AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
flt ferme ses portes...
pour tout savoir, rendez-vous ici. :eyes2: :eyes2:

Partagez | .
 

 #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message


Invité
Invité


Message(#) Sujet: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Mer 23 Avr - 0:16

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        Ma journée avait plutôt bien démarrée, je crois. Si je me souviens bien, je me suis couchée vers dix heures hier, m'offrant ainsi une bonne nuit de sommeil. Le réveil m'a tiré d'un rêve étrange dont je me souviens à peine. Et Apolline m'attendait dans la cuisine, avec sa bonne humeur matinale et son café. J'étais même assez reposée pour discuter avec elle, c'est pour dire. Et puis Lucas est arrivé, et après c'était l'heure de partir, et nous voilà tous sur le chemin de l'université. Ce n'était même pas à mon tour de conduire. La bonne routine, quoi. Et ma journée est partie en vinaigrette pendant le cours d'histoire moderne. Déjà que je n'aime pas ce cours, parce que ce qu'on y étudie est trop proche pour qu'on ne juge pas les deux camps, et bien sûr nous on est toujours dans les gentils... Bref, au lieu de suivre les événements tragiques qui se sont passés pendant la guerre du Vietnam racontées avec hardeur et passion par mon professeur j'envoyais des messages. Mais pas à mes camarades habituels qui étaient pris d'un soudain sérieux en vue des partiels (moi aussi je trouve ça étonnant...) non je communiquais avec ma super institutrice de la couture blonde et jeune maintenant maman Azel. Azel elle est géniale, elle tient un petit magasin où elle vend ses créations (qui sont magnifiques) et je l'ai rencontré quand je m'étais mis en tête d'apprendre à coudre. C'était un véritable fiasco, mais je me suis fais une bonne copine au passage. Et maintenant elle est maman d'une petite fille qui est trop mignonne, comme tous les bébés en fait, et il y a moyen de s'extasier et de ne pas suivre les cours avec elles. Et c'est à partir d'un de ses SMS que ma supposée bonne humeur s'est envolée : « Devine quoi, j'ai un petit-ami ! Et un vrai, hein. Je l'invente pas. »
         Le taux de probabilité pour que je connaisse cette personne ? J'en sais rien, je suis nulle en maths. Après je ne dis pas que c'était pas impossible, étant donné que j'ai toujours vécu ici. Donc ça aurait pu être une connaissance de la petite école, le collège ou le lycée... L'université, même. Mais non. Ce n'était pas qu'une vague connaissance. Un de mes colocataires, même. Et si on se le demande, Francis ne trompe pas Daphné puisqu'il s'agit de Lucas. Mon Lucas. Ça nous a choqué toutes les deux, même. Elle qu'on partage la même maison et qu'elle l'ignorait et moi... Moi qu'il ne me l'ai pas dit, tiens ! Je ne lui demande pas de me rendre des comptes de chaque minute de sa journée, mais c'est quelque chose d'important. Et puis, si c'était la situation inverse, ce serait l'un des premiers à être au courant. Parce que c'est mon ami, et qu'on vit ensemble. Mais avant de réellement penser à m'énerver contre le garçon, je devais vérifier s'il n'avait pas simplement oublié d'omettre cette information à tout le monde. J'avais donc donné rendez-vous à Apolline pour qu'on mange ensemble le midi. Mais hé, surprise, devinez quoi ? Il s'est avéré qu'Apolline était apparemment au courant. Et Francis aussi, et puis si Francis savait Daphné aussi. Mais j'ai trouvé la solution au problème : je mène une double vie la nuit : je vais sauver les pandas en Asie, alors Lucas n'a juste pas eu le temps de me mettre à la page. Voilà tout, c'est de ma faute. Haha. C'est cette fois plus déçue qu'énervée que j'ai pris un des rares bus qui menait à la campagne, ignorant le fait qu'il me restait encore des cours cette après-midi.
        « Ouais, en fait ma journée avait même très bien démarrée. » Je pousse un soupir avant de me relever, le sucre en main. Ce qui est génial, c'est qu'à force de faire des fondants au chocolat (ou d'aider à en faire) je connais la recette par cœur. « Et si avec ça, je prends pas du poids... » Je dis en commençant à faire fondre le chocolat et le beurre. L'odeur a le don de me réconforter, au moins. Pour l'information, c'est un fondant pré-supposée-dispute. Je n'ai pas l'attention de crier après Lucas, mais... Bon, on ne sait jamais hein. Je ne vais pas non plus rester silencieuse et attendre qu'il me dise quelque chose, ce n'est pas mon genre. Et je vais essayer de ne pas l'agresser, parce que ce ne sont pas vraiment mes affaires non plus. « Mais sérieusement ? C'était trop dur de venir me balancer l'info comme ça, le soir ? Genre, toc toc, hey Mila ! Devine quoi, j'ai une copine, bon bah salut. Il croit quoi, lui ? Que j'allais taper une crise de la jalousie ? Pourquoi je ferais une pareille chose, hein ? Azel est adorable ! Et puis s'il pense que je l'aurai mal pris à cause de la dernière fois, ah ! Que diable. Oula, esprit es-tu là ? Mamie ? ... Flippant. Ok, Mila, il faut que tu arrêtes de parler à voix haute. Shh. » J'essaie de me concentrer sur ma préparation pour ne pas reprendre mon monologue et j'y arrive... Jusqu'à ce que j'ai dix minutes pour lécher le saladier, le temps que ça cuise. « Pourquoi ça m'énerve ? Je devrais être contente pour eux. Non, en fait, je suis contente pour eux. J'ai juste mal réagi parce qu'il ne me l'a pas dit. Mais ça ne valait pas le coup pour un fondant, hum ? Boarf, la peinture ça marchait pas de toute façon... C'est triste, la vie, heureusement que le chocolat existe tiens. »
         J'étais en train de sortir le gâteau du four lorsqu'une voiture s'est fait entendre sur la route. Un coup d'oeil par la fenêtre et je vois qu'il s'agit de Lucas. Seul, parce qu'Apolline va au cinéma avec son frère ce soir, ou quelque chose du genre. C'est fou ce qu'il a un timing parfait, celui-là. Il arrive et la bouffe est prête. « Aïe, merde. » je fais lorsque mon pouce dépasse du torchon et va se frotter contre le moule brûlant. Vous voyez comment cette journée s'empire ? Je file donc à l'évier, histoire de ne pas avoir de séquelle de cet incident (merci le secourisme hein) et je sens mon rythme cardiaque s'affoler alors que la porte d'entrée vient de claquer. Ce que je déteste le plus dans les relations humaines ? J'ai peur de blesser les gens. Mais je prends mon courage à deux mains et salue Lucas lorsqu'il arrive dans la cuisine, certainement guidé par l'odeur de chocolat. « Hey. » Quoi, c'est minable ?
        
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Jeu 24 Avr - 12:06



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux. C'est ainsi que je pourrais résumer ma vie à ce moment précis. Il n'y a rien d'extraordinaire qui se passe dans ma vie mais je pense pouvoir dire que je suis heureux, ce que je n'ai pas pu dire honnêtement depuis quelques temps. En effet, j'ai des études qui tiennent la route, un boulot où je me sens bien, je suis en colocation avec quatre personnes formidables et dernière nouveauté, j'ai une petite amie qui me comble de bonheur. Elle est tout ce que j'attendais, et espérais trouver. Elle est simple, elle ne se prend pas la tête, elle est joyeuse, elle profite simplement de la vie, malgré son jeune âge ( 21 ans, je ne suis pas pédophile non plus hein ! ) et sa petite fille qui vient à peine de voir le jour. Ca fait quelques jours que nous sommes ensemble, depuis ce fameux rendez vous au lac et tout se passe à merveille. Je passe la voir au boulot quand j'ai une pause entre mes cours, avant d'aller au boulot le soir, je lui apporte le repas, livré par son chéri c'est toujours meilleur non ? Et puis la petite Malia est adorable. Elle passe plus de temps à sourire qu'à pleurer cette petite, c'est génial. Et puis les enfants et moi ça a toujours été une grande histoire, surement parce que nos âges mentaux ne sont pas si éloignés. Je m'amuse autant qu'elle a cacher son petit zèbre en peluche je crois. Donc voilà, tout se passe pour le mieux.

Aujourd'hui, après les cours que je finis à 15h, je décide de rentrer directement à la maison, ayant peu dormi cette nuit, et préférant me reposer un peu, quitte à repartir ensuite pour retrouver Azel à la boutique. Sur le trajet, un petit truc me trotte dans la tête. J'ai prévenu Apolline pour mon couple, Francis aussi, donc Daphné par la même occasion, mais Mila n'en sait toujours rien. Pourtant j'aurais eu l'occasion de le lui dire je le sais mais j'ai eu cette retenue que je n'aurais pas du avoir. Pourquoi avec elle ? Parce que j'ai eu des sentiments pour Mila, elle m'a vraiment plu, je me voyais avec elle, mais elle a en quelques sortes tout gaché. Après notre baiser, elle a changé, elle s'est éloigné, voulant oublier ce moment de complicité que moi je ne voulais pas oublier. Mais après tout c'est moi qui ne voulais pas oublier, donc je peux lui dire que je suis en couple, ça ne devrait rien lui faire. Mais ça n'empêche pas le fait que ça sort moins facilement qu'avec les autres. Est-ce que j'aurai encore cette attirance pour elle ? Non non c'est impossible, je suis avec Azel.

C'est le moment de franchir le pas de la porte et je me rends très vite compte que la maison n'est pas vide. parce que j'ai vu les voitures ? Parce que j'ai entendu du bruit ? Non, juste parce que j'ai senti cette délicieuse odeur de gateau au chocolat que je reconnaitrai parmi cent. J'entre donc assez rapidement et bingo, Mila derrière les fourneaux avec son fondant encore fumant, tout droit sorti du four. " Salut ! T'as encore fait un fondant, c'est génial ! " Je m'approche d'elle, lui fait rapidement un bisous sur la joue avant de me retourner vers le gateau pour m'en couper une part. " Il a l'air délicieux, comme d'hab ! " Ah.. Il fallait peut-être le laisser entier ? Trop tard. C'était trop me demander. Je mets donc ma part dans une assiette, attrape une cuillière au vol et m'assoit en face d'elle sur une chaise face à notre table haute. " Comment ça va ? T'as passé une bonne journée ? "Je sais qu'il faut que je lui dise, que je lui parle, qu'elle sache par ma bouche que je suis en couple et pas par un des autres. Raison de plus de le dire assez vite car je sais que les nouvelles vont très vite ici. Mais d'abord, il faut savoir si elle va bien. Oui c'est une excuse bidon pour gagner du temps mais j'en ai besoin ...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Ven 25 Avr - 2:35

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        Je reste immobile et sceptique un bref instant. Parce que Lucas, ça fait tout pile vingt secondes qu'il est dans mon champ de vision et il a eu le temps dire bonjour, de se servir une part de gâteau et de s'installer, prêt à la manger. « Il a l'air délicieux, comme d'hab ! » Hé, gros débile, tu te souviens de la règle des fondants ? Celle que j'ai, grâce à mon génie naturel, trouvé ? Notre drapeau blanc à nous ? Et ça n'a pas fait tilt, dans ta tête ? Je me mets à sourire, amusée, avant de me souvenir que je suis censée être plus ou moins fâchée contre lui. Mais voilà, il est arrivé avec sa bonne humeur et il m'a contaminé. Le vil. J'aurai dû préparer une pancarte avant de préparer le gâteau, avec un truc du genre « ce soir, c'est ta fête, tu m'as pas dit que t'étais en couple, j't'aime plus espèce de bouclé ». Et puis, il sait taper là où ça passe. Faire des compliments sur la cuisine de Daphné, c'est devenu banal, mais sur la cuisine de Mila... Disons que c'est moins banal, comparé à d'autre (pancarte : Francis !). Mais ça fait toujours plaisir à entendre, oui oui. « Comment ça va ? T'as passé une bonne journée ? » Ah, c'est drôle qu'il me demande ça, vous ne trouvez pas ? J'ai tellement de chose à dire sur ma journée, alors qu'elle n'est même pas terminée ! J'acquiesce vaguement avant de prendre place en face de lui. Je ne prend pas encore une part du gâteau, premièrement parce que j'ai réussi à me gaver en léchant ce qui restait de la préparation dans le plat et secondement parce qu'il venait juste de sortir du four. Juste juste, et qu'il devait être brûlant. « Tu vas te brûler, à être si impatient. » Je le préviens, même, parce que je suis une personne adorable et qu'indirectement, s'il souffre ce sera de ma faute, puisque c'est moi qui ai cuisiné le gâteau.
        Je profite du temps qu'il goûte finalement mon fondant – et l'approuve – pour décider de ma stratégie pour répondre à sa question : faire comme s'il ne s'était rien passé et que je ne savais pas pour lui et Azel, ou bien lui avouer directement. Mais comme je n'ai pas vraiment l'envie d'aller droit au but, et qu'Azel a pu éventuellement le mettre au courant de notre discussion partagée pendant le cours d'histoire moderne j'ai décidé de faire un entre deux. Alors j'ai commencé comme ça, partie pour une plus ou moins longue tirade (parce que j'aime bien raconter ma vie, hum) : «  Ça va, je crois. Et ma journée... Ouais, ça aussi ça va, il me semble. Enfin, j'me suis réveillée d'une bonne nuit de sommeil, tu vois ? Et mon réveil a eu le chic de me réveiller d'un rêve étrange mais maintenant je me demande s'il était vraiment étrange parce que je ne m'en souviens plus du tout... Mais ouais, pour une fois qu'il est utile ! » Je n'argumente pas plus que cela mon propos, parce que ce n'est pas le sujet, mais on connaît tous ses rêves qui ne devraient jamais se finir... Sans forcément y inclure des éléments sexuels, bien que ce soit parfois le cas et que ce soit terriblement frustrant. Apolline serait là, on aurait le droit à ses fameuses théorie sur les rêves et le subconscient, ou quelque chose comme ça qui fait qu'on ne peut comprendre qu'une phrase sur deux. Bref, je continue. « Donc, puisque c'était à toi de conduire, j'étais de bonne humeur pour la journée. Hum, à midi j'ai mangé avec Ap'. Et puis, comme j'avais pas envie d'aller en cours cet après-midi j'ai pris le bus et je suis rentrée. Là, j'ai gribouillé un peu, et puis comme ça devenait moche j'me suis mise aux fourneaux... Et si mon seul point noir de la journée aurait pu être le cours d'histoire moderne, j'ai réussi à contourner l'obstacle en envoyant des SMS pour me distraire. SMS auquel tu n'as pas répondu, je te rappelle, ingrat. Mais c'est pas grave, j'me suis trouvée une autre copine, Azel, tu la connais ? Elle vient d'être maman, et sa fille est juste trop mignonne...  » J'essaie d'avoir un air nonchalant et de contrôler ma voix pour garder la même que celle utilisée sur tout le long du récit. Il ne faut pas que je flanche maintenant ! C'est donc avec un sourire que je conclue : « Voilà voilà, donc ouais j'ai passé une bonne journée. Et toi, c'était comment ? » avant de poser mon coude sur la table et d'appuyer ma tête contre ma main, les yeux rivés sur le visage de Lucas pour voir sa réaction. Sur l'instant, je me sens géniale, mais je sens que ça ne va pas durer... C'est pourquoi je me félicite d'avoir fait un fondant pour me consoler après, si besoin.
        
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Ven 25 Avr - 13:58



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Un fondant au chocolat et tous mes problèmes s'envolent. Il n'y a plus que ce concentré de cacao qui a de l'importance dans ma vie. Et oh, je ne suis qu'un homme de 25 ans en pleine croissance ( oui la croissance c'est fini je sais mais j'ai la même excuse depuis mes 15 ans alors bon ) qui a besoin de ravir son estomac pour se sentir bien. Un peu comme le mec dans la pub pour le café, sauf que mon café à moi c'est le chocolat. C'est moins nocif en plus il parait. Enfin bon, tout ça pour dire que chaud, froid, cuit ou pas, j'en avais envie et j'avais déjà enfourné une bouchée quand Mila me dit de faire attention. Elle n'aurait pas pu le dire avant ? Je réponds donc comme je peux, à moitié en train de me bruler " J'ai vu ! " Vous savez comme les enfants qui se rendent compte de leur bétises quand ils sont en train de la faire. 1m85 et pourtant pas très malin dans ce genre de situation, je dois bien l'avouer. Mila commence alors à raconter sa journée, récit que j'écoute tout en soufflant sur mon gâteau pour espérer le manger au plus vite. Je suis quelqu'un de très attentif aux autres, de très patient, et tout ce que vous voulez, tant qu'il y a quelque chose à manger pour m'occuper pendant que l'autre parle.

J'écoute donc patiemment Mila me raconter qu'elle a fait un rêve génial dont elle ne se souvient plus, qu'elle était contente que je conduise ce matin, qu'elle s'était ennuyé à son cours, et que du coup elle m'avait envoyé un message, message auquel je n'ai pas répondu, et donc que finalement elle a parlé à Azel. Hein ? Quoi ? Elle a parlé à Azel ? Ce prénom dans la bouche de Mila manque de me faire m'étouffer. Je tousse plusieurs, avalant de travers ma part de gateau, tentant de faire croire que ses paroles n'y sont absolument pour rien. Comment ça elle a parlé à azel ? Elles se connaissent ? Depuis quand elle se connaisse ? Et est-ce qu'Azel lui a dit pour nous ? Ou peut-être qu'elle lui a dit avoir un copain mais que Mila n'a pas fait le rapprochement. Je n'ai du coup plus le choix, il faut que je lui dise. Car oui je veux bien "oublier" de lui dire quelques trucs mais je ne me vois pas lui mentir clairement en lui disant que je ne connais pas Azel, là je serai vraiment en tord. Après m'être remis de mon petit étouffement, j'ai ce sourire niais sur le visage, ce sourire du mec gêné, ce sourire que l'on ne peut pas cacher, du moins que je n'arrive pas à cacher mais qui est tellement flagrant pour les autres. Je pose ma cuillère dans l'assiette, preuve que je vais dire quelque chose d'important, sinon jamais, je dis bien jamais, je n'aurais lacher cette cuillère et ce fondant. Comment je vais lui dire ça ? Comment je peux lui sortir ça tout naturellement ? Bien sur que je la connais, je sors avec en fait ! Non ça je peux pas. En fait on s'est rencontré le soir de la fête, tu sais le soir où je vous ai pas attendu ? Non je ne peux pas non plus. J'ai craqué sur elle quelques jours après que tu m'ais repoussé, et c'est vraiment une femme parfaite ! Non ça passerait mal aussi. Bon, il faut que je me lance sinon ce silence va vraiment devenir suspect " Ben écoute, moi aussi ça a été, rien de bien spécial depuis ce matin. Et désolé pour ton message, j'ai pas du faire gaffe j'étais en cours " Non non non c'est pas ça qu'il faut que tu lui dise Lucas, c'est pas ça. Reprends toi et craches le morceau. " Et au fait.. Je connais Azel. Plutot bien même.. On s'est rencontré il y a quelques semaines et.. en fait.. " Oui un véritable enfant qui n'ose pas avouer sa bétise. Mais bon sang, ce n'est pas une bétise, et je l'ai déjà dis aux autres, alors pourquoi est-ce que j'ai autant de mal avec elle ? " On sort ensemble depuis quelques jours.. J'ai pas eu le temps, ni l'occasion de te le dire avant mais je comptais le faire hein ! " Alors que mon regard c'était baissé pendant mes révélations, je dis cette dernière phrase en la regardant de nouveau dans les yeux, pour essayer de capter sa réaction, même minime soit elle. Je ne sais pas pourquoi mais j'appréhende sa réaction, bien plus que celles des autres. Enfin si je sais, Mila c'est Mila, c'est comme ça.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Ven 25 Avr - 19:04

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        C'est presque un certain sadisme malsain que je le regarde s'étouffer lorsque j'évoque Azel. Ça ne dure pas, parce qu'il arrive qu'au bout de l'étouffement il y a la mort et que ce serait triste s'il mourrait, alors je lui demande si ça va, inquiète et prête à me lever si besoin est. Et je ferais un très mauvais docteur ou pompier, parce que je ne bouge pas alors qu'il tousse. Peut-être lorsqu'il sera à terre, hein... Mais non, il arrive à se remettre de sa crise seul, puis affiche un sourire idiot sur son lèvres. Et il est content, en plus. Je fronce les sourcils, observe le mouvement de sa main poser la cuillère dans l'assiette. Quoi, mon fondant n'est pas bon ? Ah non, il en a mangé la moitié... Oh ! Alors, ça y est, on passe aux choses sérieuses ? C'est assez sérieux, en tout cas, pour qu'il interrompt son repas. Je sens mon sourire s'agrandir, je frétille d'impatience. Et, enfin, après ce qui me semble des heures, il prend une inspiration et la parole ensuite : « Ben écoute, moi aussi ça a été, rien de bien spécial depuis ce matin. Et désolé pour ton message, j'ai pas du faire gaffe j'étais en cours. » Mais, mais... Mais non ! Je m'en fiche, de ça moi. Enfin, si, ta journée c'est chouette s'il n'y a rien eu de mauvais dedans. Et puis pour le message, il n'y a pas mort d'homme ! Mais... Ah, la suite, merci. « Et au fait.. Je connais Azel. Plutôt bien même.. On s'est rencontré il y a quelques semaines et.. en fait.. » Et en fait, t'es qu'un sale cachottier, voilà. Crache le donc, ton morceau ! Je fais semblant d'être étonnée. En réalité, je suis à deux doigts d'éclater de rire. J'ai l'impression d'avoir Charles en face de moi, le jour où il m'a demandé des conseilles pour demander à une fille de sortir avec lui : toutes ses phrases étaient ponctuées de « ben » et « en fait ». Et en même temps, je sens mon cœur se serrer. Parce que ça fait des « semaines » qu'il la connaît, et qu'il ne m'en a jamais parlé. Je retiens un soupir, écoutant finalement la vérité qui a tant de mal à sortir : « On sort ensemble depuis quelques jours.. J'ai pas eu le temps, ni l'occasion de te le dire avant mais je comptais le faire hein ! »
        Ah ! Mais s'il comptait le faire, ça change tout. Mais le pauvre, il n'a eu ni le temps, ni l'occasion de me mettre au courant... Mais Apy et Francis, no problemo, hein-hein. Tu sais quoi ? Étouffe toi avec ton fondant. J'te boude, j'te boude, j'te boude, j'te... Je croise son regard et j'ai eu beau me répéter que je le boudais, j'ai quand même céder à ses flammes bleus et j'ai souris. « C'est pas grave. » Euh quoi ? C'est pas ça que je devais dire, en fait. Parce que là, ça sonnait comme « c'est pas grave si tu sors avec Azel » et ce n'est pas à moi de juger cette relation, non moi je dois m'en réjouir, alors je le fais : « Enfin, j'veux dire c'est bien. T'es quelqu'un de bien, tu mérites une fille comme elle. » Je m'enfonce, en plus. Je serre les lèvres pour empêcher d'autres paroles de m'échapper et choisir les prochaines avec soin, parce que là j'ai l'impression d'être jalouse. Et c'est qu'une impression, je ne suis pas jalouse. Je suis contente pour eux. CONTENTE. Cé, oh, ène, té, eu, ène, té, eu.  « Bon, ce que je voulais dire c'est : je le savais, pour Azel et toi, en fait. Depuis ce matin, même. Et je t'ai fait un gâteau parce que j'ai mal pris le fait que tu me l'ai pas dit, alors que les autres sont au courant. Mais c'est pas grave, la prochaine fois, tu nous envoies tous un mail. Enfin, j'espère pour toi qu'il n'y aura pas de prochaine fois, disons dès que Polline ou moi on se trouve quelqu'un. Je t'enverrai un mail, comme ça tu n'auras pas l'occasion de t'énerver après moi tout un après-midi et d'essayer de m'intoxiquer avec un fondant. C'est pas grave, je suis contente pour toi, Azel est géniale. » Je pense à respirer, parce que je perds ma voix vers la fin. Ou bien c'est parce que mon cœur se serre ? Non, non. Chut. Je souris. Et pour me distraire, je vais me couper un morceau de gâteau.
        Puis me vient à l'esprit qu'Azel n'est pas juste une fille adorable et talentueuse, mais que c'est aussi une jeune maman... Et mon esprit fait le rapprochement avec Lucas. Lucas, avec un bébé dans les bras. Ça, je crois que je n'y aurais jamais pensé. « Est-ce que ça fait de toi un beau-papa ? » Et puis, toutes les questions qui s'en suivent : est-ce qu'il va déménager ? Ou est-ce que la coloc' va s'agrandir ? Et à l'avenir, comment ça va se passer ? Tout est trop nouveau et flou pour ma santé mentale, alors je me rassieds, un peu sous le choc. Heureusement, le chocolat est mon troisième meilleur ami, mais s'il continue il peut avoir la place numéro une.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Ven 25 Avr - 21:38



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Je viens de lui apprendre que je suis en couple, donc couple qui signifie bonheur dans mon langage et le premier truc qu'elle trouve à me dire c'est que ce n'est pas grave. Comment je dois prendre ça moi ? Comment ça c'est pas grave ? Pas grave que je ne lui ai pas dit ou pas grave que je sois en couple ? En quoi ça serait grave que je sois en couple ? Je suis libre et célibataire non ? Après tout c'est elle qui n'a pas voulu de moi, je ne vais pas me priver indéfiniment pour ses beaux yeux, aussi irrésistibles soient ils. On dit souvent qu'un homme, ou une femme d'ailleurs, est plus attirant quand il est en couple, c'est vrai ? C'est peut-être pour ça qu'elle dit ça. Quand j'étais seul elle me voyait seulement comme un gamin mais là en couple avec une jeune maman, elle réalise peut-être que je peux être sérieux et elle regrette. Mais pourquoi je me mets à penser à tout ça ? C'est comme si j'espérais que ça soit le cas, alors que non pas du tout, je ne veux pas la rendre jalouse, je ne veux pas lui prouver qu'elle s'est trompé sur moi, je ne veux pas lui faire regretter ce qu'elle a fait, non pas du tout. Ou alors juste un peu, tout petit peu. Enfin bon, elle se reprend assez vite en disant que je suis quelqu'un de bien et que je mérite quelqu'un de bien, comme Azel. Autrement dit, pas comme moi ? Non non je me fais des films là. Stop imagination de Lucas, arrêtes ça. " Ben merci.. " Que dire de plus en même temps ?

Ah ben là je vais savoir quoi dire de plus, enfin non je sais encore moins en fait. Elle savait déjà tout. Elle attendait juste que ça sorte de ma bouche c'est ça ? Elle voulait voir comment j'allais lui dire, combien de temps j'allais mettre , c'est un peu sadique sur les bords non ? Mais c'est quelle a l'air vraiment vexée en plus. Vexée que je ne lui ai rien dit ou vexée que je l'ai " oublié " ? Si je commence à vouloir comprendre les femmes, j'ai pas fini de me torturer le cerveau, alors autant laisser tomber de suite. Je reste quelques secondes bouche bée, ne sachant pas trop comment lui répondre. Elle m'a vraiment pris de court là. " Ah, c'était donc pour ça cette petite attention. " J'ai toujours aimé cette règle du fondant au chocolat, même si j'oublie toujours que c'est une règle. " Mais j'ai l'impression que tu m'en veux toujours.. Ouais je l'ai dis aux autres parce que.. je sais pas, parce que l'occasion s'est présenté alors que toi non. Et puis " Toi c'est toi, je t'ai aimé et je peux pas te dire aussi facilement que je sors avec une autre. Non ça Lucky tu oublies, tu peux pas lui dire. " Et puis je sais pas c'est pas venu c'est tout ! Tu le sais maintenant, tu le sais même plutot deux fois qu'une, alors y'a aucun problème " Maladroit, je suis tellement maladroit, ça en devient pathétique, mais c'est incontrolable.

Moi beau papa ? Ah oui c'est vrai. J'avais bien sur réaliser la situation, mais je n'avais jamais mis un titre sur ce nouveau role que j'avais avec la petite Malia, même si ça ne change pas grand chose d'avoir le nom ou pas. " En quelques sortes ouais ! Elle est adorable sa fille de toute façon, c'est vraiment pas un problème de la garder. " Je marque un petit temps de pause avant de reprendre, essayant de retrouver le regard de Mila " Comme quoi je peux aussi avoir des responsabilités ! " Même si tu en doutais " D'ailleurs tu crois que ça gênerait si elles passaient des fois, toutes les deux, à la maison ? parce que c'est un peu compliqué chez elle pour l'instant donc.. " Je n'ai pas envie de m'étaler à lui expliquer qu'elle vit avec le père de sa fille, père qui est son meilleur ami de qui elle était follement amoureuse, etc etc. Et puis si ça se trouve elle le sait déjà. Est-ce que j'essaye de lui faire comprendre que c'est du sérieux avec Azel ? Peut-être bien...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Sam 26 Avr - 3:51

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        « Mais j'ai l'impression que tu m'en veux toujours... »  Mais non, j'viens de décider que non. « Lucas... » je commence, mais il m'interrompt et continue : « Ouais, je l'ai dis aux autres parce que... je sais pas, parce que l'occasion s'est présentée alors que toi non. Et puis. » Et puis... ? Et puis quoi ? Et puis, et puis ? L'occasion ne s'est pas présentée pour moi parce que je compte pas assez, c'est ça ? Pour ce qui s'est passé ? On est encore dessus ? Je ne suis plus une assez bonne amie pour lui pour avoir le droit d'être à la page dans ses relations maintenant ? J'attends la suite, et j'ai l'impression qu'il prend deux cents ans pour finir sa phrase. « Et puis je sais pas c'est pas venu c'est tout ! Tu le sais, maintenant, même plutôt deux fois qu'une, alors y'a aucun problème. » Hum. Ouais, en fait je ne la voulais pas de sa fin de phrase. Il pouvait se la garder, je m'en passais très bien. Parce qu'il est un peu de mauvaise fois, là, le bouclé. C'est un peu comme s'il rejetait la faute sur moi... D'un côté, on est peut-être en tord tous les deux : lui pour ne pas m'avoir livré ses plus profonds secrets et moi pour le pousser à le faire avec un fondant. Mais comme c'est mon point de vue, c'est moi qui décide et c'est moi la victime. Et moi je dis que s'il m'avait dit de suite qu'il sortait avec Azel, comme il l'a fait avec les copains, tout ce serait bien passé et on aurait même pu faire un truc sympa et pas bizarre du tout genre un dîner tous ensemble, pour nous la « présenter » officiellement. Mais bon, « c'est pas venu c'est tout » alors je ne cherche pas à argumenter plus que cela, et me concentre sur le fondant, le défiant du regard.
        Parce qu'outre cette part de satisfaction du chasseur face à sa proie, c'est un excellent moyen pour que je me concentre et garde un air plutôt neutre dans la conversation. J'ignore pourquoi ça me chamboule autant, en plus. Pas le fait qu'il soit en couple, non ça j'ai dit que j'étais contente pour lui, mais probablement le fait qu'il va s'occuper d'un bébé. Un bébé. Et ça a l'air de lui faire plaisir, en plus : « En quelque sorte, ouais ! Elle est adorable sa fille de toute façon, c'est vraiment pas un problème de la garder. » Oui, enfin Lucas elle a une semaine hein. Attends donc qu'elle fasse ses dents, qu'on lui apprenne à marcher, puis à aller sur le pot, puis l'école, et après les premiers amours d'enfants, et ensuite d'adolescent et les garçons (ou les filles) et les hormones et bref, la vie quoi... « Comme quoi je peux aussi avoir des responsabilités ! » Et tu m'en vois la première étonnée. J'esquisse un sourire devant sa niaiserie : oui, pour l'instant tout va bien. Mais il ne faut pas non plus oublier qu'un bébé grandit, et que Malia a un père et qu'aux dernières nouvelles il est présent dans la vie de l'enfant... Et j'ai vu assez de séries TV pour savoir que ce n'est pas toujours très chaleureux, cette sorte de cohabitation pour le rôle de paternel. «  D'ailleurs tu crois que ça gênerait si elles passaient des fois, toutes les deux, à la maison ? parce que c'est un peu compliqué chez elle pour l'instant donc... » Donc la coloc' va s'agrandir. Occasionnellement. Je sens une certaine joie à l'idée, et en même temps non pas du tout. Parce que j'adore Azel, et j'adorerai très certainement sans problème Malia. Mais notre maison, c'est pas Narnia non plus... Ou le Tardis, c'est pas bigger on the inside. Et on peut éventuellement être à l'étroit. Et un bébé dans une maison d'étudiants... Et un couple supplémentaire pour la cohabitation, ça veut dire plus de personnes pour se lécher la pomme et nous rendre triste, nous éternelles âmes éperdues, Apolline et moi. Mais bon, pourquoi pas ? C'est pas comme si j'étais en mesure de dire non, de toute façon. Et puis, si Lucas a besoin d'héberger sa copine occasionnellement, et bien qu'il le fasse. « Il faudra demander l'accord de tous le monde, mais je ne pense pas qu'il y ait de problèmes... Au pire, on s'arrangera et au pire du pire, vous pourrez pensez à vous installer ensembles ?! » Affirmation ou interrogation, je ne sais pas. Mais si c'est du sérieux, comme il me semble l'être, ils en arriveront éventuellement à ce choix d'habiter ensembles, et il faudra bien que je me fasse à cette idée. En attendant, je commence à manger ma part de gâteau, maintenant tiède.
        
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Lun 28 Avr - 18:20



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Elle ne m'a pas interrompu une seule fois pendant mon petit ( long ) monologue. Elle n'a rien dit, elle a juste écouter, changeant de mimiques un bon nombre de fois, tantôt souriante, tantôt surprise, tantôt énervée, vexée peut-être. J'attends avec impatience sa réponse, ce qu'elle a à me dire, à répondre. Qu'elle s'énerve, qu'elle dise quelque chose qui montre vraiment ce qu'elle pense. Une réaction quoi. Certes c'était maintenant il y a quelques mois mais on s'est embrassé et je peux vous assurer que ce n'était pas un baiser sans signification. Il signifiait quelque chose ce baiser. Et pourtant, jamais elle n'a voulu en reparler. Et là, sans qu'on est pu mettre les choses au clair, je me mets en couple et elle n'a toujours aucune réaction à part l'accueillir à bras ouverts ? Certes c'est génial, ça va me faciliter la vie mais en même temps je réalise que pour elle ça ne voulait peut-être rien dire du tout. Et même si ça ne devrait pas parce que maintenant j'ai Azel, ça me touche quand même. J'ai Azel mais elle ça restera Mila, et Mila ça ne sera jamais Apolline ou Daphné, c'est Mila c'est comme ça. Et non je ne suis toujours pas capable d'être plus clair dans mes explications. Je me comprends, et jusqu'à aujourd'hui je voulais me convaincre qu'elle comprenait aussi mais non. Dans sa tête, Lucas c'est comme Francis, Francis c'est comme Lucas. Deux colocs, deux meilleurs amis, deux cousins. Quoi ? Il y a une différence entre les deux ? Ouais un mange plus que l'autre la nuit mais c'est tout. Je tente de cacher comme je peux ma déception et lui rétorque " Hé doucement, ça fait que quelques jours qu'on est ensemble. Tu veux absolument me virer d'ici c'est ça ? Ou tu veux déjà qu'elle soit tout le temps ici ? Elle et sa fille ? "qu'elle ne réagisse pas, ça m'embetait déjà mais bon, admettons. Mais là en plus elle me pousse carrément à vivre quelque chose de sérieux avec elle, quitte à partir de la coloc pour m'installer avec elle. Cette discussion me met une drôle de boule dans le ventre, boule qui ne devrait pas être présente, encore moins face à un fondant au chocolat. Pour la peine, je me ressers une part, tout en disant à Mila " On va déjà voir comme ça se passe quand elles sont de passage ici, parce que ça va forcément arriver et après on verra ! " Je pensais vivre quelque chose sans prise de tête avec Azel, quelque chose d'honnete, sans que ça soit forcément sérieux et je compte bien gérer cette relation comme je le veux, et comme Azel le veut bien sur, mais pas comme Mila l'entend. " Au fait, toujours aussi bon ton fondant ! " Et je sens que je risque d'en manger assez souvent si Azel vient passer ses journées et/ou nuit ici, parce que les tensions risquent d'apparaitre. A suivre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Mer 30 Avr - 3:03

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        Aller Mila, étouffe-toi avec ton fondant, ce sera peut-être moins douloureux. En plus, mon fondant il est même pas bon, il me laisse un goût amer dans la bouche. Ugh, j'ai une triste vie moi. Enfin, non. Non, mais pourquoi je dis ça ? Je n'ai pas une triste vie : tout le monde il est heureux donc JE suis heureuse. « Tu veux absolument me virer d'ici c'est ça ? » Je ris nerveusement. Parce que, ouais, peut-être. « Ou tu veux déjà qu'elle soit tout le temps ici ? Elle et sa fille ? » Là, il me fait carrément rire... C'est de l'humour, pas vrai ? Son humour pourri ? Qu'il me rassure. « N'abusons pas ! » Je fais avec un petit sourire. Parce que même si j'adore Azel, je ne suis pas certaine de vouloir vivre avec un bébé H24... Surtout que les examens de fin d'année approchent à grands pas. Et puis est-ce que je pourrais voir Lucas aux petits soins pour les deux nouvelles arrivantes ? Je ne suis pas certaine. Au pire, je pourrais prendre l'excuse des cours pour emménager chez mon père un certain temps... Le temps que quoi, ça passe ? Que ça devienne sérieux entre eux et qu'ils dégagent ? Non c'est idiot. Mais d'un autre côté, la fuite a toujours été ma solution préférée, non ? Une chose est sûre c'est que je n'irais pas chez ma mère, ou que si j'y suis obligée : elle est beaucoup trop oppressive, son mari se sent obligé d'être un deuxième et Charles passe des heures enfermé dans sa chambre. Mon père sera de bien meilleure compagnie.
        « Et après on verra... » Je répète, malgré moi. Mon âge mental a du redescendre au niveau cinq ans, si je prends en compte mon soudain énervement et cette jalousie malsaine qui m'est apparue. Ou alors je vais être malade, ce qui est fort possible parce que ce dont j'ai le plus envie c'est d'aller m'allonger sur mon lit et d'écouter The Lumineers et Imagine Dragons en boucle, jusqu'à ce que mort s'en suive. Bref, je me reprends : « Mais ça ira bien, je suis sûre. Parce que vous êtes deux personnes adorables, donc. » Donc il n'y a pas de raison que ça n'aille pas bien ? Hum, à méditer.  « Au fait, toujours aussi bon ton fondant ! » J'acquiesce, oui, parle pour toi qui te ressers une deuxième part. Moi je le trouve... Trop chocolaté. « Laisse-en aux autres, veux-tu ? » Je lui demande avec un faux ton pour le réprimander. Mon meilleur ami est un estomac sur pâtes et ça me fascine toujours.
        Je sens le blanc arriver. Et pour le meubler, je vais demander comment il a rencontré Azel, ou comment ils se sont mis ensembles, ou un truc du genre qui se terminera en éloge de la couturière et... Et bah j'ai pas envie d'entendre ce genre de choses quoi. Alors pour ne pas commettre l'erreur, je cherche l'excuse bidon qui tiendra la route. Ah ! Merci mon cerveau rapide. « Bon... » Je commence avec un soupir. « Il faut que j'aille bosser la guerre du Vietnam moi. » Ce qui est d'ailleurs la vérité, mais comme elle ne m'enchante pas du tout elle se réalisera au dernier moment... Pas tout de suite quoi. Mais c'est donc un semi-mensonge et je me sens moins mal ? Je me lève, vais jeter mon reste de gâteau dans la poubelle puis je pose mon assiette dans l'évier et je me tourne vers Lucas. Hum. Je sais pas, je peux avoir un câlin ou c'est chose interdite ? Je me rapproche de lui, un peu hésitante avant de finalement ouvrir mes bras lorsqu'il se tourne vers moi pour les passer derrière son dos pour le serrer. Je regarde fixement l'heure inscrite sur le four pendant ce laps de temps, pour empêcher mes pensées de partir en vrac... J'aurais peut-être pas dû faire ça.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Mer 30 Avr - 11:51



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Certes je n'avais pas vraiment prévu qu'elle apprenne l'existence de mon couple de cette façon mais au moins c'est fait, elle le sait,les choses sont mises au clair. Enfin plus ou moins. Mais concernant Azel c'est clair et c'est déjà ça. Un truc de moins à gérer avec cette artiste. Elle a même l'air contente pour moi à l'entendre parler. D'après elle, avec Azel on est même deux personnes adorables, donc il n'y a pas de raison que ça ne marche pas. Ca ne fait pas un peu surjoué quand même ? J'ai l'impression qu'elle se projette plus loin que moi, alors que ça reste mon couple. C'est comme si je venais de lui annoncer mes fiancailles, alors que je viens juste de lui apprendre que je sors avec une fille depuis trois jours. Là où Daphné et Appoline étaient simplement contentes pour moi,Mila semble avoir ce besoin d'en faire des caisses. C'est bon j'ai compris que t'es contente de t'être débarrassé de moi, pas la peine de me faire un dessin. Je souris donc simplement à sa remarque, acquiessant de la tête. Oui on est adorable, oui c'est parfait et oui tout se passe bien. Elle prend ensuite son faux air sérieux pour me dire de laisser du fondant aux autres. Quoi ? Laisser du fondant ? Comprends pas. " Ils avaient qu'à être là ! Et puis t'as quelque chose à régler avec eux aussi ? " Non parce que le fondant c'est pour régler les disputes, point barre. Je ne suis donc pas vraiment décidé à partager. D'instinct je suis un garçon très généreux, je donne de mon temps, de ma personne, de l'argent à des amis qui en ont besoin, des conseils et tout ce que vous voulez, mais je n'y peux rien moi si mon estomac n'est pas aussi partageur que moi !

Elle lance alors qu'elle doit aller réviser son cours d'histoire. Elle doit vraiment réviser ou elle cherche juste à s'éloigner de moi ? Oh c'est trop compliqué les femmes, il vaut mieux que je ne cherche pas trop à comprendre et que je crois tout simplement sa version. " Si t'as besoin d'aide, tu sais où me trouver ! Ho Chi Minh et tout je gère ! C'est bien Ho Chi Minh hein ? "Quoi ? L'embrouille est passé non ? Et puis le fondant aussi est bien passé. Il n'y a donc plus de raison d'être froid ou distant n'est ce pas ? Elle me laisse d'ailleurs à peine finir ma phrase et s'approche de moi, écartant ses petits bras. Je lui souris et tout en restant assis sur la chaise, je l'attire dans mes bras. Assis à ce niveau, nous faisons pratiquement la même taille, ce qui n'est pas vraiment le cas quand je suis debout. Mes mains se croisent dans son dos pendant que je la serre contre moi. Ca faisait longtemps dis donc, ça manque. Est-ce que ça va enfin redevenir comme avant ? peut-être que maintenant elle se dit que je l'ai complètement oublier et donc qu'elle peut redevenir comme avant sans risquer de me blesser. J'espère en tout cas. Je veux retrouver cette relation qu'on avait avant que tout change.Après plusieurs secondes, longues secondes, voir minutes je ne sais même pas combien de temps ça a duré, je me recule un peu de son étreinte et lui fais un bisous sur la joue, lui souriant après celui ci. Ma Mila, ça restera ma Mila. " Allez vas bosser Picasso. Et que je ne te retrouve pas en train de faire des montagnes au lieu de réviser ta guerre hein. Je viendrai vérifier ! " Comme si c'était moi la personne responsable dans le groupe. Mais au moins ça détend un peu l'atmosphère, et ça lui montre que je reste làpour elle, malgré mon couple. Nos regards se croisent, enfin plus que se croiser, ils sont plongés un dans l'autre, un certain temps d'ailleurs. Je la regarde et lui souris, attendant sa réponse, sans détourner les yeu.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Ven 2 Mai - 3:10

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        J'esquisse un sourire, amusée. Ouais, Ho Chi Minh et tout. Mais je ne suis pas certaine qu'il gère aussi bien qu'il le pense, alors je pense que je vais quand même éviter de venir demander son aide... Et puis j'ai décidé de ne pas me plonger dans la Vietnam de suite de suite, donc ce ne sera pas forcément nécessaire. Et après je me retrouve dans les bras du garçon, à observer l'heure sur le four. J'ai l'impression d'être revenue à cet avant, et que tout allait bien aller à partir de maintenant. Mais d'un autre côté, ce n'était peut-être pas le moment de revenir comme avant. Parce que c'était simple, avant, et peut-être un brin ambiguë, et maintenant qu'il avait une copine... Hum, non, je ne suis pas convaincue. Bref, Lucas met fin à l'étreinte en se reculant, puis il m'embrasse la joue et un sourire s'affiche sur mes lèvres. Mais malgré ça, mes mains restent sur ses épaules et les siennes derrières mon dos. « Allez vas bosser Picasso. Et que je ne te retrouve pas en train de faire des montagnes au lieu de réviser ta guerre hein. Je viendrai vérifier ! » Bah voyons. Il se prend pour qui, le bouclé ? Pour mon paternel ? C'est tellement pas... Lui ? Après, je ne dis pas qu'il n'est pas sérieux, mais... Lucas c'est le genre de personne capable de faire une partie de foot – sur la console ou en vrai –  toutes les cinq minutes alors qu'il est censé réviser. Moi, en tout cas, j'ai hâte de voir ce qu'il va donner une fois qu'il sera diplômé et qu'il défendra de gentils petits enfants... Mais bref, là je digresse mentalement, et mon meilleur ami attend ma réponse, ses yeux plantés dans les miens. Ça fait peur quand il fait ça, surtout qu'il sourit en plus... Ajoutez à ça notre proximité et vous pourrez comprendre l'idée qui trotte dans un coin de mon cerveau, à savoir que si je pouvais, je l'embrasserai. Mais c'est ça le truc : je ne peux pas. Alors je fronce un sourcil et me décide à – enfin – prendre la parole.
        « T'es trop débile, c'est pas mon genre. » Quoi, tout ça pour ça ? Hé, j'ai pas eu beaucoup de moyen pour réfléchir à une réponse correcte, je vous rappelle qu'il a des yeux bleus trop méga perturbants et une tête bissextile. C'est troublant. Mais ce qui est bien, c'est que j'ai le don de me faire rire. Parce qu'il a parfaitement raison : même si je m'efforce à être la plus sérieuse possible pour bosser mes cours, un phénomène inexpliqué arrive et il y a toujours un dessin quelque part qui traîne : que ce soit sur une feuille de cours ou mon carnet de croquis. Ma théorie c'est qu'un esprit me possède lorsque je suis trop concentrée, mais même Apolline ne veut pas me suivre sur cette piste. Peu importe, là, c'est le moment où je quitte la cuisine pour aller faire semblant d'être sérieuse dans ma chambre, alors... « Bon, j'y vais. Amuse-toi bien à faire je ne sais quoi, hum... Ouais, non, j'en sais rien. » Je fais avec un léger rire, parce que j'ai beau essayé de me remémorer notre précédente conversation il ne me semble pas que Lucas m'est éclaircie sur ses projets d'activités pour la suite de l'après-midi. A part manger, s'entend. Finalement – un peu tardivement certainement – je m'écarte de mon meilleur ami et quitte la pièce... Pour y revenir à peine une minute plus tard, quand mes yeux se sont posés sur le paquet de tartelettes à la fraise vide qui trônait sur mon bureau dans ma chambre. Fort heureusement, on ne manque jamais de ce genre à la maison. « Je ne fais que passer, je m'approvisionne ! » Je préviens avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit et m'accuse de ne pas travailler.
        
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Sam 3 Mai - 19:00



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

C'est pas son genre ? Et peindre des montagnes sur son mur à quatre heures du mat c'est pas son genre non plus ? Non non je ne suis pas débile, je la connais, je sais très bien qu'il va y avoir des dessins de tous les cotés et que si vraiment ce cours ne l'inspire pas elle va se mettre à faire des dessins grandeurs natures sur le premier support qu'elle trouve que ça soit une feuille, une toile, ou un mur. Je lâche seulement un petit rire à sa remarque, lui montrant que je ne la crois absolument pas mais qu'en même temps ce n'est pas la peine de la contredire parce qu'elle n'assumera pas. Et oui, je passerai la voir dans l'après midi, si je ne décide pas de sortir. D'ailleurs c'est pas bête comme idée ça, qu'est ce que je vais faire ? Je ne vais pas aller déranger Azel maintenant, je ne vais pas non plus aller rejoindre Louys au terrain, il n'y sera surement pas et puis je n'ai même pas le courage de ressortir en fait. je vais surement aller me mettre tranquillement sur mon lit pour regarder un film et après on verra. Une pause s'impose ( youhou ça rime ) " Amuses toi bien aussi ! " lançais je avec un petit air joueur, mon petit air joueur. Comme si elle allait s'amuser à réviser.

Elle remonte donc dans sa chambre, me laissant seul dans la cuisine, seul avec son fondant, c'est dangereux tout ça. Enfin surtout pour le fondant. Je m'occupe d'abord de finir la part que j'ai dans l'assiette, et avant même que j'ai pu finir quoi que ce soit j'entend des pas dans les escaliers. Là voilà déjà. Elle est motivée pour ses révisions je sens aujourd'hui ! Elle s'approvisionne ? Et après c'est moi le ventre sur pattes ? Non mais n'importe quoi, je ne suis pas le seul estomac vivant ici ! " Pas touche aux petits écoliers au chocolat au lait, ils sont à moi ! "  Et le pire c'est que je ne rigole pas. Elle s'approvisionne avec ses gateaux de filles mais elle touche pas les miens. Les gateaux de filles ? ouais vous savez les gateaux aux fruits et aux céréales, les gateaux pour se déculpabiliser de manger quoi. Après qu'elle ait choisi son encas, et que j'ai donc pu vérifier discrètement, chacun rejoint sa chambre, vacant à ses occupations. Et puis une fois devant ma pile de cours, je me rappelle que j'avais une sorte de mini thèse, plutot une dissertation à faire et à pouvoir débattre concernant les artistes qui ont eu affaire à la justice, la censure et tout ce bazar là. Sauf pour moi et l'art vous savez.. Je suis bon pour donner mon avis mais sinon. D'où l'avantage d'avoir une colocataire aussi diversifié. Oh je suis sur qu'elle n'avait pas envie de bosser sa guerre du Vietnam. Je descend donc dans la chambre de Mila, toque à la porte, avant de rentrer, sans vraiment attendre de réponses. Je prends un petit air gêné, comme les enfants qui viennent demander quelque chose " Dis, t'y connais quelque chose aux artistes qui ont subit la censure ou un truc du genre ? Enfin moi je connais Baudelaire mais je vais pas faire une thèse qu'avec ça quoi.. Et d'ailleurs tu bossais déjà ou pas encore ? " Je demande mais en la voyant assise sur sa chaise, le bureau vierge de toute trace de fiche de cours, je doute que sa motivation était au plus haut. je rentre donc et m'assois, m'allonge presque sur son lit, attendant sa réponse. Oui oui je fais comme chez moi, tout comme elle fait comme chez elle dans ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Jeu 8 Mai - 20:05

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        « Pas touche aux petits écoliers au chocolat au lait, ils sont à moi !
- Je sais mon lapin, je sais ! » J'ai répondu en riant alors qu'il osait vérifier que je ne lui piquait pas ses précieux gâteaux. Si vous voulez mon avis, on est tous un peu toqué dans notre coloc : chacun à ses gâteaux préférés et les autres ne doivent les prendre sous aucun prétexte... Et on a des tas d'autres habitudes dans ce genre, si bien que les gens sont choqués lorsqu'ils viennent à la maison. Et bref, c'est ensemble que nous mentons les escaliers pour rejoindre nos chambres. La porte fermée derrière moi, je me retrouve comme une idiote, mes tartelettes à la fraise dans la main : que faire ? A part grossir ? Vietnam, dessin, ordinateur ? Sieste ? Non, pas sieste. Et pas Vietnam non plus. Pique-nique-douille ? Je m'assieds sur la chaise de mon bureau rangé, le défiant du regard. Allez, vas-y, dis-moi. Moi. Je pousse un soupir, me trouvant un peu idiote, et puis j'ouvre mon tiroir à bazar : là où je mets tous mes dessins, achevés ou non. Je fouille un peu mais rien ne me fait envie : que ce soit mes essais médiocres de visages ou mes forêts. Alors je referme le tiroir et m'apprête à allumer mon ordinateur pour ne rien faire – ou me perdre dans des blogs de gens qui savent vraiment dessiner – lorsque des coups sont frappés à ma porte, me faisant sursauter au passage. Je l'avais pas vu venir, celui-là. Et puis, il ne peux s'agir que de Lucas, c'est le seul à la maison. Mon meilleur ami n'attend pas mon accord pour rentrer et je vois sa tête passer par la porte, avec son air idiot sur le visage. Air idiot qui m'arrache un sourire avant qu'il ne prenne la parole.
        « Dis, t'y connais quelque chose aux artistes qui ont subit la censure ou un truc du genre ? Enfin moi je connais Baudelaire mais je vais pas faire une thèse qu'avec ça quoi.. Et d'ailleurs tu bossais déjà ou pas encore ? » Je fronce les sourcils alors qu'il rentre dans ma chambre, sans vraiment attendre la réponse ou quoi que ce soit. Hé, les copains, c'est pas parce que je dessine que je connais tout de mes prédécesseurs hein. Mais heureusement pour lui, je suis aussi une historienne. En attendant, je hausse les épaules pour répondre à sa dernière question. « Bien évidemment que je travaillais : je me faisais juste un plan mental de tout ce que j'avais à faire. » Ouais ouais ouais. Tu comptais surtout glander. Heureusement pour moi, Lucas n'est pas encore télépathe, que je sache. Quoi que... Lucas ? Tu m'entends ? Si oui, je te jure que je ne le dirais à personne, mais hoche la tête... Bouge ta main ? Cligne des yeux. Merde, il a cligné des yeux. Mais c'est normal, c'est humain ça. Hum, tu reçois un signal sur trois ou tu n'es pas télépathe ? Lucas ? Voyant qu'il ne réagit pas je souris : c'est bon, il est pas télépathe. En attendant, il doit certainement me prendre pour une folle. Enfin, pas plus que d'habitude. « Ah oui, pardon, alors, hum... » Je fais, histoire de me reprendre un peu. Il voulait quoi déjà ? « C'était quoi la question ? Baudelaire a fait une thèse ? » Je l'ignorais, en tout cas. Mais bon, pourquoi pas après tout ? Il répète sa question, étant donné que je n'ai rien capté. Mais si, j'ai capté ! C'est juste que j'ai été distraite entre temps, ça m'arrive... Bref.
        « Aaaaaaah. Ah, bah oui, ça a plus de sens en fait. Hum... Laisse moi réfléchir. » Je dis, avec un faux air mystérieux avant de fermer les yeux pour me concentrer plus rapidement. Ouais, j'ai piqué cette technique à Sherlock (Benedict... Non, c'est pas le moment de penser à ça) et c'est fou ce que ça marche bien... Quoi que, là je m'égare un peu. Donc. Des artistes qui ont subit la censure. Et pas Baudelaire. Oh, bah, facile. « Tu devrais regarder du côté des guerres mondiales. Genre la résistance dans les arts. Ou bien du côté des totalitarismes, genre le nazisme où il y avait un art officiel... Bon, l'autre était pas complètement censuré non plus mais ouais. Et puis sinon, aux Etats-Unis, dans ta terre d'origine il y a bien l'esclavage et la ségrégation ou il doit y avoir moyen... Non ? » Je demande avec un sourire. Hé, c'est sa terre d'origine, c'est lui qui doit avoir la science infuse là-dessus.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Lun 19 Mai - 22:36



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Les études ne sont pas vraiment une grande passion pour moi mais bon il faut bien en faire, parait-il qu'on réussit mieux avec. Même si je suis de moins en moins convaincu de celà. Mais bon, mon père était de l'ancienne école, le genre d'homme qui veut voir son fils réussir, son fils briller, son fils être le meilleur et être un médecin, avocat, juge, chercheur ou philosophe reconnu dans le pays entier. Vous voyez le genre ? Du coup, à son décès, je ne pouvais pas faire autrement qu'honorer sa volonté et me lancer à corps perdu dans le droit. Si ça ne tenait qu'à moi je me serai peut-être lancé en médecine mais je vous avoue que les sciences et moi on n'a jamais été vraiment copains... Du coup le droit c'était une bonne alternative ! Alternative obligatoire dans mon cas. Enfin bon, tout ça pour dire que je débarque dans la chambre de Mila, mes feuilles dans les bras, avec une motivation à moins 12 sur une échelle de 10. A peu près. Et je comprends très vite que la motivation de ma chère colocataire ne se trouve pas beaucoup plus haut. Un plan mental de ce qu'elle a à faire ? Elle n'a pas trouvé plus bidon comme excuse ? Non mais qui y croit encore à ce plan mental ? Faites le croire à vos parents, mais pas à un étudiant. On sait tous que ça nous sert juste de merveilleuses excuses pour partir loin dans nos pensées. Je me contente de sourire, la laissant croire que je rentre dans son mensonge les yeux fermés et attend la réponse à ma question. La réponse. Oui Mila j'attends la réponse. Allez tu peux le faire. A une question, il y a toujours une réponse. Et elle espère me faire croire qu'elle a la tête à bosser alors qu'elle a déjà oublier ma question ? Je lache un petit rire à sa question qui est en fait un mix de ma phrase, avant de reformuler " Non... Je te demandais si tu sais si des artistes ont été censurés, HORMIS Baudelaire, parce que je dois faire une thèse là dessus. " C'est mieux non ? Elle a du comprendre là. Du moins je pense..

Et effectivement elle a compris. Elle est juste un peu à coté de la plaque mais elle n'en reste pas moins intelligente. Et la voilà parti dans tout un monologue sur les artistes maudits, censurés, pendant les guerres, etc etc etc... Oui je crois que j'ai décroché au bout de trois mots. Vous croyez que si j'acquiesse et souris elle va pensé que je l'ai écouté jusqu'à la fin ? Ca vaut le coup d'essayer non ? " Ah .. Ouais.. J'avais pas pensé à tout ça ! Je m'y mettrais.. plus tard ! Faudra que tu me repètes tout ça pour que je puisse noter par contre " Oui je ne suis pas très convaincant, mais tant pis. " Et oh, tu connais tout le code civil du Canada toi ? Chacun son domaine Picasso ! " lançais je en rigolant. Effectivement, moi c'est le droit, elle c'est l'art. On ne mélange pas les torchons et les serviettes. Posé sur son lit, je m'étale petit à petit jusqu'à finir totalement allongé, la tête au niveau de son étagère de dvd. " Hé t'as plein de trucs que j'ai pas vu là ! On se fait un film ? Ca t'aidera à faire ton plan mental, parole de Simba ! " Crédibilité ? A moins 12 aussi. J'ai à peine oublié que j'étais là pour bosser aussi. Mais encore une fois tant pis. Les enfants sont très vite distraits et on ne leur en veut pas non ? Alors imaginez que j'ai un mètre de moins dans les jambes et ça passera niquel.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Jeu 29 Mai - 20:20

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        « Ah .. Ouais.. J'avais pas pensé à tout ça ! Je m'y mettrais.. plus tard ! Faudra que tu me répètes tout ça pour que je puisse noter par contre. » Oui, bon bah dis le clairement que tu ne m'as pas écouté, c'est pas grave hein. Je lève les yeux au ciel pour lui montrer que je ne suis pas convaincue avant de me mettre à sourire devant sa réponse : oui, il connait le code civil du Canada, et peut-être même un peu celui des Etats-Unis, et alors ? S'il aime bien se torturer le cerveau c'est son problème hein. Je ne peux rien faire pour lui, là dessus. Et comme il l'a dit, il s'y mettra plus tard et s'étale sur mon lit. Hum. Mon lit + Lucas = mauvaise équation. Je crois. « Hé t'as plein de trucs que j'ai pas vu là ! On se fait un film ? Ça t'aidera à faire ton plan mental, parole de Simba ! 
- Ahah. » Je réponds, sceptique. Laisse moi rire, juste un petit peu. Heureusement qu'il était venu me voir pour bosser, et heureusement que j'étais moi-même être censée travailler !
        « Okay d'accord très bien ! Si j'ai des mauvaises notes, tu en auras l'entière responsabilité, voilà ! » Je décide, expressément pour le faire se sentir coupable... De ne rien faire. Et pour nous deux. « Et donc, choisis ce que tu veux, je suppose. » J'ajoute inutilement, il fouine déjà dans mon étagère à la recherche du film à regarder. Je pousse un soupir, s'il mets le bazar je lui tire ses oreilles bissextiles, ça lui apprendra ! Et s'il prend un film que j'ai déjà vu ET ennuyeux aussi, parce que je suis capable de m'endormir devant. En attendant qu'il se soit décidé, moi je vais attraper de quoi écrire pour pouvoir lui gribouiller ses pistes de recherche avant de rejoindre mon lit où je pousse sans ménagement ses jambes, attrape un oreiller que je change de place pour pouvoir m'étendre à plat ventre dessus. Et Lucas il est assez grand pour mettre la télévision en marche tout seul, et tant pis pour lui s'il n'a pas assez de place, après tout c'est mon lit hein !
        D'après moi, cela faisait une bonne demie-heure que le film était lancé. Comme il ne me passionnait pas particulièrement mais que je ne comptais pas quitter ma chambre (parce que se faire virer de sa propre chambre, ça craint un peu quand même) je m'étais mis à dessiner sur la feuille pour Lucas. Sauf que j'ai arrêté quand des petites fleurs, des soleils et des coeurs (surtout les coeurs) ont rejoint mes arbres. Cela pourrait être mal vu, maintenant que le sien est pris. Mais je n'avais pas fait exprès, hein, c'était plus un réflexe parce que je suis distraite... Ouais, bon, je ne sais pas. Je sais bien dessiner les coeurs, alors c'est ce que je dessine souvent. QUOI QUE VOUS PENSEZ, C'EST FAUX. Du coup, j'ai essayé de me concentrer sur le film. Non, vraiment, pour de vrai j'ai essayé. Mais ouais, je l'avais déjà vu et il ne m'avait pas passionnée la première fois alors je me suis mis à somnoler devant malgré moi, ruinant au passage ma future nuit de sommeil. Pour ça aussi, il peut se sentir coupable ?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Sam 31 Mai - 14:31



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Comme si Mila pouvait avoir de mauvaises notes et comme si elle avait vraiment l'intention de travailler à cet instant précis. Certes je suis un peu blond sur les bords mais il ne faut pas me prendre pour un idiot non plus : mon artiste préférée n'aurait jamais ouvert un bouquin cet après midi. Je souris donc à sa remarque et réponds " D'accord d'accord, j'assumerai totalement et je ferai un mot d'excuse à ta maitresse " lançais je sous le ton de l'ironie, me moquant un peu, beaucoup, d'elle. Je relève aussitot la tête vers son étagère remplies de films en tout genre et commence ma petite recherche, bien avant qu'elle ne m'en donne l'autorisation. De toute façon c'était mon idée, alors c'est moi qui choisit. Et puis si elle n'est pas d'accord elle n'aura qu'à essayer de m'arrêter avec ses petits bras. Je l'imagine déjà en train de se débattre à mes cotés pour m'enlever le DVD des mains. Enfin bon, il n'y a pas à penser à ça, vu qu'elle s'allonge à coté de moi, du moins s'étale à coté de moi et me laisse choisir le film. Ce sera le Seigneur des Anneaux ! Quoi ? Je ne pouvais pas trouver un film plus long ? Non, et justement c'est bien le but ! Quitte à perdre l'après midi, autant ne pas le faire à moitié et la passer entièrement jeter dans son lit devant la télé.

Je me lève donc pour mettre le film en marche, tout en disant à Mila " Hé mon petit Gollum, tu t'endors pas de suite hein ! " avant de me recoucher sur le lit, dans le " bon " sens, contrairement à elle qui avait mis sa tête au plus proche de la télé. Les minutes passent, le film continue, Mila commence à décrocher complètement, tellement qu'elle attrape son petit carnet de croquis et commence à gribouiller quelques dessins à l'intérieur. Malgré tout elle reste avec moi. Après tout c'est son lit, sa chambre, elle aurait très bien pu me virer et me dire d'aller regarder mon film ailleurs. Mais non, elle ne le fait pas, elle me laisse là. Je ne sais pas si c'est de la vraie fatigue ou juste le fait de la voir s'endormir qui me fatigue ( vous savez, comme pour les bailleurs qui en font bailler dix ), mais je commence à sentir mes paupières assez lourdes. Je me décide donc à changer de position, attrape le cousin qui était derrière mon dos et viens le poser à coté de celui de Mila, m'allongeant ainsi dans le même sens qu'elle cette fois. Sauf qu'une fois allongé, je me rends très vite compte que nous sommes plus proches que ce que je le pensais, nos têtes sont vraiment proches, très proches... Oh Lucas, tu te calmes, tu es juste allongé à coté de ta colocataire, no stress.  Et ma conscience en italique n'a pas tord, il faut juste que je me détente, c'est tout à fait normal. Je lui souris donc simplement, naturellement, la laissant à ses dessins, sans faire de commentaires dessus et reposant mon regard sur l'écran.

Sur l'écran ? Il n'y est apparement pas rester bien longtemps vu que c'est le générique de fin qui me fait ouvrir les yeux. Et quand je les ouvre, ces fameux yeux, je me retrouve allongé sur le coté, tourné vers Mila, qui est à moitié blottit contre moi. Ah mince. Oui mince. C'est le mot. Je vous l'avais dis qu'on était trop proche ! Je n'ose pas bouger, de peur de la réveiller et que le moment de malaise s'installe. Et puis au fond je ne suis pas si mal là... Je souris instinctivement, mon regard dirigé vers elle et c'est bien sur à ce moment qu'elle décide d'ouvrir les yeux. " Hm.. On a du s'endormir.. Enfin ouais on s'est endormi.. Et du coup.. " Un adolescent en pleine puberté, je vous jure... Reprends trop grand benêt ! " Et du coup le film est fini ! Mais c'est pas grave je l'avais déjà vu ." Bon sang je devrais vraiment me taire des fois. Surtout que là elle a forcément compris que je suis gêné, alors que je ne voulais pas qu'elle le comprenne. On est toujours collé, et elle bloque toujours mon bras. Donc Lucas, tu as parlé trente bonnes secondes pour te rendre ridicule et ne rien changer à la situation.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Dim 1 Juin - 2:37

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        Moi, je ne suis pas convaincue par son choix de film. Parce qu'il me semblait que le but de l'histoire c'était de regarder un nouveau film, un qu'il n'avait jamais vu. Hors, le seigneur des anneaux... Du vu et revu pour lui, et du vu à moitié pour moi. Oui, roh ça va, c'est pas de ma faute j'accroche pas ! Ils sont tous chelous aussi, dedans. A commencer par Gollum, dont je viens d'hériter le surnom. Merci Lucas, merci. Je savais bien que j'étais pas des plus jolies filles qui puissent exister, mais là... Pff. C'est lui le Gollum, non mais oh ! Réaction d'un gosse de cinq ans, mais je m'en fiche, tant pis ! « C'est toi le Gollum, eugn ! » J'ai répondu pour protester. Inutilement, parce qu'à part le faire rire ça ne l'a pas touché plus que ça. Bref, il s'est installé et a lancé le DVD et moi j'ai commencé à gribouiller, jetant de temps en temps un coup d'oeil à l'écran pour dire que, et ce jusqu'à l'épisode des petits cœurs. Parce que mon meilleur ami a le cou si grand que je suis sûre qu'il pouvait observer mes moindres gestes, et que bien évidemment je n'avais pas de gomme pour effacer très vite tous mes dessins. Alors j'ai fait la chose la plus débile qu'il soit : j'ai retourné ma feuille. Ouais, genre le truc que tu faisais au collège quand tu ne voulais pas que ton voisin copie sur toi. Mais pour ne pas passer pour une complète idiote, j'ai posé con carnet et mon stylo par terre avant de relever la tête sur ma télévision. Oui, maintenant c'est l'élève sérieuse qui va regarder le film... Ahah, ouais tu parles. Plutôt celle qui ne veut pas avoir de problèmes avec le professeur et fait semblant de regarder le film en dormant d'un œil.
        Et c'est d'ailleurs ce que je fais. Je dors à moitié, la moitié plus dans le sommeil que plus dans le réveillé. Mais hé, c'est de sa faute à lui, il l'avait prédit. Et puis, il n'est pas mieux. Il me réveille un peu lorsqu'il gigote pour prendre la même position que moi, et il me fait sursauter avec un premier ronflement. AHAH. Bah tiens, sleeping beauty hello ? J'esquisse un sourire avant d'inconsciemment me rapprocher de lui pour m'en servir comme oreiller. Oui, et bien, maintenant qu'il est là autant qu'il serve à quelque chose, hein ! Et puis, à ce moment là, je pensais juste à dormir, pas aux conséquences ni rien, pas à Lucas, Azel mais égoïstement à moi et mon confort. Ouais, je suis une profiteuse, honte à moi, bou-hou ! Toujours est-il que c'est la musique du générique de fin qui me réveille ensuite, parce que bon sang ce qu'elle peut brailler c'est pas possible duh, et que j'ai pas le temps de protester contre le film que je me retrouve nez à nez avec un Lucas maintenant réveillé en train de me fixer avec un sourire sur le visage. Ouais, moi aussi ça me fait peur. Pas de voir sa tête au réveil, parce que ça encore ça peut aller, mais le sourire. J'ai fait un truc bizarre ou quelque chose dans le genre ? Je fronce les sourcils alors qu'il prend la parole. « Hm.. On a du s'endormir.. Enfin ouais on s'est endormi.. Et du coup.. » Et du coup, là je suis un peu trop proche de toi et en plus tu peux pas bouger. Et en plus plus tôt dans l'après-midi je t'ai accueilli avec un fondant au chocolat pour que tu m'avoues que tu viens de te mettre en couple et ouais, fichtre. « Et du coup le film est fini ! Mais c'est pas grave je l'avais déjà vu. » Mmh, ouais, bon tu rougis pas mais je suis prête à parier que tu es aussi gênée que je lui en ce moment. Sauf que moi je rougis, et que si je ne bouge pas dans la seconde et bien tu vas t'en apercevoir et en plus d'être gênée je vais mourir de honte. Alors voilà, je tente l'approche ninja !
        « Oups pardon ! » Je murmure, n'ayant pas besoin de plus pour être entendue, avant de rouler sur le côté pour me dégager de cette situation. Sauf que je roule un peu trop fort, ou un peu trop vite et je serai tombée si Lucas ne m'avait pas – instinctivement, très certainement – rattrapée avant que le sol ne m'accueille à bras ouvert. Rah, non, mais c'est encore plus embarrassant ainsi. « Fichtre, pardon, désolée PARDON. Pardon. » J'ai besoin de m'excuser, parce que je me sens débile. Je souffle, histoire de reprendre mes esprits, avant de m'asseoir en tailleur sur mon lit. J'attends une seconde, afin de vérifier mon équilibre, avant de poser mon regard sur mon colocataire et d'essayer de lui sourire. « Pardon. Enfin, bref, ouais, hein, voilà. » En fait, je baisse la tête parce que c'est pas mieux. Une pensée cohérente, le cerveau, juste une, c'est possible ? « Si tes études de droit ça marche pas, tu pourras toujours faire oreiller, t'es plutôt confortable. » Je marmonne. Non mais... J'ai envie de me frapper le front mais me retiens : j'avais demandé une pensée cohérente bon sang ! S'en est une, certes mais... Arg, je ne suis pas certaine qu'elle soit la bien venue. Alors du coup, je secoue un peu la tête pour me cachée derrière mes cheveux, comme ça je peux prétendre que ces dernières secondes ne sont jamais arrivées et que c'est un rêve, voilà !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Dim 1 Juin - 14:49



Mila and Lucas

Sur la musique, on va on vient...

Vous voyez ce moment dans les films où deux jeunes adolescents se rentrent dedans, se baissent tous les deux pour ramasser leur livre et se retrouvent nez à nez quand leur tête se relèvent ? Vous voyez cet air qu'ils ont sur le visage ? Cet air gêné, perdu, comme s'ils étaient nus un face à l'autre. Vous imaginez ce qu'ils ressentent ? Ce sentiment de perdre le controle, de se noyer dans un verre d'eau, de ne plus savoir comment réagir alors qu'il suffit juste de se relever entièrement et de faire u npas en arrière. Je me sens exactement comme cet ado boutonneux avec ses livres à ce moment précis. Débile n'est ce pas ? Tout à fait, mais c'est incontrolable. Je n'ai qu'à me reculer, tirer un bon coup sur mon bras et hop tout est fini. Et puis au pire, même si je reste là, je n'ai que ma colocataire dans les bras, ma meilleure amie dans les bras. Where'is the problem ? Il n'y en a pas. Si ça avait été Appoline ou Daphné, il n'y aurait eu aucun problème et aucun symptome de l'ado boutonneux devant ses livres. Alors pourquoi je me sens aussi mal à ce moment ? pourquoi je me découvre un bégaiement et pourquoi elle repète " pardon " un nombre incalculable de fois en un temps record ? Et oh, tu te rappelles d'Azel, de Malia, du lac, de vos moments passés ensemble ? Tête bouclée, réveilles toi. Son premier "pardon" est murmuré, avant qu'elle ne se recule d'un seul coup, en contraste avec la douceur de ses paroles.  Elle se recule tellement fort qu'elle manque de tomber, prise dans son élan de roulade. Instinctivement, mon bras se lance vers elle, ma main attrapant sa taille pour l'empêcher de tomber, mais aussi involontairement pour la retourner vers moi. Je ne peux m'empêcher de sourire à sa façonn de réagir, elle est mignone quand elle est gênée non ? " Hé ! C'est pas grave, calme " Et puis honnêtement ça me dérangeait à peine.. Non non Lucas tais toi, ça te dérangeait beaucoup ! Bien sur que ça te dérangeait ! Tu es avec Azel, et bien sur que d'avoir Mila dans tes bras ça te dérangeait. Non mais oh. Bon alors ça me dérangeait un peu.. Elle me fait devenir fou cette artiste en herbe, dans le vrai sens du mot. Je commence à me parler à moi même et pire, je ne suis même pas d'accord avec moi. Plus rien ne va. Elle prend un peu de distance, s'asseyant en tailleur face à moi, et aligne plusieurs mots qui ne veulent pas dire grand chose. Euh, ben, enfin, bref, pardon. Ca donnait à peu près ça. Et moi, avec toujours autant d'originalité, je réponds " J'ai juste une petite crampe au bras, c'est pas bien grave, je devrais m'en remettre ! " L'humour. Bénissons tous ensemble cet homme qui a inventé l'humour pour se sortir des galères. Apparemment nous n'avons pas la même méthode pour fuir la gêne. LA technique de Mila est bien plus surprenante. Elle préfère me faire des compliments et remettre sur le tapis notre moment de tendresse innatendu et improvisé. Original non ? Je lui souris malgré tout, tout en restant allongé et répond " Je pourrais te dire que t'as de l'avenir en tant que peluche de compétition mais je suis pas sur que tu le prennes vraiment bien.. " lançais je en la regardant, un petit sourire aux lèvres et un regard tendre, trop tendre, anormalement tendre. Le ressentant, je tourne la tête après quelques secondes, trop longues secondes. Je finis par m'asseoir, et même me lever tout en disant à Mila, encore assise en tailleur sur son lit " Bon.. je vais te laisser bosser je crois hein. T'es moyennement concentrée là.. Enfin pas sur ton boulot quoi .. Enfin pas concentrée ! " Tais toi Lucas, tais toi. " Si t'as besoin de moi, je suis en bas " Allez vite, fuis, sors de là, et vas cacher tes joues qui deviennent rouges et ton front qui sue de stress, tout comme ta voix qui décide de partir faire un tour ailleurs que dans tes cordes vocales.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥ Lun 9 Juin - 23:25

Lucas & Mila
sur la musique, on va on vient

        J'ai l'impression d'être à nouveau cette adolescente idiote de seize ans, qui rougissait dès qu'il m'adressait la parole ou qu'il me regardait, et bafouillait dès que je devais lui parler. Parce que c'est exactement ce que je fais : je rougis et je bafouille et doux Jésus je me fais pitié. Bon sang, c'est Lucas et j'ai grandi, et ça va faire des années que je ne suis plus amoureuse de lui. Et des années qu'on habite ensemble. Il serait temps que je m'en remette, je pense. Mais je suis une débile, aussi, à aller lui dire qu'il est plutôt confortable. Ce n'est pas le genre de chose qu'on dit à son meilleur ami, et encore moins quand son meilleur ami est désormais en couple. Et qu'il ne doit pas me servir d'oreiller à moi, duh. Mais il le prend plutôt bien, en fait. « Je pourrais te dire que t'as de l'avenir en peluche de compétition mais je suis pas sur que tu le prennes vraiment bien.
- Je vais le prendre bien. » Je réponds en relevant la tête, le sourire aux lèvres. Certes, je préférerai avoir du succès dans mes études d'histoire mais vu comment je suis sérieuse... Et encore une fois, je me demande s'il ne lit pas dans mes pensées parce qu'il se lève pour me « laisser bosser ». Oui, d'accord. « Enfin pas concentrée ! » J'acquiesce, la tête levée pour pouvoir continuer à le regarder bien que j'ai l'impression d'avoir les idées encore floues. Oui, de toute évidence, je ne suis pas concentrée. Et lui, alors ? « Si tu as besoin de moi, je suis en bas.
- Okay ! » Je réponds avec plus ou moins d'entrain. Mais il ne bouge pas. Pourquoi il ne bouge pas ? Il faut que je parte, c'est ça ? Je me lève, donc, et me dirige vers la porte jusqu'à... Jusqu'à me rendre compte que nous sommes dans ma chambre, en fait. Et que comme une idiote, j'allais me mettre à la porte de ma propre chambre. Quand je vous dis que j'ai les idées floues ! Du coup, je m'arrête à deux pas de la porte, la main tendue. Sinon, je peux l'ouvrir pour lui et le virer, tranquillou ! Mais non, ça ne se fait pas. Alors, au risque de passer encore plus pour une débile, je fais demi-tour, évite le regard troublé de Lucas, enjambe mon lit pour attraper la feuille que je lui avais gribouillé tout à l'heure, feuille que je plie parce que je vous rappelle qu'il y a des petits cœurs dessus, et puis je la pose sur ses affaires qu'il a apporté en venant et les lui fourre dans les bras. « Oui, j'ai dessiné dessus ! Mais je t'assure que ça ne t'empêchera pas de travailler ! » je lui dis, avant de cette fois le mettre véritablement à la porte après l'une de ses remarques sarcastiques sur mes dessins. Et maintenant ? Je retourne m'affaler sur mon lit, me morfondre de mon comportement dans un de mes vrais oreillers. Voilà un souvenir qui me donnera envie de me pendre quand j'y repenserai plus tard... Wou-hou !
        
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥

Revenir en haut Aller en bas
 
#0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» #0221 sur la musique, on va on vient... ✖ lucila ♥
» Ciné-Musique : ce qui vient de sortir, ce qui va sortir
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELS LIKE TONIGHT. :: ARCHIVES :: LAST KISS GOODBYE :: RPS ABANDONNÉS-