu ne pouvais le nier. Et le temps avait beau couler, tu sentais toujours cette attraction envers elle présente. Peut-être parce qu’au fond, tu ne l’avais pas oubliée. Votre histoire s’était terminée sur une mauvaise note et jamais tu n’avais pas pu connaître les raisons pour lesquelles elle t’avait quitté, même si tu avais quelques soupçons. Elle ne t’avait jamais donné davantage explication et peut-être que tu avais trouvé ça mieux à l’époque. C’était peut-être plus facile à encaisser. Et pourtant, aujourd’hui, tu ressentais presque encore le besoin de savoir. Alors peut-être. Peut-être que tu lui demanderas. Si tu oses. T’avais trop peur qu’elle te rit au nez, qu’elle soit passée à autre chose. Qu’elle te dise que c’était de l’histoire ancienne, qu’aujourd’hui, elle avait tourné la page. T’avais peur qu’elle ait réussi, elle, facilement à tourner la page de votre histoire, tandis que toi, il t’avait fallu des mois pour l’accepter. Tu t’étais renfermé et avait repoussé les jeunes femmes avant de tenter de trouver du réconfort chez elles. Tu n’avais gagné rien de mieux que des remords alors t’avais fini par arrêter. Tu préférais oublier cette période de ta vie, probablement pas la meilleure pour te concentrer sur le moment présent. Sur Serafina. Tu riais à son histoire et jouais avec ton verre, par réflexe. « J’imagine bien la scène. » Tu restais silencieux, quelques instants, sentant qu’à certains moments, l’ambiance fléchissait et un certain malaise s’installait. Tu tentais alors du mieux que tu pouvais de combler les vides, même si parfois, tu aurais probablement du te taire. Le silence est parfois préférable, oui. Et tu voyais bien qu’à certains moments, Serafina était gênée, ne préférant pas répondre. Alors tu te mordillais la lèvre d’avoir été un poil incommodant et tentais de trouver un autre sujet de conversation. Tu lui avouais que tu avais quitté l’armée et t’étais dirigé vers un métier d’avocat. Sa réponse ne te surprit pas, elle semblait surprise de ta reconversion professionnelle et d’un ton un peu détaché, tu répondis : « Justement, y en a aucun et c’était ce que je recherchais. » Tu ne voulais pas parler de ton passé, des horreurs de la guerre. Ni maintenant, ni demain. C’était peut être trop tôt encore pour s’ouvrir à une personne sur un sujet aussi délicat, aussi personnel. Et tu espérais qu’elle n’insiste pas, c’était surement préférable pour vous deux. Tu hochais la tête à sa réflexion et croisais tes bras sur la table, le visage sans expression. La guerre allait hanter tes souvenirs maintenant. Et il allait falloir que tu fasses abstraction, que tu paraisses normal. C’était encore quelque chose de fragile en toi, un sujet tabou et préférais poser des questions à Serafina. Tu l’écoutas, silencieux. « Je vois. Faut un peu de temps avant de percer vraiment. Je suis sur que tu vas faire tes preuves, vite. » Tu regardais brièvement Serafina, un peu gêné et surement décontenancé par ses retrouvailles. « Et pourquoi ?» D’un air interrogateur, elle te regarda. Tu ajoutas : « J’voudrais savoir. Pourquoi tu m’avais quittée Sera. Sans donner de raison, sans m’expliquer. J’y pense souvent et j’ai jamais eu de réponse alors je te demande aujourd’hui. » Tu avais pris ton courage à deux mains et t’étais lancé. A la recherche de réponses, pour pouvoir avancer.

code by ORICYA.


_________________
 
 “we are addicted to our thoughts. we cannot change anything if we cannot change our thinking"



Dernière édition par Eli Copland le Jeu 27 Oct - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

+ my love is on fire

inscription : 19/12/2015
messages : 974
points : 10
pseudo : little liars › audrey
avatar : emma stone.
autres comptes : circe.
crédit : timeless › blake, solosand (sign)
âge : vingt-six ans.
statut civil : célibataire.
quartier : #0122, stanford alley.
occupation : serveuse au haven coffee, photographe.

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Mar 18 Oct - 22:29


bittersweet memories
eli & serafina



Te retrouver face à Eli après toutes ces années, te laissait une impression étrange, comme si tu avais du mal à le croire. Et pourtant, il était là, bien en chair et en os. Il ne semblait pas en colère contre toi, même si il avait toutes les raisons de l'être. Tu t'étais persuadée que le jour où tu le reverrais, il s'énerverait, il en avait tous les droits. Mais non. Il était là, aussi calme qu'un lac. En espérant qu'il ne se transforme pas en torrent d'ici la fin de la soirée. Tu savais qu'il n'était pas quelqu'un de violent, il avait beau être militaire, avoir été confronté à la violence de la guerre et avoir vu des choses que tu ne pouvais imaginer, jamais il n'avait montré un côté aussi sombre. Tu avais toujours été fière de lui, de son courage. Tu lui racontas une petite anecdote de ton travail au café, ta maladresse déjà présente quand vous étiez ensembles. Tu étais presque embarrassée de ne pas avoir changé sur ce point-là, surtout dans le métier que tu faisais. Tu te surpris à sourire quand tu entendis sa réponse. Eli ne se moquait pas, il taquinait mais tu savais que ce n'était pas méchant, comme sa réponse. Néanmoins tu étais presque certaine que tu en aurais entendu parler pendant quelque temps s'il avait été présent ce jour-là. Un sentiment étrange te serra le coeur, tu étais à la fois contente, et peut-être nostalgique ? Oui, probablement. Les souvenirs se bousculaient dans ta tête. À plusieurs moments, un silence gêné s'installa entre vous, quoi de plus normal, mais tu ne voulais pas de ça. Malgré tout, tu ne pouvais t'empêcher de te dire que c'était de ta faute, tu étais partie. Tu avais attendu pendant plusieurs mois qu'il te parle, et puis tu avais laissé tombé. Il t'avoua qu'il avait quitté l'armée et que maintenant il travaillait dans un cabinet d'avocat. Tu ne cachas pas ta surprise, ne voyant pas du tout le rapport entre les deux mais Eli te répondit que c'était bien ça la raison, il n'y en avait pas. Tu hochas la tête, prenant une gorgée de ta boisson, comprenant son point de vue. Tu étais curieuse, qu'est-ce qui avait pu le pousser à arrêter ? La raison est-elle la même que lorsqu'il s'était renfermé ? Tu n'osais pas lui demander de peur de raviver d'anciennes blessures, tu savais que ce qu'il s'était passé était assez grave pour qu'il te rejette, qu'il s'éloigne, même inconsciemment. Tu lui parlas par la suite de ce que tu faisais, la photographie était toujours ta passion, maintenant que la course était finie pour toi, tu étais d'autant plus motivée de faire quelque chose de tes photos, mais tu n'étais pas dupe. Il était encore trop tôt pour percer, comme Eli le souligna, et tu ne pouvais qu'approuver. Tu lui souris pour le remercier. Un jour tu auras l'occasion de faire plus, l'une des commandes pour un magasin de vêtements avaient bien marché, le patron était content du résultat. Il te fallait simplement plus d'expérience. Tu voulus dire quelque chose mais la question d'Eli te rendit soudainement silencieuse, tes yeux s'écarquillèrent légèrement, redoutant déjà ce qu'il voulait savoir, bien que tu avais déjà une idée. Ce qui se confirma quand il continua. Tu détournas le regard, incapable de le regarder dans les yeux. De peur de voir des émotions qui te feraient plus de mal que de bien. « Tu... Tu avais changé, » finis-tu par lâcher, ton visage n'exprimait rien, pas de peine ni de colère, tu faisais juste une constatation. « Je ne sais pas ce que tu as vécu à cette époque, et même maintenant je ne veux pas le savoir, mais tout est arrivé soudainement. Tu t'es éloigné sans rien dire. » Tu pris une inspiration avant de vider ton verre, et de faire signe au barmant pour en avoir un autre. « J'ai essayé, vraiment, d'attendre. Je t'ai laissé ton espace. Mais plus le temps passait, et plus j'avais l'impression de revoir mon père. » Eli savait que ton père était parti sans donner de nouvelles, vous laissant derrière ta mère et toi, tu lui avais dit. C'était une blessure qui ne s'était jamais refermée et qui encore maintenant influençait grandement ta vie, ta difficulté à faire vraiment confiance aux hommes. « Je ne voulais pas vivre la même chose une nouvelle fois. L'abandon sans explication. J'ai pensé que c'était la meilleure chose à faire, je voulais me protéger, » tu avouas, te mordant la lèvre, premier signe de remords. « Je ne voulais pas vivre un nouvel abandon, mais au final j'ai fini par faire comme lui. » Cette fois-ci tu reportas ton attention sur Eli. « Je suis vraiment désolé Eli. »
© ACIDBRAIN


_________________
    +playing with fire+
    i can’t control it, this fire path is spreading too quickly. don’t stop me so this love can burn up this night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

~ i'm running through my lies

inscription : 21/10/2014
messages : 371
points : 38
pseudo : .lollipops (maïlig)
avatar : boyd holbrook
autres comptes : rhys norwood, becker talward
crédit : © Morrigan sur bazzart (avatar) + texte de santosh kalwar, quote me everyday (signature)
âge : vingt-sept ans.
statut civil : célibataire
occupation : avocat (ancien militaire américain).

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Jeu 27 Oct - 23:01

bittersweet memories

ft. serafina riddle et eli copland


« Sometimes the best and worst times of your life can coincide. It is a talent of the soul to discover the joy in pain—-thinking of moments you long for, and knowing you’ll never have them again. The beautiful ghosts of our past haunt us, and yet we still can’t decide if the pain they caused us out weighs the tender moments when they touched our soul. This is the irony of love»
Alors c’était comme si t’avais préféré te voiler la face quelques instants. T’avais voulu renier les quelques questions qui te traversaient l’esprit pour profiter pleinement de ces retrouvailles. T’avais pas voulu l’encombrer de questions ridicules, qui n’avaient probablement plus lieu d’être après ces quelques années passées et tu t’étais contenté de discussions banales parce que c’était ce que faisaient les gens quand ils venaient à retrouver de vieilles connaissances. Tu avais tenté de ne plus y penser, à tous ces houleux souvenirs, à ces insomnies, à ces lettres sans jamais de réponse, à ce silence. Tu t’étais dit que ce n’était peut-être qu’un amour de jeunesse comme les autres et que vous étiez trop jeunes. Trop jeunes pour construire un couple solide. La distance y avait surement joué un grand rôle. Et pourtant, ces réponses ne te contentèrent plus. Et t’avais vraiment envie de savoir. Savoir ce qui s’était passé soudainement pour te retrouver seul. Elle t’avait abandonné Serafina et si tu lui en avais voulu quelques temps, la colère était partie. Parce que t’avais grandi, muri et t’avais surtout quitté le front. Tu débutais une nouvelle vie et pourtant, t’avais toujours ce besoin d’assouvir cette quête de réponses. Pour avancer, pour comprendre. Ce que t’avais mal fait, ce que t’avais pas fait, ce que tu aurais du faire. T’essayais pas vraiment de réparer les pots cassés, non, t’essayais de recoller les morceaux du puzzle pour comprendre. Ce qui avait déconné. T’étais surement pour quelque chose, c’était surement à cause de toi. Elle avait surement eu du mal à accepter à ce que tu mettes ta vie en péril, comme la plupart des autres copines des soldats. T’en avais discuté avec quelques uns et ils t’avaient tous dit la même chose. Et si t’avais cru en ton couple, aujourd’hui, t’avais plus trop retenté de vivre quelque chose. Pas par peur, seulement parce que t’avais pas vraiment trouvé une fille qui te correspondait. T’en avais rencontré des chouettes mais ça collait jamais. Tu n’y mettais surement pas du tien, tu devais le reconnaître. Et peut-être que tout ça, c’était du à ton passé. Alors tu te lanças dans une investigation. Et tu espérais que Serafina coopérerait. Ce qu’elle semblait faire. Tu l’écoutais, fronçant de temps à autres les sourcils, parfois confus quant à ses explications tantôt dubitatif. T’avais fait abstraction du brouhaha autour de vous pour ne l’écouter que elle. Tu la laissais parler, attentif et tu finis par hausser les épaules à ses dernières paroles : « Je sais. » Tu fis une légère moue, passant une main derrière ta nuque. Tu finis par vider d’une traite ton verre, fis signe à un serveur qui passait par chance à coté de vous qui te rapportait quelques secondes plus tard le même verre. Et sirotais quelques instants ton verre avant de reporter ton attention sur Serafina : « Et t’as jamais essayé de comprendre ? » Elle semblait ne pas vraiment comprendre alors tu poursuivis, te trouvant sur un chemin légèrement périlleux : « T’as jamais parlé de ça avec moi. Je dis pas que tu t’en foutais mais…» Tu haussais les épaules, quelques instants, cherchant les bons mots : « Je sais pas. C’est gentil d’avoir voulu me protéger en n’évoquant jamais le front mais tu aurais dû plutôt que de faire ça.» T’étais pas vraiment à l’aise, qui est plus, un tantinet maladroit : « Je sais que t’as vécu des choses pas faciles et que ça t’a affectée et je sais que j’étais probablement pas le petit copain rêvé de toutes, mais je t’aimais vraiment et disons que j’ai jamais vraiment compris parce que je pensais que toi aussi. J’étais peut être plus vraiment le même mais rien n’avait changé en ce qui concernait mes sentiments à ton égard. C’est juste que c’était dur là-bas. » Tu grimaçais légèrement en sentant l’alcool bruler ton œsophage mais ça t’empêchait pas de prendre une énième gorgée de ton verre. : « Je t’en voulais vraiment. De m’avoir abandonné comme ça, sans aucune explication. Ca a été dur. » T’avais envie d’être honnête, pas vraiment d’humeur à l’épargner : : « Mais j’ai pas la rancune tenace tu sais. Les années se sont écoulées et maintenant je suis plus un gamin on va dire.  » Tu préférais terminer sur une note positive. T’avais pas envie qu’elle pense que tu lui en voulais encore, surtout après ces quelques années écoulées.

code by ORICYA.


_________________
 
 “we are addicted to our thoughts. we cannot change anything if we cannot change our thinking"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

+ my love is on fire

inscription : 19/12/2015
messages : 974
points : 10
pseudo : little liars › audrey
avatar : emma stone.
autres comptes : circe.
crédit : timeless › blake, solosand (sign)
âge : vingt-six ans.
statut civil : célibataire.
quartier : #0122, stanford alley.
occupation : serveuse au haven coffee, photographe.

Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli) Dim 13 Nov - 20:12


bittersweet memories
eli & serafina



Tu avais des tords dans votre histoire, tu avais laissé passer trop de temps, tu avais attendu alors que tu aurais peut-être pu insister. Mais en même temps, tu t'étais toujours dis que s'il n'avait pas voulu t'en parler, c'était qu'il y avait une bonne raison. La guerre n'est pas un sujet facile, loin de là, et ce qu'Eli avait vu devait être horrible. Le plus souvent, tu ne voulais pas te mêler de ce qui ne te concernait pas. Cela avait été peut-être ça ton erreur. De ne pas avoir demandé. Quand tu l'avais rencontré, tu savais qu'il était soldat, il te l'avait dis et cela ne te dérangeait pas, bien entendu ce n'était pas facile d'être la petite amie d'un militaire mais tu aimais vos retrouvailles, vos échanges. Tu aimais tout chez lui, malgré tout. Mais ce qu'il se passait au combat était un sujet que toi, tu n'aimais pas abordé, tu ne voulais pas l'obliger à revivre tout ça. Quand Eli te demanda si tu n'avais pas essayé de comprendre, tu laissas apparaître un sourire crispé. Oui, ou peut-être non, tu avais probablement essayé pendant un moment avant de te dire que cela ne rimerait à rien si Eli ne venait pas se confier de lui-même. Tu ne te confiais pas facilement, alors tu partais souvent du principe que les autres faisait pareils. Mais chaque être avait sa façon bien à lui de ressentir les choses. « Et si je t'avais posé la question, m'aurais-tu répondu ? » Tu lui demandas à ton tour. « Dis-le moi honnêtement, Eli. M'aurais-tu dit ce qu'il s'était passé en combat si je te l'avais demandé à cette époque ? On ne parlait plus de ce sujet, pas comme si on le faisait beaucoup mais... Après ce n'était plus la même chose. » Tu ne te voyais pas insister et passer pour la copine ennuyante qui veut tout savoir, quitte à faire du mal pour avoir ce qu'elle voulait. Au final, tu n'étais pas certaine de ne pas l'être devenu, en plus du fait que tu l'avais quitté alors qu'il avait besoin de toi. Tu fermas les yeux, et prit une grande inspiration, cherchant à te calmer. Il avait raison sur certains points, tu aurais probablement dû chercher à savoir, cela aurait pu empêcher pas mal de choses. « Mais tu as raison, j'aurais dû insister et venir te voir, te dire ce que je ressentais à ce moment-là, » tu avouas en détournant les yeux. « Je suis vraiment désolé Eli. D'être partie sans rien dire. Je t'aimais vraiment, et je n'arrivais pas à supporter ce qu'il se passait. La distance n'a pas aidé, et j'ai choisi la solution de facilité quand elle s'est présentée à moi. Mais je n'ai jamais passé un seul jour depuis sans me demander si... Je n'avais pas fais une erreur monumentale, en partant comme cela. » Avec les années, tu avais longtemps réfléchis, et vous étiez peut-être trop jeunes à l'époque, pour vraiment comprendre et vous accrochez. Nous faisons tous des erreurs, mais il fallait savoir avancer et passer par dessus, même si c'était bien plus facile à dire qu'à faire. Tu attrapas le nouveau verre que le serveur t'avait apporter et but une gorgée, ne sillant même pas quand Eli t'avouas qu'il t'en avait voulu, tu aurais fait la même choses dans le cas inverse. C'était une réaction humaine, normale. « Nous devons tous apprendre de nos erreurs, le plus important c'est de ne pas refaire les mêmes deux fois. » Tu avais dit cela plus pour toi que pour lui. « Je suis tout de même contente de te revoir, malgré la situation. »
© ACIDBRAIN


_________________
    +playing with fire+
    i can’t control it, this fire path is spreading too quickly. don’t stop me so this love can burn up this night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: bittersweet memories (eli)

Revenir en haut Aller en bas
 
bittersweet memories (eli)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sihem ? bittersweet memories.?
» The Best Memories With Memories
» L'esprit du vieux manoir [ Pour l'équipe Caruso, Rivière et Memories.]
» Souviens-toi. People change, memories don't.
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: WHITE OAK STATION :: DOWNTOWN AREA :: The Eagle and Child-